Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘Beirut’

Who might be interested in preparing this ?

TOR and How to Apply below!

Good luck

Rita

Situation analysis of postpartum family planning services (PPFP)in public/private hospitals

Terms of Reference (TOR)
 

 
Background
Globally, FP is recognized as a key life-saving intervention for mothers and their children and postpartum women are among those with the greatest unmet need for FP. Postpartum family planning (PPFP) focuses on the prevention of unintended and closely spaced pregnancies through the first 12 months following childbirth. According to an analysis of Demographic and Health Surveys data from 27 countries, 95% of women who are 0–12 month’s postpartum want to avoid a pregnancy in the next 24 months; but 70% of them are not using contraception (Ross & Winfrey 2001). FP can avert more than 30% of maternal deaths and 10% of child mortality if couples space their pregnancies more than 2 years apart (Cleland et al. 2006). Risk of child mortality is highest for very short birth-to-pregnancy intervals (<12 months). If all couples waited 24 months to conceive again, under-five mortality would decrease by 13%. If couples waited 36 months; the decrease would be 25% (Rutstein 2008).
In Lebanon approximately 47% of Lebanese women between 15-49 years of age do not use any form of contraception. Among the remaining 53%, pills (18.5%) and IUD (17.2%) are the two most popular methods followed by male condoms (5.3%)[1]. On the other hand a study conducted in 2013 about Syrian women showed that 42.3% were not using any form of contraception prior to pregnancy. For Syrian women using birth control, birth control pills (23.4%) followed by IUDs (17.2%) were preferred contraceptive choices. [2]
Lebanon is hosting the largest proportion of refugees in the world if compared to the size of its population and the largest number in the region reaching 1,113,941 as of August 25, 2015; of which around 53% are women and about 18% are young people[3]. In Lebanon where Syrians refugees account for 18 per cent of the overall population, meeting the reproductive health needs of refugee women in general, and pregnant refugee women in particular, is equally essential considering that women and children account for up to 75 percent of Syrian refugees. Given that refugees in Lebanon are scattered among 1,600 locations across the country, it is difficult to document and update pregnancy and newborn rates. UNICEF UK reported that one Syrian baby is born a refugee roughly every hour, joining the nearly six million Syrian children that are already living in dire condition.
During 2014 UNHCR reported 30,561 cases of delivery of which 36% referrals resulted in a C‐section. Before Syria descended into civil war, it had a working health system. Family planning was free and used relatively widely by 58% of women[4]. Yet the last time an extensive survey was carried out among Syrian refugees in Lebanon, approximately 37% of non-pregnant married women were using contraception.[5]
To date, the focus of humanitarian agencies has been on meeting urgent and life threatening needs. A number of needs assessments of Syrian refugees have been undertaken in Lebanon; however, few include a nationally representative sample or focus on health and access to health services. In early 2014 a Multi Sector Needs Analysis (MSNA) identified a series of important data and information gaps in the humanitarian health response in Lebanon such as awareness campaigns, distribution and uptake of contraceptives/birth control; family planning information among the refugee population, as well as target group levels of awareness. One of the primary data needs arising from this exercise was for a national health access survey to be conducted to provide up to date information on the drivers and determinants of access to health care services for refugee and host community populations.
The intended assessment will reflect the unmet needs, access to, and utilization of the existing postpartum family planning (PPFP) services available in Lebanon (including Syrian women) during the post-delivery and pre-discharge time (0-24 hours for NVD & 0 – 72 hours for C-section )
 
 
Goals and Objectives
The purpose of this assessment is to contribute towards improvement of PPFP services (if any) in the maternity wards of selected public hospitals accessible to both Lebanese and Syrian inpatient women. This will be achieved through the following specific assessment objectives;
  • Availability of a specific minimum package of RH services and including PPFP.
  • Availability of recommended modern PPFP methods at the maternities for breast feeding and non-breast feeding women as per the WHO standards[6].
  • Availability of trained staff (physicians, nurses, midwives??) for PPFP services (counseling) at the maternities
  • Availability and distribution of PPFP educational material and awareness sessions for couple together or women only.
  • Perception of the women during the post-delivery and pre-discharge time (0-24 hours for NVD & 0 – 72 hours for C-section) about PPFP and preference of methods and available services at the maternities of selected hospitals.
  • Cost of PPFP services if any and availability of follow up by the selected hospitals.
Tasks description
Under the supervision of UNFPA office and in close partnership with the Ministry of Public Health, a consultant will be identified and contracted to carry out the following tasks:
  1. Carry out literature review and internet search on the topic
  2. Review and discuss with UNFPA the TORs and expected results
  3. Prepare the set of instruments and tools for data collection
  4. Develop a timeline of visits to be carried out under this assignment
  5. Contact the eight hospitals pre-selected by UNFPA & the MoPH as follows as follows Rafik Hariri Hospital, Tripoli Governmental Hospital, Sayeda Governmental Hospital, Marjayoun Hospital, Hermel Hospital, Chtoura Hospital, Bekaa Governmental Hospital, Sayedet Salam Hospital.
  6. Conduct interviews with service providers and beneficiaries
  7. Conduct stakeholders meetings
  8. Prepare and ensure timely delivery of the first draft of the report (English) to be reviewed by UNFPA
  9. Consolidate the input/feedback into a final report which includes a set of recommendations.
Methodology
The methodology will consist of the following:
  1. Conduct meetings with stakeholders (with MOPH, WHO and UNHCR)
  2. Identify and select eight hospitals based on selection criteria (to be discussed with UNFPA and the Ministry of Public Health).
  3. Within each hospital the target groups will consist of
    • 4  service providers (i.e. maternity ward supervisor, midwife, pharmacist & doctor)
    • 8-10 beneficiaries per hospital (pregnant/newly delivering women).
  1. Semi structured questionnaires shall be applied for the service providers
  2. Semi structured questionnaire shall be applied for beneficiaries.
Expected outcome
The consultancy outcome will consist of a 25 – 30 pages report in English featuring overall analysis and specific findings both at service delivery level and at the beneficiary level in terms of availability, choices, cost, preference, perception, etc in relation to PPFP services for Lebanese and Syrian women during the post-delivery and pre-discharge time (0-24 hours for NVD & 48 – 72 hours for C-section)) at the secondary care level. The analysis should also address hindering factors for accessing/utilization of contraception (i.e. cost, cultural, lack of counselling, unavailability of wide range of methods, lack of personnel, etc). The report will include conclusion and action oriented recommendations. The structure of the report shall be discussed between UNFPA and the consultant.
Qualifications
  • Advanced University degree (MPH/MS) in public health, social/development sciences or other related areas with at least 6-7 years of  work experience and considerable skills in survey design, analysis and report writing;
  • Strong background in maternal health / SRH / FP
  • Excellent interpersonal skills and ability to establish effective and working relations with other stakeholders;
  • Excellent written and spoken communication skills in Arabic and English.
Duration of the assessment
The assessment should be concluded within 2 months from the signing of the contract.
HOW TO APPLY
Interested candidates may apply online by providing:
(1) a P-11 Form (click to download), and
(2) a most updated CV, and
(3) a cover letter mentioning the relevance of past/current experience with the requirements of the consultancy.
The above documents must be sent to the following email address:
info-lebanon@unfpa.org by no later than September 18, 2015
 
Candidates who fail to submit the required documents above will not be considered for review
 
Only those applicants in whom UNFPA has expressed interest shall be contacted within a maximum of 5 working days following closure date.
 


[1] MICS 2009
[2] Benage, Matthew et al. “An Assessment of Antenatal Care among Syrian Refugees in Lebanon.” Conflict and Health 9 (2015): 8. PMC. Web. 3 Sept. 2015.
[3] Inter-agency Information Sharing Portal March, 2015.http://data.unhcr.org/syrianrefugees/country.php?id=122

Read Full Post »

emile-issa-charlie-manif-beirut-internet11-1-15-by-emile-issa-mg-7834-9

Picture taken by Emile Issa Lebanon https://www.ooshot.com/emile-issa/photo/32552

It was hard and a horrible week: we Watched on TV the murder of people in a country that is for us known as “safe”.

More than that it was horrible to know that people were savagely murdered because of their drawings, “cartoons” in the Country of the Freedom, in the Country where expression of thought was born for me. At School 20 years ago I read Le Cid, Voltaire , the story of the “revolutionnaries”, ….. killing people for their thoughts in the Country of Moliere?! for me it was IMPOSSIBLE, Not CONCEIVABLE.

Today, all the family went to the I am Charlie gathering in Beirut, eventhough I have received sooo many messages of all those who wanted to “Enlight” me about the cartoons Charlie did, especially about christians. They asked me how can I accept such an “insult” to our “faith” they were specifically speaking about the christian faith .

Those lebanese friends who flooded my inbox, my news feed, smsed me,  and whats app me I understand them. I do. They have seen the cartoons and they said : oh “blaspheme”in arabic “istaghfara el lah el 3azim” .

First for me the believer blasphemes, not the non believer.

On a second thought , I would have probably reacted the same way if I didn’t receive the french education I had. no idea, probably. probably I knew that Charlie hebdo was born in France, in the country where the values are different than the values we have here in Lebanon.

Even if I usually dislike the satire “cartoons” of Charlie hebdo, what I have done in the past, is not to read it, and not to buy it, or to write a piece about how foolish and not empowering their cartoons are, and definetly not sharing their cartoons :-). simple as that.

Today, if I decided to be Charlie, it is because I am Charlie to the bones. I refuse to use VIOLENCE against anyone. I refuse to kill, and murder because of a drawing or a text or a saying. The “Je suis Charlie” is for me “a world without fear, without violence wihtout extremism, a world where I can express all what I WANT WITHOUT BEING AFRAID OF BEING SHOT DEAD BY OTHERS, or slammed , or lashed  . (in another part of the world: Raif the Saudi Blogger is being lashed because of his sayings!!) 😦

I am afraid for the freedoms in France  after  the savage murder of  January 7, I’m afraid that journalists will use this “wing cutting thing” that is the self-censorship. In Lebanon bounderies are so common, they do come from the big family, from work, from religious socialisation, from a center or association that has been created to check and approve any creation (artistic, movies, …) and so on, BUT Lebanon is a  country where so many charlies were savagely killed!!!! Samir Kassir is one of those Journalists that were killed , he was not afraid, and we shouldn’t be afraid to live in a world where thinking differently and expressing yourself differently will make You an easy goal for violence. Violence must End!!! in Lebanon and In france!!! Today and Tomorrow and again  I’ll be charlie in my bones for every part of the world!! I want to express my self freely and I want my child to be able to express himself freely without fear of what he might draw, write or sing.

Enough  censorship ,ENOUGH BOXES,  Enough barbarism!!! YES FOR FREE EXPRESSION! FREE THINKING!

Rita

The illustration is the banner I held taken in  a picture by Emile Issa during the protest in support of the je suis Charlie movement in Lebanon . To Watch all the album: https://www.ooshot.com/emile-issa/portfolios/charlie-hebdo-manifestation-beyrouth-11-1-15

title corrected as per the advice of Marhaba Nabil 🙂

Article edited on January 14/1/2015

Read Full Post »

A new movie will be screened in Lebanese Cinemas since November 20, Shehrazadeh’s Diaries,

a movie by Zeina Daccache director of Catharsis, the NGO that works in Lebanon to offer therapeutic help through theater and art.

to watch the trailer of the movie do click this link http://youtu.be/5VnZGmd6EMg

Shehrazade women prison Lebanon announcement Rita Chemaly

here is a brief about Catharsis:

Catharsis is the 1st non-profit organization in Lebanon to promote & offer therapeutic actions through the use of theatre & art processes for individuals and groups.  It offers services & programs in various social, educational & therapeutic settings such as substance abuse treatment centers, mental health facilities, hospitals, correctional facilities, private practice settings for children & adults, schools and corporations.  Catharsis also works with individuals who want to explore various life problems & expand their quality of life.  Catharsis produced the play & documentary 12 Angry Lebanese with male inmates of Roumieh Prison (2009-2010);  Scheherazade in Baabda the play interpreted by Baabda prison women inmates(2012); the play From the Bottom of my Brain with the residents at Al Fanar psychiatric hospital(2013); the documentary Scheherazade’s Diary with the Baabda inmates (2013).

Great work and I’m eager to watch it on the big Screen!!

Rita Chemaly

Read Full Post »

I was super glad to participate to the 4M Beirut Forum. Meeting and exchanging with people coming from different countries, with different experiences related to activism and sharing of information.

below is a copy of 3 days announcement. more info are available: http://www.4m.cfi.fr/index.php/en/the-forums/4m-beirut-forum/presentation-4m-beirut-forum-2014

ONLINE MEDIA AND JOURNALISM IN THE ARAB WORLD: RISKS, PRACTICES AND ECONOMIES

توفير المعلومات عبر الإنترنت في العالم العربي: المخاطر، الممارسات والاقتصاد

img-emailing-4m-beyrouth

How are online media changing the very foundations of news production and broadcasting in the Arab world?

What impact are they having on the public debate?

At a time when life in the Arab world is becoming more turbulent than ever, the 4M forum in Beirut from 17 to 19 October will analyse the role and place of online media in this complex and highly charged context: how are online media changing the very foundations of news production and broadcasting in the Arab world? What impact are they having on the public debate?

At the forum, more than 200 stakeholders from Algeria, Egypt, Iraq, Jordan, Lebanon, Morocco, Palestine, Syria and Tunisia will therefore have the opportunity to discuss the practices, new tools, ideas and innovations that they are implementing as part of their everyday activities and to describe the changes that are occurring in the region, in particular the increasing power of citizen journalists.

Participants’ discussions will focus on 3 main themes:

– New media or the redefinition of the media scene in society in the Arab world

– Innovation in terms of production of web based content and the new tools available to journalists

– Media enterprise and economy in the Arab world.

4M Beirut picks up the baton from CFI’s various ongoing projects supporting online media in the Arab world, such as EBTICAR and 4M Mashreq.


4m-btn-presentation-en
  4m-btn-programme-en  4m-btn-speakers-en
 

فكيف تُحدث وسائل الإعلام تغييراً جذرياً
في طريقة إنتاج المعلومات في العالم العربي ونشرها؟

ما هو تأثيرها على النقاش العام؟

في خضمّ الغليان الذي يعيشه العالم العربي اليوم، يطرح منتدى “ 4M بيروت” (4M Beyrouth)، من 17 إلى 19 تشرين الأول/أكتوبر، التحديات الكبرى المرتبطة بدور وسائل الإعلام الإلكترونية ومكانتها في هذه البيئة المعقّدة والمتغيّرة. فكيف تُحدث وسائل الإعلام تغييراً جذرياً في طريقة إنتاج المعلومات في العالم العربي ونشرها؟ ما هو تأثيرها على النقاش العام؟

في هذا الإطار، يوفّر المنتدى فرصةً لأكثر من 200 صحافي وناشط وخبير من الأردن، تونس، الجزائر، سوريا، العراق، فلسطين، لبنان، مصر ليبيا، والمغرب، ليتبادلوا المعلومات والآراء حول الممارسات والوسائل الحديثة والأفكار والابتكارات المتعلقة بواقعهم اليومي، ويشهدوا على التحوّلات الراهنة، لا سيّما سطوع نجم صحافة المواطن.

ومن المقرّر أن يتبادل المشاركون الخبرات حول ثلاثة مواضيع أساسية هي: 

– وسائل الإعلام الجديدة أو إعادة تعريف المشهد الإعلامي ضمن المجتمعات العربية.

– الابتكار على صعيد إنتاج المحتوى الإلكتروني والأدوات الجديدة المتوفّرة للصحافيين.

– ريادة الأعمال واقتصاد وسائل الإعلام في العالم العربي.

يندرج منتدى “4M بيروت” ضمن إطار مشاريع مرافقة مختلفة متعلقة بوسائل الإعلام الإلكتروني في العالم العربي، تنفّذها في الوقت الراهنقناة فرنسا الدولية (CFI)، مثل مشروع “ابتكار- ميديا”، و” 4Mالانتقال الرقمي للصحف العربية””، أو أيضاً4M مشرق”.


4m-btn-intervenants-ar  4m-btn-programme-ar  4m-btn-presentation-ar
  img-Logos-4m-beyrouth-Ar-En2

Read Full Post »

Hier a Sciences Po Liban un panel a ete organise pour discuter des mariages precoces ou les mariages des enfants.

a ceux et celles qui sont interesses par le sujet voila la couverture de l’Orient Le Jour.

Rita

p04-9_658670_large la photo est prise de l’Orient le Jour aussi

« J’ai été élevée par mon mari, je ne me souviens même plus quand je lui ai été offerte… »

À l’USJ, la pratique néfaste du mariage précoce a été exposée hier en images lors d’une table ronde et d’un vernissage réalisés par l’université, l’ambassade du Canada et « L’Orient-Le Jour ». Un panel d’expertes a cerné le sujet sous toutes ses coutures.

Quand on aborde le sujet du mariage précoce, les chiffres des Fonds de l’Onu pour la population sont, le moins qu’on puisse dire, ahurissants. Aujourd’hui dans le monde, on dénombre environ 67 millions de femmes entre 20 et 24 ans qui se sont mariées avant d’avoir eu 18 ans. Parmi elles, une fille sur 9 s’est mariée avant d’avoir eu 15 ans. À en croire les chiffres, plus de 142 millions de fillettes mineures se marieront encore au cours des dix prochaines années, soit 40 000 filles par jour environ. Si, dans des pays comme le Nigeria, 75 pour cent des femmes vivent cette expérience douloureuse, et plus de la moitié d’entre elles au Yémen, cela ne veut pas pour autant dire que le Liban échappe au fléau. Selon une étude réalisée en 2009 par l’Administration centrale des statistiques, 13 pour cent des filles se marient à un âge précoce au pays du Cèdre.

Stéphanie Sinclair est photographe au magazine National Geographic. Depuis plus de dix ans, elle dissémine partout dans le monde des clichés de mineures mariées qu’elle a rencontrées dans le cadre de son travail au Yémen, en Afghanistan, en Inde, au Népal ou encore en Éthiopie. Soucieux de faire campagne pour cette cause mondiale, le Canada a décidé de présenter l’exposition réalisée par la photographe et son équipe dans une dizaine de pays, dont le Liban.

Hier, au campus des sciences sociales de l’Université Saint-Joseph, une table ronde était organisée pour traiter du sujet afin d’inaugurer l’exposition, réalisée au moyen d’un partenariat entre l’ambassade du Canada, l’Institut des sciences politiques de l’USJ et L’Orient-Le Jour. L’exposition Sinclair ne présentant pas spécifiquement le mariage précoce au Liban, c’est notre collègue Anne-Marie el-Hage, ayant mené l’enquête sur le terrain à ce sujet depuis plusieurs années, qui a complété la collection de clichés par des photos prises lors de ses reportages.

Sur les photos exposées dans le hall de l’amphithéâtre Gulbenkian, l’on peut voir Ghulam (11 ans) en compagnie de son époux Faiz (40 ans), peu de temps avant leur mariage en Afghanistan. La fiancée qui voulait devenir enseignante est triste ; elle a été retirée de l’école quelques jours plus tôt. Sarita, elle, pleure avant son départ à la demeure de son nouveau mari. Elle n’a que 15 ans. Le visage de Bibi Aïcha, pour sa part, témoigne des agressions qu’elle a dû subir depuis son mariage conclu pour expier le crime d’un membre de sa famille. Elle a les oreilles et le nez coupés. Sous la photo d’une autre fillette, cette légende qui en dit long : « J’ai été élevée par mon mari, je ne me souviens même plus quand je lui ai été offerte… »

(Lire aussi : 700 millions de femmes mariées de force, l’Unicef appelle à agir)
« Ces photos me touchent énormément », a affirmé l’ambassadrice du Canada Hilary Childs-Adams au lancement de la table ronde, après un mot d’accueil de la directrice de l’Institut des sciences politiques Carole Charabaty. « Depuis deux ans, heureusement, le mouvement pour lutter contre le mariage précoce prend plus d’ampleur. Ce phénomène détruit la vie des filles par le biais de grossesses non désirées, de maladies sexuelles, d’agressions, sans oublier qu’il met un terme à l’éducation et favorise la pauvreté », a ajouté la diplomate.

Un panel exclusivement féminin
Pour sa part, Anne-Marie el-Hage a tenté d’aborder le sujet d’un point de vue libanais en reprenant le récit de ses reportages au Akkar et dans d’autres régions. « Tout a commencé en 2010, alors que je menais une enquête sur l’analphabétisme au Akkar, a raconté la journaliste. Un père de famille m’a alors confié qu’il retirait sa fille de 12 ans de l’école pour la marier. Pendant plus de 4 ans, j’ai tenté d’en savoir plus, mais les habitants refusaient d’en parler. Ce n’est que cet été que j’ai pu me frayer un chemin vers des mineures qui ont eu à subir un mariage précoce. Ce genre de mariage est fréquent dans le Akkar, au Hermel, dans la Békaa et au Liban-Sud. Un peu partout à l’exception de la capitale. Et ce problème devient de plus en plus fréquent avec l’afflux des réfugiés syriens. Dans leurs camps, ces derniers concluent de nombreux mariages précoces. »

(Lire aussi : Les jeunes réfugiées syriennes, de plus en plus victimes de mariages précoces en Jordanie)
Ainsi, notre collègue a rapporté les histoires du village chiite de Siddiqine, sur les hauteurs de Tyr, et de Faour, un village sunnite de bédouins. Il y a d’abord celle de Ghadir (16 ans) qui a choisi d’épouser celui qu’elle aime, Mohammad (25 ans), peut-être par pauvreté « ou parce que c’est la norme ». Celle aussi de Nisrine, mariée à 15 ans par ses parents à un homme riche, le premier qui a demandé sa main. Étant aujourd’hui malheureuse, sa mère regrette de l’avoir mariée. Ou encore celle de Nadam, mariée à 14 ans pour expier un crime de famille ; de Kaoukab, qui a marié sa fille à 13 ans, mais aussi les histoires des réfugiées syriennes, le mariage précoce étant déjà assez répandu en Syrie.
« Un réfugié syrien a attendu que sa fille ait ses règles pour la donner en mariage. La petite croyait que le mariage se limitait juste aux festivités. La nuit de ses noces, elle s’est cachée dans l’armoire quand son mari a tenté de l’approcher, avant que sa belle-sœur ne la force dans les jours suivants à se soumettre », a raconté Anne-Marie el-Hage.
Leila Awada, avocate et activiste au sein de l’ONG Kafa, a assuré que ces fillettes sont souvent celles qui viennent 20 ans plus tard solliciter le soutien de l’association. « On se demande alors pourquoi elles sont restées avec leur mari tout ce temps. Pourquoi elles ont eu plusieurs enfants alors que leur homme les battait. Que voulez-vous qu’elles fassent si elles n’avaient que 14 ans ? » s’est interrogée l’avocate qui a qualifié cette situation de « prostitution légale » et qui a dénoncé l’absence de toute influence des autorités sur les tribunaux religieux au Liban, et le fait que certains cheikhs acceptent de marier de jeunes couples souvent mineurs sans l’accord de leurs parents. Des mariages souvent non reconnus qui finissent par mettre en danger la fille épousée.

Le Dr Fadia Kiwan, ancienne directrice de l’Institut des sciences politiques qui modérait le débat, a profité de l’intervention pour souligner l’importance de sensibiliser les jeunes à l’éducation sexuelle de manière saine et dénoncer certaines pratiques comme l’excision. « Le mariage précoce est un thème qui a refait surface dans nos sociétés arabes quand on a surtout vu des files d’attente d’hommes devant les mosquées attendant de marier leurs filles car ils ne pouvaient plus les nourrir », a-t-elle noté.

(Pour mémoire : Nada, 11 ans : « Plutôt mourir que d’être mariée de force »)

À chaque communauté ses lois
De son côté, Me Leila Azouri, présidente au sein de la Commission nationale pour les droits de la femme, a noté que dans 11 pays arabes, plus de 55 pour cent des pratiques jurisprudentielles encourageantes concernant la femme étaient en rapport avec les statuts civils. « Deux seulement concernent malheureusement le mariage précoce : une décision en Égypte de ne pas documenter les mariages de mineures et le cas de la Yéménite mariée à huit ans qui a demandé le divorce. Dans de nombreux pays arabes, les lois fixent un âge minimum pour les mariages qui varie d’un pays à l’autre, mais des exceptions sont toujours acceptées. Au Liban, chaque communauté a ses lois. La commission nationale étant consciente de la difficulté d’avaliser une loi unifiée à ce propos, nous préparons un projet qui stipule que tout mariage incluant une mineure doit obtenir le permis du juge des mineurs », a-t-elle relevé.

Enfin, le Dr Hala Itani, professeure à l’institut, a exposé les facteurs qui favorisent les mariages précoces, notamment la pauvreté, la vie rurale. « En Occident, avec l’urbanisation, nous avons même vu une diminution des mariages normaux », a-t-elle déclaré, énumérant les solutions pour lutter contre ce phénomène (notamment l’éducation) et ses conséquences. « Ces mariages augmentent la durée de fertilité d’une femme, surtout que les hommes qui épousent des mineures ont moins de contrôle sur la fréquence de leurs relations sexuelles. Cela favorise la pauvreté et consacre ainsi un cercle vicieux, a-t-elle affirmé. Sans oublier le viol, la prostitution et le fait qu’une femme qui se marie avant 15 ans a 60 fois plus de risques de faire une fausse couche ou d’accoucher d’un enfant malade qu’une femme qui se marie après 20 ans. »

Read Full Post »

J'ai entoure en rouge les confessions, mais ce decoupage electoral confessionnel est flagrant!!

J’ai entoure en rouge les confessions, mais ce decoupage electoral confessionnel est flagrant!!

Vous allez me dire, mais rita c’est normal nous vivons dans un pays confessionnel, ou la politique est histoire de confessions et de partage de pouvoir entre eux,

mais quand je suis entree sur le site du ministere de l’interieur pour checker qui sont les candidats et candidates,

la premiere chose qui saute a l’oeil est la confession:

l’image ci dessous est flagrante!!!

voila le lien pour connaitres les candidats aux elections legislatives libanaises de 2014….

en esperant que les elections aient lieu!!!!

514 candidats dont 35 femmes, bon tout ce que j’espere est que les elections aient lieu nous Avons OBLIGATOIREMENT besoin d’un “peu” d’Alternance.

un peu car beaucoup sont les femmes, fils et cousins et freres des actuels ministres, deputes ou ex-deputes!

Rita Chemaly

Read Full Post »

Article par Rita Chemaly Initialement Paru Dans le Magazine Special de Fevrier 2013

Article par Rita Chemaly Initialement Paru Dans le Magazine Special de Fevrier 2013

Cartographie des discriminations qui atteignent les femmes au Liban

Gros Plan sur les Droits des Femmes au Liban

Dans cette rubrique, chaque mois les droits des femmes sont passes au crible fin, pour la nouvelle année  nous dresserons la cartographie des discriminations qui atteignent les femmes au Liban. Si l’image que donnent les medias libanais des femmes au Liban est ouverte et progressive, dans la pratique et les lois, cette image virtuelle pimpante et brillante se transforme en image terne et noire.

Le Liban a bien ratifié  la Convention Internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes (CEDEF) ou plus communément connue sous l’acronyme anglais CEDAW en Avril 1997. Mais les exceptions émises par l’Etat sur cette Convention, font en sorte de creuser le fossé entre Hommes et Femmes. Le Liban a formulé une réserve contre l’article 9 – alinéa 2 et contre l’article 16, alinéa 1, relatif à l’égalité des deux époux dans le mariage et le choix du nom de famille, et l’article 29 lié a la transmission de la nationalité. Reserves et expections peuvent sont issus du jargon juridique, or ces simples termes ont des effets discriminants contre les Femmes Libanaises et travaillant au Liban.

La femme dans la famille, une discrimination à la base :

La discrimination commence par la famille, et le souhait d’avoir un garçon comme premier né. Le « maouloud » est homme, la déception des proches par le fait d’avoir une fille est souvent grande. Pire dans plusieurs pays arabe comme au Yémen et autres,  le mot “enfant” signifie “garçon”.

Quant aux études les études les exemples de discrimination et d’inégalités sont flagrants : souvent les filles sont inscrites dans des universités moins prestigieuses que les garçons sur lesquels on mise plus lors des études.

Le statut Personnel, Inégalité homme femme mais inégalités entre femmes libanaises aussi:

Le système libanais est formé par une multitude de confessions (18 avec les coptes), les statuts personnels revenant à telle ou telle confession marquent les inégalités entre hommes et femmes et entre femmes elles-mêmes….

  • le mariage entre chrétiens de différentes confessions exige de la femme d’obéir et de se soumettre au mari « la célèbre lettre de St Paul » chantée et louée dans toutes les cérémonies matrimoniales religieuses.
  • En cas de séparation ou divorce les différences sont nombreuses :
    • Pour l’héritage chez les musulmans l’homme à la part double.
    • Chez les chrétiens, dans la pratique des tractations sont menées dans le sens de garder l’héritage “dans la famille”. C’est-à-dire acheter la part des territoires fonciers des filles par les garçons.

La Nationalité, la femme libanaise est de seconde classe :

La femme libanaise mariée à un non Libanais, n’a pas le droit d’accorder sa nationalité à ses enfants et à son mari. Alors que l’Homme Libanais marié à une non-libanaise lui transmet la nationalité un an plus tard.

Dans son article premier, la loi de la nationalité No 15, du 19/01/1925, stipule qu’« est considéré comme libanais toute personne née d’un père libanais », Selon ce texte, toute personne née d’une mère libanaise n’est donc pas considérée comme libanaise. La nationalité au Liban relève du lien de sang, et non du lien du sol.  Le Sang de l’homme seulement…. Les arguments politiques, confessionnels et démographiques tuent le projet de loi égalitaire.

Il faut noter que la transmission de la nationalité n’est pas une pure formalité juridique.  La non- transmission de la nationalité aux enfants et à l’époux de la libanaise à des conséquences sociales importantes :

  • Les enfants et maris des femmes libanaises sont considérés comme des résidents et non des citoyens. Ils n’ont pas droit à l’école publique ni accès aux hôpitaux publics gratuits pour les libanais.
  • Ils  doivent obtenir des permis de séjour et de travail.
  • L’unité de la famille est remise en cause, de même que la sécurité psychologique les risques de déportations augmentent.
  • Quant à l’emploi, il faut noter que considérés comme résidents, le choix des métiers possibles à exercer, est limité ; Certains métiers sont réservés aux Libanais détenteurs d’un passeport libanais. Appartenir à des syndicats, unions et ordres impossible aux non-libanais. Mais aux enfants nés de mère libanaise ?

La femme et les discriminations au travail:

  • Le code du travail existe bel et bien au Liban mais il ne protège pas les femmes contre l’harcèlement sexuel;
  • Aussi, le code du travail ne protège aucunement les employés/es domestiques et agricoles;
  • Pour les allocations sociales et familiales récemment en juillet dernier 2012 un p’tit pas a été fait à ce sujet sous la pression des parlementaires et de la Commission Nationale pour les Droits de la Femme, mais dans l’attente de la mise en pratique et amendements des lois, les femmes n’ont pas encore les mêmes allocations sociales et familiales que les hommes ;
  • La discrimination la plus flagrante reste l’absence de tout congé paternité. Quant  au  congé de maternité il est de 7 semaines dans le secteur privé une période insuffisante selon les conventions et traités internationaux. Il faut noter qu’actuellement les commissions parlementaires étudient un projet de loi amendant le congé maternité pour 10 semaines, le projet attend depuis fin 2012 son vote à l’Assemblée générale du parlement.

La femme et la politique

Les femmes libanaises ont gagné après moult mobilisations  la réforme de la loi électorale en 1953  qui a consacré leurs droits politiques.

Mais vu les divers quotas confessionnels et  géographiques qui existent au Liban, il est  difficile aux femmes libanaises de percer le cercle de la domination masculine en politique. Les femmes attendent encore un quota et une représentation proportionnelle qui leur garantie leur droit au moins pour une période transitoire.

  • 1952 la femme   libanaise peut élire
  • 1953: peut   élire et être élue
  • 1964: première   femme libanaise parlementaire;
  • 2012 Aucune   femme au gouvernement

L’espoir pour les femmes existe toujours : la Constitution libanaise affirme l’égalité de tous les Libanais, quant aux droits civils et politiques et le Liban a signé de nombreux traités visant à l’amélioration de la situation de la femme, reste a appliquer ces textes, le mot est facile certes, mais les organisations et les femmes sont prêtes a combattre pour ces Droits !

Rita Chemaly

Auteure et Chercheure en Sciences Politiques

Blog sur www.ritachemaly.wordpress.com.

For a list of all related articles in different languages:

Read Full Post »

Older Posts »

%d bloggers like this: