Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘media’

Below are 2 faculty positions in CEU. The university is greatly located in Budapest, (I have visited it, and I still have this great impression). the 2 positions are open and both are full time positions.

Good Luck! Rita Chemaly

Open Rank Faculty Position, New Media & Global Communications

Level: Open Rank
Position for: Faculty
Full-time

Application deadline: Review will begin on September 28, 2015 and continue until the position is filled.

Full Or Part Time: Full-time

Description

The School of Public Policy (SPP) at Central European University in Budapest was launched in 2011 and is dedicated to making public policy not just innovative but revolutionary.

Central European University is a graduate-level “crossroads” university where faculty and students from more than 100 countries come to engage in interdisciplinary education, pursue advanced scholarship, and address some of society’s most vexing problems.

SPP invites applications for an open rank faculty position in New Media and Global Communications. Facilitated by changing technologies, new forms of media have engendered new interdependencies of electronic media, transitions in the information society, and continuing convergence across information, communication and technology sectors. Preparing future leaders from civil society, government, and business requires a new pedagogical approach, instilling in SPP graduates the ability to navigate multiple disciplinary, technological and geographical terrains. With this position, SPP is looking for an individual who can bring together global perspectives on new technologies, media institutions and governance questions, as well as the changing nature of transnational communication and information flows in open societies.

This faculty member will make an important contribution to developing the media studies portfolio within the School, teach graduate courses, develop innovative educational programs that emphasize bridging theory and practice, and engage with scholars and practitioners. The successful candidate will be expected to maintain an active research agenda and regularly publish in both academic and other venues. This faculty member would be among a community of researchers at the Center for Media, Data and Society at SPP.

The ideal candidate will:

• Have a Ph.D. and / or post graduate qualification in communication, media studies, political science, sociology, policy studies, law, or a related field;

• Have a strong record of academic publication and / or equivalent professional portfolio;

• Provide evidence of work that bridges theory and practice;

• Contribute with distinction to one or more of the following curricular areas: Technology and Society; Transnational Communication and Global Media; Social and Digital Media; Fundamental Communication Rights; Information and Knowledge Economies; Internet Governance; Civic Media; Media, Information and Communication Policy; Comparative Media Institutions; or Media Development, among others;

• Contribute to strengthening the intellectual and professional development of media and communication studies at SPP;

• Exhibit excellence and passion for teaching at the graduate level and capacity to teach components of the core curriculum;

• Demonstrate a commitment to research and scholarship contributing to the development and sustainability of open societies.

We encourage applications from candidates who are willing to make a long-term commitment to living and working in Budapest.

Compensation

An internationally competitive salary is offered commensurate with experience. Central European University offers an attractive benefits package.

About Central European University

Central European University (CEU) is a research-intensive university specializing in graduate education in the social sciences, humanities, public policy, law, and business. It is located in Budapest, Hungary, and accredited in the United States and Hungary. The language of instruction is English. CEU’s mission is to promote academic excellence, state-of-the-art research, and civic engagement in order to contribute to the development of open societies around the world. CEU offers both masters and doctoral programs, and enrolls more than 1,500 students from over 100 nations. The teaching staff consists of more than 180 resident faculty members from over 40 countries, in addition to a large number of prominent visiting scholars from around the world.

The normal teaching load at CEU is 12 taught credits (where one credit equals 50 minutes of classroom contact over a 12-week academic term) per academic year, plus student supervision.

About the School of Public Policy

In the words of its founder, George Soros, SPP aspires to become a “new kind of global institution dealing with global problems.” In its degree and non-degree programs, SPP aims to create an educational experience that involves not only the acquisition of skills and knowledge but also the cultivation of a mindset that emphasizes entrepreneurship, innovation, cultural awareness, and a commitment to the public good. SPP’s programs attract exceptional students from across the globe who seek a transformational experience to prepare for a career as change-makers in the public, civil society, and private sectors. Building on Central European University’s rich tradition of promoting diversity and open societies, SPP cultivates a rigorous interdisciplinary environment and strives to become a dynamic laboratory of ideas.

How to apply:
Letters of application should systematically address the above selection criteria. The application package should consist of a single PDF file with (1) an application letter (not exceeding 1,200 words) which indicates the name and rank of the position to which you are applying, (2) CV, (3) the contact information of three references, (4) a statement of teaching philosophy, and (5) up to two academic writing samples (one can be co-authored) and two sample syllabi may be attached as separate PDF files. Finalists will participate in both on-line and in-person job interviews, and will be subject to pre-employment checks prior to any appointment. Informal inquiries may be addressed to Dean Wolfgang Reinicke at spp@spp.ceu.edu. Please send your complete application package to job@ceu.edu and include the job code 2015/051 in the subject line. CEU is an equal opportunity employer.

Open Rank Faculty Position, Journalism and Media Studies (Global South)

Level: Open Rank
Position for: Faculty
Full-time

Application deadline: Review will begin on September 28, 2015 and continue until the position is filled.

Full Or Part Time: Full-time

Description

The School of Public Policy (SPP) at Central European University in Budapest was launched in 2011 and is dedicated to making public policy not just innovative but revolutionary.

Central European University is a graduate-level “crossroads” university where faculty and students from more than 100 countries come to engage in interdisciplinary education, pursue advanced scholarship, and address some of society’s most vexing problems.

SPP has an exciting opportunity for a media specialist to join the School, to actively contribute to the shaping of SPP’s teaching and research agenda and to the School’s mission of combining academic knowledge with applied learning and practice. This position is full time and open to all ranks. We particularly encourage applications from candidates working on Global South / Non Western media, with a focus on the intersection of media, politics and diplomacy, and who have the professional skills to empower students to communicate their ideas through interaction with real-world media.

This faculty member will make an important contribution to developing the media studies portfolio within the School, teach graduate courses, develop innovative educational programs that emphasize bridging theory and practice, engage with scholars and practitioners. The successful candidate will be expected to maintain an active research agenda and regularly publish in both academic and other venues.

The ideal candidates will:

• Have a Ph.D. and / or post graduate qualification in communication, media studies, political science, sociology, policy studies, law, or a related field;

• Have a strong record of academic publication and / or equivalent professional portfolio;

• Provide evidence of work that bridges theory and practice;

• Have transferable experience in journalism, production, broadcast, branding or related areas; focus on Global South / Non Western media, and the intersection of media, politics and diplomacy is preferred. The candidate will contribute innovative ideas for media courses within the interdisciplinary context of the School’s curricula, for example in relation to public policy, globalization and diplomacy;

• Contribute to strengthening the intellectual and professional development of media and communication studies at SPP;

• Exhibit excellence and passion for teaching at the graduate level and capacity to teach components of the core curriculum;

• Demonstrate a commitment to research and scholarship contributing to the development and sustainability of open societies.

We encourage applications from candidates who are willing to make a long-term commitment to living and working in Budapest.

Compensation

An internationally competitive salary is offered commensurate with experience. Central European University offers an attractive benefits package.

About Central European University

Central European University (CEU) is a research-intensive university specializing in graduate education in the social sciences, humanities, public policy, law, and business. It is located in Budapest, Hungary, and accredited in the United States and Hungary. The language of instruction is English. CEU’s mission is to promote academic excellence, state-of-the-art research, and civic engagement in order to contribute to the development of open societies around the world. CEU offers both master’s and doctoral programs, and enrolls more than 1,500 students from over 100 nations. The teaching staff consists of more than 180 resident faculty members from over 40 countries, in addition to a large number of prominent visiting scholars from around the world.

The normal teaching load at CEU is 12 taught credits (where one credit equals 50 minutes of classroom contact over a 12-week academic term) per academic year, plus student supervision.

About the School of Public Policy

In the words of its founder, George Soros, SPP aspires to become a “new kind of global institution dealing with global problems.” In its degree and non-degree programs, SPP aims to create an educational experience that involves not only the acquisition of skills and knowledge but also the cultivation of a mindset that emphasizes entrepreneurship, innovation, cultural awareness, and a commitment to the public good. SPP’s programs attract exceptional students from across the globe who seek a transformational experience to prepare for a career as change-makers in the public, civil society, and private sectors. Building on Central European University’s rich tradition of promoting diversity and open societies, SPP cultivates a rigorous interdisciplinary environment and strives to become a dynamic laboratory of ideas.

How to apply:
Letters of application should systematically address the above selection criteria. The application package should consist of a single PDF file with (1) an application letter (not exceeding 1,200 words) which indicates the name and rank of the position to which you are applying, (2) CV, (3) the contact information of three references, (4) a statement of teaching philosophy, and (5) up to two academic writing samples (one can be co-authored) and two sample syllabi may be attached as separate PDF files. Finalists will participate in both on-line and in-person job interviews, and will be subject to pre-employment checks prior to any appointment. Informal inquiries may be addressed to Dean Wolfgang Reinicke at spp@spp.ceu.edu. Please send your complete application package to applications@ceu.edu and include the job code 2015/050 in the subject line. CEU is an equal opportunity employer.

Read Full Post »

Dears, the UNFPA communication office have released the new issues of the newsletter TANSEEQ for Ending GBV in Lebanon”.

as the communication team of UNFPA stiplulates, “This newsletter constitutes Lebanon’s very first national networking tool on Gender Based Violence (GBV). It provides a comprehensive snapshot of activities in the area of GBV undertaken between July and December 2012 in Lebanon. A total of 14 actors in the area of GBV have contributed to the present issue.

 This issue’s special features are:

  • Supplement on the “16 Days to End Gender Violence” and the “White Ribbon” campaigns
  • Section on the Inter-Agency SGBV Task Force operating under the Protection working group for the Syria Humanitarian response
  • Winning articles of the UNFPA-supported GBV article-writing contest  among Journalism students at the Lebanese University”.

 to read this english version:

http://www.unfpa.org.lb/Documents/Tanseeq-6-English.aspx

to read the arabic version:

http://www.unfpa.org.lb/Documents/TANSEEQ-6-Arabic.aspx

 

tanseeq ending gender based violence in leabnon rita chemaly expert on women rights

Read Full Post »

Marhaba,
to all my foreign friends, to the husband of helene, of Souad, to Mathieu, to Catherine, to franzi, to Aicha, to Bea, to Iza, salsoul ( u understand lebanese better than me) bref, you are my friends, and when you come to leb, or hear some lebanese talking don’t say ouchh… now there is an application that teaches you how to speak the great “hi kifak ca va” dialect!
Jana, my long time friend from university sent me the update and the news related to the application.
also, I couldn’t but notice the yummy home page of the app, here it is below for you:
“Marhaba, you are about to download this application because you have a spouse or a Lebanese acquaintance, and you’ve been lost in translation when she/he speaks in lebanese, especially with family or on the phone with his/her mother in law! And you are so eager to speak this language …
Or it may be your Lebanese origins that lead you to take courses in lebanese dialect, to reconnect with them, or just to share with family when you visit the Land of Cedars.
But you may also be one of those people who are passionate about Lebanon, who knew about it through a friend, a private or professional trip, a book or a documentary. And you are curious about this dialect…
this is how the application home page explains it all… http://www.keefaktheapp.com/index.html

A new application Made by Lebanese to the World, is taking lots of space, virtually!
Friends, try it and tell me if you understand me or others when we talk!!
as for the developers, good work, I will try it too!!

Good luck!!
Rita Chemaly

You may also check KEEFAK through the below links:

www.keefaktheapp.com

– FB Page: facebook.com/keefaktheapp

– Twitter Account: @KeefakTheApp

– YouTube video: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=TFqUvjYiGVE

http://www.forbes.com/sites/natalierobehmed/2012/06/15/twitmail-and-the-future-of-middle-east-tech/2/
keefak application lebanon rita chemaly

Read Full Post »

par Mona Chollet, mardi 12 mars 2013

« Les musulmans semblent éprouver un sentiment de puissance virile à voiler leurs femmes, et les Occidentaux à les dévoiler », écrivait l’essayiste marocaine Fatema Mernissi dans Le Harem et l’Occident (Albin Michel, 2001). L’engouement des médias français pour des figures comme les Femen ou Aliaa El-Mahdy, l’étudiante égyptienne qui, en 2011, avait posé nue sur son blog (1), offre une nouvelle confirmation de la justesse de cette observation. On a pu voir sur France 2, le 5 mars, un documentaire consacré au collectif d’origine ukrainienne implanté en France depuis un peu plus d’un an (2), et un autre intitulé Aliaa, la révolutionnaire nue sur Public Sénat pour le 8 mars, Journée internationale des femmes.

Tant pis pour les milliers de femmes qui ont le mauvais goût de lutter pour leurs droits tout habillées, et/ou d’offrir un spectacle moins conforme aux critères dominants de jeunesse, de minceur, de beauté et de fermeté. « Le féminisme, c’est ces femmes qui ont défilé dans les rues du Caire, pas les Femen ! Et sur ces femmes-là, je vois peu de documentaires TV », s’insurgeait sur Twitter, le 6 février dernier, la correspondante de France Inter en Egypte, Vanessa Descouraux. En France, les organisations féministes « se voient désormais plus souvent interpellées sur ce qu’elles pensent du mouvement d’origine ukrainienne que sur leurs propres actions » (3).

« Si tu montres tes nichons,
je reviens avec mon photographe »

Femmes, vous voulez vous faire entendre ? Une seule solution : déshabillez-vous ! En octobre 2012, en Allemagne, les réfugiés qui campaient devant la Porte de Brandebourg, au centre de Berlin, pour dénoncer leurs conditions de vie peinaient à attirer l’attention des médias. En colère, une jeune femme qui manifestait avec eux lança à un journaliste de Bild : « Tu veux que je me mette à poil ? » « Le journaliste acquiesce et promet de revenir avec son photographe. D’autres journalistes l’apprennent et voilà, la foule d’objectifs se réunit autour des jeunes femmes qui soutiennent les réfugiés. Elles ne se sont pas déshabillées, mais ont profité de l’occasion pour dénoncer le sensationnalisme des médias (4). »

Les Femen, elles, ont été plus pragmatiques. Lors de leurs premières actions, en Ukraine, en 2008, elles avaient inscrit leurs slogans sur leurs dos nus, mais les photographes ne s’intéressaient qu’à leurs seins. Elles ont donc déplacé les inscriptions (5)… Cet ordre des choses n’inspire pas d’états d’âme particuliers à Inna Chevchenko, l’Ukrainienne qui a exporté la marque Femen en France : « On sait de quoi les médias ont besoin, déclarait-elle en décembre à Rue89. Du sexe, des scandales, des agressions : il faut leur donner. Etre dans les journaux, c’est exister (6). » Vraiment ?

Certes, la militante féministe Clémentine Autain a raison de rappeler que « le happening, c’est dans notre culture. De la suffragette Hubertine Auclert, qui renversait les urnes lors des élections municipales de 1910 pour que les journaux de la IIIe République puissent avoir leurs photos trash à la Une, aux militantes du MLF qui balançaient du mou de veau dans les meetings des anti-avortement dans les années 1970, on sait aussi monter des coups (7) ! ». Ce mode d’action est aussi celui de l’association Act Up dans sa lutte contre le sida. Mais encore faut-il que derrière les « coups », il y ait un fond politique solide et bien pensé qui leur donne leur sens. Or, dans le cas des Femen, c’est peu dire que le discours ne suit pas. Quand il ne se révèle pas franchement désastreux.

Contre les vieilles femmes qui lisent des livres

La réduction permanente des femmes à leur corps et à leur sexualité, la négation de leurs compétences intellectuelles, l’invisibilité sociale de celles qui sont inaptes à complaire aux regards masculins constituent des pierres d’angle du système patriarcal. Qu’un « mouvement » — elles ne seraient qu’une vingtaine en France — qui se prétend féministe puisse l’ignorer laisse pantois. « Nous vivons sous la domination masculine, et cela [la nudité] est la seule façon de les provoquer, d’obtenir leur attention », déclarait Inna Chevchenko au Guardian (8). Un féminisme qui s’incline devant la domination masculine : il fallait l’inventer.

Non seulement Chevchenko accepte cet ordre des choses, mais elle l’approuve (toujours dans The Guardian) : « Le féminisme classique est une vieille femme malade qui ne marche plus. Il est coincé dans le monde des conférences et des livres. » Elle a raison : à bas les vieilles femmes malades, elles ne sont même pas agréables à regarder. Et les livres, c’est plein de lettres qui font mal à la tête, bouh ! Auteur d’un excellent livre sur les usages du corps en politique (9), Claude Guillon commentait : « Le mieux intentionné des observateurs dirait que cette phrase exprime la présomption et la cruauté de la jeunesse. Il faut malheureusement ajouter pour l’occasion : et sa grande sottise ! En effet, et peut-être Inna aurait-elle pu le lire dans un livre, l’image des féministes comme de vieilles femmes coupées du monde (comprenez : et du marché de la chair) est un très vieux cliché antiféministe, qu’il est navrant de voir repris par une militante qui prétend renouveler le féminisme (10). » Depuis, les représentantes françaises du collectif ont cependant dû se résigner à sortir un livre d’entretiens (11) : « En France, il faut publier des textes pour être reconnu, légitime », soupire l’une d’entre elles (Libération, 7 mars 2013). Dur, dur.

Pour Rue89, Chevchenko résumait ainsi le discours des jeunes Françaises qui voulaient rejoindre les Femen : « Elles me disaient : “Les mouvements féministes qui existent déjà en France, ce ne sont pas des mouvements faits pour les jeunes femmes, mais pour des femmes intellectuelles qui ressemblent à des hommes, qui nient la sexualité, le fait qu’une femme puisse être féminine.” » A cet égard, il faut le reconnaître, les Femen marquent incontestablement un progrès. S’agissant d’une ancêtre comme Simone de Beauvoir, il a fallu attendre le centenaire de sa naissance, en 2008, pour la voir enfin à poil : c’était long. Mais la patience du monde fut récompensée : avec délice, Le Nouvel Observateur (3 janvier 2008) publia en couverture une photo montrant l’auteure du Deuxième sexe nue de dos dans sa salle de bains (12). Les Femen, elles, sont bonnes filles : elles mâchent le boulot (« femen » signifie d’ailleurs « cuisse » en latin, mais rien à voir, elles ont choisi ce nom « parce qu’il sonnait bien »). Après tout, ne soyons pas pudibonds : pour être féministe, on n’en a pas moins un corps, une sensualité, une vie sexuelle. On peut seulement déplorer que l’attente de toutes celles — et ceux — qui rêvent de se repaître des petites fesses de Jean-Paul Sartre dure toujours. Que fait Le Nouvel Observateur ? Les grands intellectuels n’auraient-ils pas, eux aussi, un corps, une sensualité, une vie sexuelle ? Pourquoi ne pas nous en faire profiter ? Pourquoi ne sont-ils pas, eux aussi, une denrée publique, que l’on peut exposer et commercialiser indépendamment de la volonté des intéressés ?

« Féminisme pop »

Après s’être attiré une large sympathie lorsqu’elles se sont fait agresser par les extrémistes catholiques de Civitas au cours de la manifestation contre le mariage pour tous, en novembre 2012, les Femen ont suscité de plus en plus de réserves et de désaveux — par exemple de la part du collectif féministe Les TumulTueuses, ou de l’actrice et réalisatrice Ovidie. Critiquées pour la caution qu’elles apportent à la vision du corps féminin forgée par l’industrie publicitaire, elles se sont défendues en publiant des photos de certaines de leurs membres qui s’écartent de ces canons. Le problème, c’est qu’on ne verra jamais celles-ci en couverture des Inrockuptibles, les seins en gant de toilette cadrant mal avec le « féminisme pop » que dit priser le magazine — ni dans Obsession, le supplément mode et consommation du Nouvel Observateur, pour lequel les Femen ont posé en septembre dernier. Et pas question d’arguer que ce n’est pas de leur faute : si elles voulaient être un minimum crédibles, elles devraient imposer la présence de ces membres lors des séances photo. « Quel peut être l’effet produit par cette photo de groupe [dans Les Inrockuptibles] sur les femmes moins jeunes, ou jeunes mais moins favorisées par le hasard génétique ? interroge Claude Guillon. Le même effet que le terrorisme publicitaire et machiste que le féminisme ne cesse de dénoncer. Cette photo est pire qu’une maladresse, c’est un contresens politique. »

Les dénégations répétées des membres du collectif ne suffisent pas, par ailleurs, à dissiper le soupçon d’une politique de la photogénie délibérée. Dans le livre Femen, l’une des fondatrices ukrainiennes déclare : « Nos filles doivent être sportives pour endurer des épreuves difficiles, et belles pour utiliser leur corps à bon escient. Pour résumer, Femen incarne l’image d’une femme nouvelle : belle, active et totalement libre. » Le féminisme, mieux qu’un yaourt au bifidus. L’une de ses camarades françaises invoque une « erreur de traduction » (13)…

Quoi qu’il en soit, en l’état actuel des choses, il n’est pas certain que les médias et le grand public fassent complètement la différence entre les Femen et la Cicciolina par exemple — précurseuse de la couronne de fleurs sur cheveux blonds —, ou la pin-up de la page 3 du quotidien britannique The Sun. Claude Guillon, encore : « “Au moins, me disait une jeune femme, depuis qu’elles se mettent à poil, on les écoute !” Que nenni. On les regarde tout au plus. Et lorsque les rédacteurs en chef en auront marre de mettre du nibard à la une (ça lasse, coco !), on ne les regardera plus. » Les journalistes de Rue89 sont elles-mêmes perplexes devant le succès d’audience du collectif : « Le premier article que nous avons fait sur les Femen était un “En images”. On y voyait simplement la photo d’une Femen devant la maison de DSK, seins nus. Trois paragraphes accompagnaient l’image. L’article a reçu 69 500 visites. C’est beaucoup. » Dans le fumeux « sextrémisme » promu par le groupe, il y a tout à parier que c’est surtout « sexe » qui fait tilter la machine médiatique.

Des médias devenus tous féministes ?

Le féminisme serait donc devenu consensuel, au point de faire la couverture de tous les journaux et d’avoir l’honneur de documentaires télévisés abondamment promus dans la presse ? Il faudrait être naïf pour le croire. L’intérêt pour les Femen s’avère parfaitement compatible avec l’antiféminisme le plus grossier. Ainsi, le 7 mars, Libération leur consacrait une double page ; cela ne l’a pas empêché de publier le lendemain, pour la Journée internationale des femmes, un numéro d’anthologie. Sous le titre « Du sexe pour tous ! », il a choisi de consacrer sa Une à l’« assistance sexuelle » pour les handicapés. La photo d’illustration montrait un handicapé au lit avec une « assistante » (blonde, souriante, incarnation de la douceur et de l’abnégation qui sont la vocation des vraies femmes), et non l’inverse : on a bien dit « Du sexe pour tous », pas « pour toutes ».

Pour le quotidien, ce combat s’inscrit dans le cadre de sa défense acharnée de la prostitution. En janvier dernier, déjà, il publiait le portrait d’un polyhandicapé qui militait pour le droit à l’« assistance sexuelle ». Comme le faisait remarquer sur son blog le cinéaste Patric Jean (14), cet homme avait cependant eu au cours de sa vie deux compagnes, et même des enfants, ce qui relativisait quelque peu l’argument de l’incapacité des handicapés à avoir une vie sexuelle. Histoire de compléter ce tableau de la femme selon Libé, le portrait de dernière page était celui de Miss France.

Même méfiance quand on voit Charlie Hebdo, bastion de l’humour de corps de garde, dont les dessins répètent semaine après semaine que la pire infamie au monde consiste à se faire sodomiser, c’est-à-dire à se retrouver dans une posture « féminine » (15), collaborer avec les Femen pour un numéro spécial (6 mars 2013). En couverture, le dessin de Luz reprend un visuel du groupe qui montre ses militantes brandissant une paire de testicules. Le cliché des féministes hystériques et « coupeuses de couilles », couplé à l’esthétique publicitaire : une bonne synthèse du produit Femen. Dans l’entretien qu’elle accorde à l’hebdomadaire satirique, Chevchenko déclare vouloir une société « où les femmes ont plus de pouvoirs que les hommes ». Bien bien bien.

Un pseudo-féminisme qui suscite un engouement général des plus suspects : en France, cela rappelle la bulle médiatique autour de Ni putes ni soumises, qui fut célébrée dans la mesure où elle permettait de renforcer la stigmatisation de l’islam et du « garçon arabe » (16). Deux ex-militantes de l’association, Loubna Méliane — assistante parlementaire du député socialiste Malek Boutih — et Safia Lebdi, ont d’ailleurs fait partie des premières ralliées aux Femen, avant de prendre leurs distances. La section française du groupe s’est installée à la Goutte d’Or, quartier parisien où vivent beaucoup de musulmans ou assimilés, et a annoncé son implantation par une affiche bleu-blanc-rouge qui rappelait curieusement les « apéros saucisson-pinard » organisés au même endroit en 2010 par des militants d’extrême droite.femen aliaa mahdi women rights

« Mentalité arabe » en Ukraine

Si l’anticléricalisme radical du collectif se comprend sans peine compte tenu du poids de l’Eglise orthodoxe dans la vie publique ukrainienne, ses porte-parole ont tendance à en franchir le cadre lorsqu’il s’agit de l’islam. L’une des fondatrices du mouvement, Anna Hutsol, a ainsi flirté avec le racisme en déplorant que la société ukrainienne ait été incapable « d’éradiquer la mentalité arabe envers les femmes » (17).

En mars 2012, sous le slogan « Plutôt à poil qu’en burqa », Femen France a organisé une « opération anti-burqa » devant la Tour Eiffel. Ses membres clament aussi que « La nudité, c’est la liberté », ou scandent : « France, déshabille-toi ! » Elles perpétuent ainsi un postulat très ancré dans la culture occidentale selon lequel le salut ne peut venir que d’une exposition maximale, en niant la violence que celle-ci peut parfois impliquer (18).

De nombreuses féministes leur ont objecté que, plutôt que d’affirmer la supériorité de la nudité, il vaudrait mieux défendre la liberté des femmes à s’habiller comme elles le souhaitent. Mais les Femen sont certaines de détenir la vérité. « On ne va pas adapter notre discours aux dix pays où s’est implanté le groupe. Notre message est universel », assure Chevchenko à 20minutes. Ce mélange de paresse intellectuelle et d’arrogance, cette prétention à dicter la bonne attitude aux femmes du monde entier, sont accueillis plutôt fraîchement. La chercheuse Sara Salem a ainsi reproché à l’étudiante égyptienne Aliaa El-Mahdy son alliance avec les Femen : « Si le geste de se déshabiller sur son blog pouvait être vu comme un moyen de défier une société patriarcale, il est problématique qu’elle collabore avec un groupe qui peut être défini comme colonialiste (19). » Mais pourquoi se remettre en question quand montrer vos seins suffit à vous assurer une audience maximale ?

(1) A la lumière de la remarque de Mernissi, le geste d’El-Mahdy est porteur d’une charge transgressive indéniable dans le contexte égyptien. Il lui a d’ailleurs valu des menaces intolérables. Mais le problème est que sa démarche, purement individuelle, reste impuissante à faire évoluer les mentalités dans son pays. Elle s’avère même contre-productive : en Occident, la jeune femme a été récupérée par des commentateurs dont les discours — ou les arrière-pensées — ne sont pas toujours bienveillants envers sa société d’origine.

(2) Nos seins, nos armes, de Caroline Fourest et Nadia El-Fani.

(3) « Femen, la guerre des “sextrémistes” », Libération, 7 mars 2013.

(7) « Le féminisme à l’épreuve du sextrémisme », M – Le magazine du Monde, 9 mars 2013.

(8) « Femen’s topless warriors start boot camp for global feminism », The Guardian, 22 septembre 2012.

(9) Claude Guillon, Je chante le corps critique, H&O, Paris, 2008.

(10) « Quel usage politique de la nudité ? », Claude Guillon, 7 février 2013. Ajout du 13 mars : lire aussi « “Sauvées par le gong” ? Femen, suite et fin » (12 mars).

(11) Femen, entretiens avec Galia Ackerman, Calmann-Lévy, Paris, 2013.

(12) Lire Sylvie Tissot, « “Une midinette aux ongles laqués” », Le Monde diplomatique, février 2008.

(13) « Femen : “Notre message est universel” », 20minutes.fr, 5 mars 2013.

(14) « Prostitution : Libération remet le couvert », Le blog de Patric Jean, 7 janvier 2013.

(15) Cf. Maïa Mazaurette, « Une remarque au sujet des caricatures “humiliantes” dans Charlie Hebdo », Sexactu, 20 septembre 2012.

(16) Nacira Guénif-Souilamas et Eric Macé, Les féministes et le garçon arabe, L’Aube, La Tour d’Aigues, 2004.

(17) « Femen, Ukraine’s Topless Warriors », TheAtlantic.com, 28 novembre 2012.

(18) Cf. « Femen ou le fétichisme du dévoilement », Seenthis, octobre 2012, et Alain Gresh, « Jupe et string obligatoires », Nouvelles d’Orient, Les blogs du Diplo, 20 mars 2011.

(19) Sara Salem, « Femen’s Neocolonial Feminism : When Nudity Becomes a Uniform », Al-Akhbar English, 26 décembre 2012.

Read Full Post »

Lebanese Women claim their rights:

the right to live safely at home

the right not to be harrassed at work

the right not to marry her rapist

the right to transmit her nationality to her children

the right to Live and To be A Lebanese CITIZEN!!!!

Rita Chemaly,

also for those who feel that big rage I feel,

do not hesitate to wath this short short movie, that is translated to English….

a great initiative bt the take back the parliament movement.

http://www.youtube.com/watch?v=e5dTJKwIMb0

 

 

Read Full Post »

Si dans ses poèmes Abou el Nouwas célèbre l’homosexualité, dans la réalité, le sujet au Liban reste un tabou, pire le sujet est criminalisé par les lois pénales, et religieuses. A la lumière des lois et pratiques en vigueur, les homosexuels au Liban comme dans les pays arabes sont stigmatisés par les communautés religieuses, les groups de pairs, leur collègues au travail, les medias et surtout leur famille. D’ailleurs le mot arabe « chazz » « déviant » très longtemps utilisé par les medias, souligne la discrimination à laquelle font face les homosexuels dans la société.

Sur le plan des lois, au Liban, le Code Pénal libanais datant de 1943, stipule dans son article 534 que “les relations sexuelles contre nature sont punies d’emprisonnement pour une durée entre un mois et un an, et d’une amende entre 200 000 et un million de livres libanaises”. Dans les textes l’homophobie au Liban est pénalisée et surtout criminalisée, dans la pratique sociale, même parmi les étudiants, l’homophobie fait rage ; Un article publié par un jeune étudiant dans le Journal des étudiants de l’Université Américaine, Outlook,  renforce la stigmatisation et l’homophobie, et la parution d’un tel article montre combien le sujet est sensible et mal-compris dans la société; Dans les familles, le sujet reste un tabou ; La société patriarcale libanaise, ne permet ni à l’homme ni à la femme de sortir du carcan des rôles sociaux attribués à chacun. De plus l’homme et la femme ne peuvent pas enfreindre les rôles prédéterminés par la société et les “bonnes mœurs” sans être considérés comme des parias. Dans la société, la discrimination via les femmes sont multiples, surtout envers les femmes célibataires. Une femme ne se complète que via un mariage et des enfants; Les personnes homosexuelles sont donc stigmatisées. Aussi, dans les familles, beaucoup parlent de l’homosexualité comme d’une maladie…

Quelques avancées sont à noter. Récemment et plus précisément depuis le début de l’année 2012, la blogosphère libanaise a vu fleurir des blogs anonymes pour la plupart d’homosexuels vivant au Liban. Le but d’un des blogs et de relater la vie de jeunes qui vivent dans un pays ou l’homosexualité est plus qu’un tabou, elle est un crime.  L’exemple tout en couleur est celui de « Alloush » et « Zouzou » un blog qui  se veut un blog de deux meilleurs amis  homosexuels qui racontent leur “simple” vie de tous les jours au “Liban”. Le blog se nomme Homos libnani, un jeu de mot, entre le célèbre pois chiche libanais et l’acronyme d’homosexuel ;

MEEM la communaute qui questionne la sexualite au Liban

MEEM la communauté qui questionne la sexualité au Liban

Aussi, le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban, relate des histoires vraies de femmes homosexuelles au Liban. Sous forme de lettres cachetées et anonymes, 41 lesbiennes, bisexuelles ou transsexuelles, âgées d’une trentaine d’années témoignent dans ce livre de leur calvaire né de l’incompréhension de la société qui ne reconnait pas leurs droits et du refus de leur famille d’accepter et même de tolérer leur orientation sexuelle. Des récits poignants qui racontent les difficultés de réconcilier la religion, la sexualité, le « standing » et la respectabilité des familles, la colère et la violence des parents ou des frères ; Effarant, un témoignage relate aussi un cas de viol.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Si les lois qui touchent à l’orientation sexuelle sont iniques et obsolètes au Liban, une polémique a pris forme récemment suite à l’arrestation de 36 hommes dans un cinéma d’un quartier populaire à Beyrouth lors de la projection d’un film pornographique.  Les hommes ont été obligés de subir des « tests anaux », les « tests de la honte » tels que les activistes les ont nommés. Les autorités prétextent que de tels tests aident à établir l’orientation sexuelle des personnes arrêtées et soupçonnées d’homosexualité. Pire que les lois, les pratiques pour « dépister » l’homosexualité touchent à la dignité humaine.

D’ailleurs une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux. Les manifestants ont ironisé en parlant de « viol médico-légal ». Les manifestants femmes, hommes et enfants ont brandi des pancartes et ont hurlé des slogans demandant à l’Etat de respecter la liberté sexuelle, les corps des citoyens et citoyennes et d’arrêter les humiliants examens, physiques et psychologiques. Ils ont fait la « sourde oreille » aux remarques déplaisantes de certains passants. Rétorquant simplement… les tests sont des viols, des viols légaux honteux et révoltants.

Une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

Une manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

HELEM l’association première en son genre dans le monde arabe et qui défend les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres a haussé le ton lors de la manifestation via des pancartes et T-shirts qui ont crûment représenté les tests qui sont infligés aux personnes arrêtées. Des tests qui n’ont aucune valeur scientifique et que l’Ordre des médecins a déclaré illégaux. Des tests qui ne respectent point la dignité humaine, ni l’intégrité physique et morale des détenus hommes ou femmes. En un mot, comme le résume la pancarte de la manifestation, des tests honteux.

Helem ... une association qui protege les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Helem … une association qui protège les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Une lueur d’espoir nait du scandale des tests : toute forme de bigoterie et racisme est dénoncée, notamment sur la page du « Lebanese LGBT Media Monitor », les médias et notamment les émissions télévisées sont passées au crible fin, et toute émission et ou présentateur qui prônent l’homophobie sont virulemment pointé du doigt. Des lettres électroniques sont adressées aux responsables. Le message clair du Syndicat des médecins est salué sur les pages des medias sociaux et dans les divers blogs ; La Troisième Voix pour le Liban » (3V) le Think tank en ligne qui rassemble divers experts, a préparé et publié un texte  montrant l’anticonstitutionnalité des dispositions de l’article 534 du Code Pénal.

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace...

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace…

Les réactions de la communauté homosexuelle au Liban, des activistes de la société civile, et de certains des grands medias qui ont passé en boucle dans leur introduction au Journal du soir le mot honte, et ont souligné l’aspect révoltant des tests montrent une avancée minime soit-elle vers la dépénalisation de l’homosexualité au moins dans l’esprit d’une partie de la conscience sociétale. Dans l’espoir de voir le code Pénal amendé, il est important que tous et toutes se mobilisent pour la liberté sexuelle et le respect des communautés marginalisées dans un pays ou le qu’en dira-t-on et les tabous priment.

Rita CHEMALY

Auteure et Chercheure en Sciences Politiques

Blog sur : http://www.ritachemaly.wordpress.com

 

Read Full Post »

Excellent film d’une conference par Ahmed Benchemsi donnee au Canada….

il parle de la laicite “secularism : from within” dans le monde arabe.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DeYzNvTVd38

a voir!!!

Rita Chemaly

 

Read Full Post »

Older Posts »

%d bloggers like this: