Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘homophobie’

 

The Gender and Sexuality Resource Center (GSRC) at the Arab Foundation for Freedoms and Equality has announced the launch of the Sexual Orientation and Gender Identity & Expression (SOGIE) Monitor.

“The SOGIE Monitor is a unified online documentation tool between organizations working on gender and sexuality, with a focus on LGBT populations.”

This online  platform has been created to document and classify cases of human rights violations on the basis of gender identity & expression and sexual orientation. Marsa Sexual Health Center, Helem (Lebanese Protection for LGBT), LebMASH (Lebanese Medical Association for Sexual Health), and MOSAIC (MENA Organization for Services, Advocacy, Integration and Capacity Building) are Part of It! Hat off to the 3 Organisations!!!!

“The aim is to allow individuals as well as service providers to document cases of violations via a secure interface and to provide the necessary follow-up and referral for violation cases. Filling this information gap will also allow for the publication of regular reports of the different violations, to be used as an important tool for advocacy and lobbying.”

For more information, here is the  website in Arabic: www.thesogiemonitor.org

Again Hat off for such a wonderful Initiative!!

Rita Chemaly

monitor-logo

here is the link 

إبلاغ عن انتهاك

 

Read Full Post »

One of the most Horrible action against #human rights and human #dignity without talking about the freedom of choice,

the story as it has been prepared by NOW, is below for your information,

in both english and arabic.

rita

 

“I was standing outside the nightclub with my friends when I was ordered by [municipality] police to get into the car, with no legal order” one of the transgender revelers harassed Saturday night at Dekwaneh club Ghost told NOW, on condition of anonymity. She said she was taken into a room where she was abused both verbally and sexually by municipality head Antoine Chakhtoura’s deputies.

“They hit me and pushed me around and insulted me by using derogatory terms like ‘faggot’ and ‘half-a-man,’ then they asked demeaning questions such as how much do I make per hour and whether I enjoy ‘sucking on it,’ then asked me to strip naked and then took photographs of me.”

Lebanese activists and experts believe Chakhtoura’s actions have set a dangerous precedent whereby the Lebanese official can apply his own conception of justice as Lebanese law.

Among those who were arrested late night Saturday were three gay men and a transgender person. Each were forced to undress in front of Chakhtoura’s policemen, under his order, so they could determine their gender.

Following Saturday’s events, in an interview with the Lebanese television station LBC, Chakhtoura admitted that the detained were undressed, saying “Of course we made them take off their clothes, we saw a scandalous situation and we had to know what these people were. Is it a woman or a man? It turned out to be a half-woman and half-man and I do not accept this in my Dekwaneh.”

In an interview with NOW, Chakhtoura defended his actions saying “It is not my business what gender they decide to be, but they were violating moral codes of conduct and were taking drugs and it is my duty to put an end to it.”

However, the transgender person emphasized that she had no drugs in her possession and has asked the forces to give her a blood test to check for the viability of the accusations. Her requests have gone unanswered.

As for the sealing of the night club, Chakhtoura stressed to NOW that he believes it endorses sexual activities inside and outside its premises, and promoted the trafficking of drugs and “drunken” behavior. He also claims that his actions are justified by Article 74 in the municipal law code.

Ghost nightclub’s management has condemned the municipality’s accusation, stressing to NOW that the accusations against them are false and that the raid had no prior warning.

The manager, who also preferred to remain anonymous, explained that Chakhtoura came to the location and accused him of drug trafficking and prostitution, and when he was given the freedom to look into his accusations Chakhtoura replied “No, I don’t want to check, I want this place to be shut down.”

“I refused to close down,” then he walked out saying “but you have gay men in here.” Soon after, twelve of Chakhtoura’s policemen entered the nightclub, bullied customers out, and turned the music off. As of Monday afternoon, Ghost nightclub was sealed by order of the municipality, a note visible on its door with the names of the 4 persons who had been detained.

Lawyer and human rights activist Nizar Saghieh explained that the head of the municipality, in his actions, surpassed the relevant legal institutions and should thus be held legally accountable.

“By law, he is only allowed to gather the information needed and file a complaint to the public prosecution office. He has no right to take the decision on his own. His raid is illegal,” stressed Saghieh.

Until now, the club’s management has not filed a law suit against Chakhtoura and is waiting for the prosecution office to issue its own order, because they strongly believe Chakhtoura’s case is personal.

“Clearly, he has personal issues with homosexual men because this is not the first time these harassments take place, his men have been detaining passersby for over 6 months now,” the manager added.

Charbel Maydaa, the director of Helem, an NGO whose mission is to defend gay rights, confirmed the above allegations and explained that the organization has been monitoring the nightclub since they learned of the recurrent harassment and abuse of gay men and transgender people. Maydaa told NOW that customers near the nightclub are frequently exposed to abuse because of their appearance, and that victims were taken to the police municipality in the trunks of police cars.

Saghieh added that the municipal police’s detainment of customers is also illegal and should be looked into urgently because it is a clear violation of the constitution.

“They have no right to question subjects in any case; it is the judicial police jurisdiction and that is, if there was a crime at hand, but there isn’t one, transsexuality is not a crime, there is no legal finding to support it anywhere.”

Saghieh emphasized that if the subjects decide not to pursue a case, then it is  the lebanese civil society’s duty to address the issue as quickly as possible.

“This is a crime and Chakhtoura admitted to it publicly. Lebanese civil society should file a complaint against him at the public prosecution office.”

“This is very dangerous. He is forcing his own values, considering anything against them a crime, then punishing the wrong-doers. This should not be accepted,” said Saghieh.

SOURCE https://now.mmedia.me/lb/en/reportsfeatures/transgender-club-victim-speaks-out

هذا ما حصل في ملهى المتحولين جنسياً في الدكوانة

رئيس بلدية يعتقل ويضايق مثليين ومتحوّلين جنسياً

(أ.ف.ب.)

“كنتُ أقف خارج الملهى الليلي مع أصدقائي عندما أمرتني شرطة البلدية بالدخول الى السيارة، دون أي مذكّرة قانونية” قالت لـ NOW واحدة من المشاركين في الحفلة الصاخبة الذين تعرضوا لمضايقات ليلة السبت الماضية في ملهى Ghost في الدكوانة، شرط عدم ذكر اسمها. قالت إنّها أدخلت الى غرفة حيث تعرّضت لأذى شفهي وجنسي من قبل مندوبي رئيس البلدية أنطوان شختورة.

“ضربوني وعاملوني بقسوة وأهانوني مستخدمين تعابير بذيئة مثل “مخنّث” و”نصف رجل”، ومن ثم طرحوا عليّ أسئلة مهينة مثل كم هو أجري في الساعة وإذا ما كنتُ أستمتع بالأمر، ومن ثم طلبوا مني ان أخلع ثيابي والتقطوا لي صوراً”.

يعتقد الناشطون والخبراء اللبنانيون أنّ أعمال شختورة تفرض سابقة خطيرة حيث يمكن لمسؤول لبناني أن يطبّق مفهومه الخاص للعدالة على اعتبار أنّه قانون لبناني.

من بين أولئك الذين تمّ اعتقالهم ليل السبت الماضي كان ثلاثة مثليين وشخص متحوّل جنسياً. وكل واحد منهم أجبر على خلع ثيابه أمام رجال شرطة شختورة، بأمر منه، بحيث يتمكنون من تحديد هويتهم الجنسية.

بعد أحداث ليلة السبت، وفي مقابلة له مع محطة التلفزيون اللبنانية LBC، اعترف شختورة بأنّهم جعلوا المعتقلين يخلعون ثيابهم، قائلاً “بالطبع جعلناهم يخلعون ثيابهم،عندما رأينا وضعاً فاضحاً وكان علينا أن نعرف ما هم هؤلاء الأشخاص. رجال أو نساء؟ وبدا أنّهم أنصاف رجال وأنصاف نساء وأنا لا أقبل بمثل ذلك في الدكوانة التي أنتمي إليها”.

وفي مقابلة له مع NOW، دافع شختورة عن أفعاله قائلاً “ليس شأني أية هوية جنسية يريدون لأنفسهم، ولكنّهم كانوا ينتهكون قوانين السلوك الأخلاقية وكانوا يتعاطون المخدرات ومن واجبي وضع حد لذلك”.

غير أنّ المتحوّلة جنسياً أكّدت أنّه لم يكن بحوزتها مخدرات وطلبت من القوى [الأمنية] أن يُجرى لها فحص دم للتحقّق من صحة الاتهامات. ولم تتم الاستجابة لمطالبها.

وبالنسبة لختم الملهى الليلي بالشمع الأحمر، أكد شختورة أنّه يعتقد بأنّه يسمح بالنشاطات الجنسية داخل مبناه وخارجه، وأنّه يروّج لتجارة المخدرات ولسلوك السكيرين. وهو يزعم بأنّ أفعاله تبرّرها المادة 74 من قانون البلديات.

ومن جهتها أدانت إدارة ملهى “غوست” اتهام البلدية، مشدّدة لـ NOW على أنّ الاتهامات الموجهة لها باطلة وأنّ “الكبسة” على الملهي لم يسبقها أي تحذير.

وشرح مدير الملهى، الذي فضّل هو كذلك عدم الإفصاح عن هويته، أنّ شختورة جاء الى المكان واتهمه بتجارة المخدرات وبالدعارة، وعندما سُمح له بالتحقّق من صحة اتهاماته، أجاب شختورة “لا، لا أريد التحقّق، أريدُ إقفال هذا المكان”.

“رفضتُ الإقفال”، ومن ثم خرج قائلاً “ولكن لديكم مثليين هنا”. وبعد ذلك بقليل، دخل 12 من رجال شرطة شختورة الى الملهى، قاموا بالتنمير على الزبائن، وأطفأوا الموسيقى. ومنذ بعد ظهر يوم الإثنين الماضي، جرى إقفال ملهى غوست بالشمع الاحمر بأمر من البلدية، وتبدو ملاحظة عُلّقت على بابه بأسماء الأشخاص الأربعة الذين جرى اعتقالهم.

وفي هذا السياق، شرح المحامي والناشط في مجال حقوق الإنسان نزار صاغية أنّ رئيس البلدية تخطّى بهذه التصرّفات، المؤسسات القانونية المختصّة وبالتالي يجب أن يحاسب قانونياً على ذلك.

“كما ينص القانون، يُسمح له فقط بجمع المعلومات المطلوية ورفع شكوى الى مكتب المدعي العام. لا يحق له أن يتخّذ القرار بنفسه. إغارته على المكان غير قانونية” شدّد صاغية قائلاً.

حتى الآن، لم ترفع إدارة الملهى قضية على شختورة وهي بانتظار أن يُصدر مكتب الادعاء حكمه، لأنّهم يعتقدون اعتقاداً راسخاً بأنّ قضية شختورة قضية شخصية.

“من الواضح أنّ لديه مسائل شخصية حيال الرجال المثليين لأنّ هذه ليست المرة الأولى التي تحصل فيها هذه المضايقات، فمنذ أكثر من ستة أشهر يقوم رجاله باعتقال المارة”، أضاف المدير.

وبدوره أكّد شربل الميدع، المدير التنفيذي لجمعية “حلم” غير الحكومية التي تهتم بالدفاع عن حقوق المثليين، على الادعاءات السابقة وشرح أنّ الجمعية كانت تراقب الملهى الليلي منذ علموا بالمضايقات المتكرّرة وبالإساءة الى الرجال المثليين والأشخاص المتحولين جنسياً. وقال الميدع لـ NOW إنّ الزبائن قرب الملهى الليلي دائماً ما يتعرّضون للاعتداء بسبب مظهرهم، وأنّ ضحايا الأحد الماضي نُقلوا الى مقر شرطة البلدية في صناديق سيارات الشرطة.

وأضاف صاغية أنّ اعتقال الشرطة البلدية للزبائن هو أيضاً غير قانوني ويجب النظر فيه بأقصى سرعة لأنه مخالفة واضحة للدستور.

“ليس لديهم الحق باستجواب أي كان في أية قضية كانت؛ فهذا من اختصاص الشرطة القضائية، هذا في حال كانت هناك جريمة، ولكن لا توجد جريمة، التحوّل الجنسي ليس بجريمة، ليس هناك أي حيثية قانونية لدعمها في أي مكان”.

وشدّد صاغية على أنّه في حال قرّر المعنيون بالحادثة عدم رفع أي قضية، فمن واجب المجتمع المدني اللبناني معالجة المسألة بأسرع وقت ممكن.

“هذه جريمة وقد اعترف شختورة علناً باقترافها. على المجتمع المدني أن يرفع شكوى ضدّه لدى مكتب المدعي العام”.

“هذا أمر شديد الخطورة. إنّه يفرض قيمه الخاصة، معتبراً أي شيء يعارض هذه القيم جريمة، ومن ثمّ يعاقب الآثمين الذين ارتكبوها. لا يجب القبول بذلك”، قال صاغية

Source:

https://now.mmedia.me/lb/ar/nowspecialar/%D9%87%D8%B0%D8%A7-%D9%85%D8%A7-%D8%AD%D8%B5%D9%84-%D9%81%D9%8A-%D9%85%D9%84%D9%87%D9%89-%D8%A7%D9%84%D9%85%D8%AA%D8%AD%D9%88%D9%84%D9%8A%D9%86-%D8%AC%D9%86%D8%B3%D9%8A%D8%A7-%D9%81%D9%8A-%D8%A7%D9%84%D8%AF%D9%83%D9%88%D8%A7%D9%86%D8%A9

 

Read Full Post »

une bonne reponse sur la polemique concernant l’adoption par les familles homoparentales : 
Si on distinguait amour et sexe, je ne vois pas pourquoi la religion, l’État ou toute autre structure sociale condamnerait la famille homoparentale. Je ne vois pas pourquoi non plus on ne laisserait pas s’unir deux personnes qui s’aiment et qui sont du même sexe. En 1995, l’archevêque de Canterbury défendait les homosexuels en disant que deux personnes qui s’aiment sur terre, quel que soit leur sexe, « expérimentent ici-bas ce que sera leur jouissance céleste lorsqu’ils seront auprès de Dieu ».

voila une partie de l’article paru dans L’orient le jour au Liban sur le sujet, pour ceux qui sont interesses, je reprends l’article ci-dessous. encore plus l’identification vient selon le psychanaliste des fonctions de meres et peres, et non de leur sexualite.

bon a vous l’article

Rita Chemaly

Mariage gay : Chawki Azouri met les Français sur le divan

« Ce que craignent les gens de droite, c’est la contagion par l’homosexualité de leurs convictions maritales »

On ne saura jamais qui a vraiment fait quoi. Et dans quelles proportions. Une chose est sûre pourtant : l’UMP (flanquée presque honteuse du Front national) s’est jetée comme la misère sur le peuple sur les manifestations antimariage pour tous. Y voyant, intelligemment cela dit, un levier de pression particulièrement efficace, puisque détourné, contre François Hollande, son gouvernement et sa politique. Surtout que le vote de la loi Taubira coïncide (il n’y a pas de hasards…) avec l’engluement très Charybde et Scylla du locataire de l’Élysée dans cent et un scandales. Dans cent et une crises. Dans des sondages abyssaux, aussi…

En réalité, savoir à quel point les manifestants antimariage pour tous ont été instrumentalisés et leurs revendications politisées ne changerait rien à la donne. Ne changerait rien à un constat, une évidence assez inquiétants : rarement un sujet aura à ce point divisé un pays pourtant connu dans le monde entier pour son obsession des mots en té : liberté, égalité, fraternité, etc. Une division qui ressemble parfois à une véritable fracture : l’homophobie, ou du moins ses manifestations publiques, visibles, ont décuplé en France.

François Hollande doit être réellement soulagé de la fin de ce ramdam plus mélo turc que tragi-comédie shakespearienne et qui faisait se gausser beaucoup d’Européens, jamais avares quand il s’agit de critiquer les Français, de se moquer d’eux. Des 60 clauses de son contrat nuptial avec ses compatriotes, le président doit sans doute être fier du n° 31, qui lui aura permis de vivre à fond son quart d’heure mitterrandien. Sauf que ce même président serait fort embêté, au bout de son mandant, s’il ne réussissait que ce point-là. Et que tout le reste de ses promesses aille se fracasser contre les murs (de la conjoncture, de l’incompétence de tel ou telle, de la mauvaise volonté des citoyens, etc.)…

Il n’en reste pas moins qu’à cause de cette loi (ou grâce à cette loi, peut-être…), le clivage des Français a été recraché au grand jour. Dans toute sa crudité, son indignité et, souvent, son horreur.
Psychanalyste et psychiatre franco-libanais dont plus personne ou presque n’ignore la maestria chirurgicale à placer le bon mot (ou la bonne phrase) au bon endroit et au bon moment, Chawki Azouri connaît très bien la France. Et les Français. Il a répondu aux questions de L’Orient-Le Jour, succinctement mais avec une force d’impact météorique. La preuve par 9…

L’OLJ : Comment expliquer cette férocité, cette détermination des Français antimariage pour tous ? Cette opposition est différente de toutes celles que les pays européens qui ont légalisé le mariage gay ont connues, à commencer par l’Espagne, pourtant bien plus catholique que la France…
C.A. : Ce n’est pas le catholicisme qui est en jeu en France, mais paradoxalement l’esprit révolutionnaire. Non pas que ce sont les gens de gauche qui sont contre, au contraire : c’est la gauche qui a fait passer la loi ; mais plutôt un esprit révolutionnaire qui ne veut pas que les homosexuels, marginaux de fait, soient désireux de se ranger – le mariage étant par excellence un signe de normalité sociale. Ce que craignent les gens de droite, c’est la contagion par l’homosexualité de leurs convictions maritales.

Y a-t-il des relents de guerre civile (morale, psychologique, de valeurs…) ?
On peut comparer cela à une guerre civile, en témoigne l’empoignade des manifestations pour et anti. C’est une question de valeurs en premier, morale ensuite et enfin psychologique.
Certains se battent pour des questions de valeurs : ceux qui sont embrigadés dans l’idée que le mariage est un sacrement. D’autres se battent pour une question de morale : ceux qui par exemple condamnent l’homosexualité comme étant « contre nature ». Enfin ceux qui se battent pour des questions pseudo-psychologiques, soit ceux qui s’appuient par exemple sur l’identification : comment vont s’identifier le garçon et la fille s’ils ont deux parents du même sexe.
La réponse est simple. Dans un couple, c’est la fonction qui est déterminante pour les identifications, non pas l’anatomie. Par exemple, la fonction de mère n’est pas nécessairement à remplir par la femme, de même la fonction paternelle n’est pas nécessairement à remplir par l’homme.

En quoi le mariage gay serait-il une menace pour les hétérosexuels ? Y a-t-il de la peur ? Qu’est-ce qui justifie le retour tonitruant de paroles et surtout d’actes homophobes ? Y avait-il une homophobie d’État que cette loi a dynamitée ?
Il n’y a aucune différence quant aux valeurs entre l’hétérosexuel(le) et l’homosexuel(le). C’est une projection maladive de la part des hétérosexuels homophobes qui se vantent d’avoir des valeurs que l’homosexuel(le) n’aurait pas. L’homosexualité est présente en nous depuis le début de l’humanité sur le plan phylogénétique et sur le plan ontologique depuis la découverte de la différence des sexes. L’horreur de la différence des sexes est commune à tous vers l’âge de trois/quatre ans. Elle sera dépassée progressivement jusqu’à l’acceptation de la différence. C’est surtout l’absence de pénis chez la fille qui horrifie autant le petit garçon que la petite fille.
À partir de là, les enfants se rabattent sur leur propre sexe comme valeur narcissique. Ceux qui restent dans cette position auront tendance à choisir inconsciemment un partenaire du même sexe. Il n’y a aucune anormalité sur ce point, sauf chez ceux qui veulent combattre cela en étant homophobe. Leur homophobie est en fait une défense contre leur homosexualité inconsciente.
Quant à l’homophobie d’État, elle ressemble à toute discrimination que la société génère contre tout genre de marginalité. Oui, cette loi l’a dynamitée.

C’est « liberté, égalité, fraternité » vs mariage gay ?
Non, je dirais « liberté, égalité, fraternité » et mariage gay.

Quid de l’adoption ? Des familles homoparentales ?
Si on distinguait amour et sexe, je ne vois pas pourquoi la religion, l’État ou toute autre structure sociale condamnerait la famille homoparentale. Je ne vois pas pourquoi non plus on ne laisserait pas s’unir deux personnes qui s’aiment et qui sont du même sexe. En 1995, l’archevêque de Canterbury défendait les homosexuels en disant que deux personnes qui s’aiment sur terre, quel que soit leur sexe, « expérimentent ici-bas ce que sera leur jouissance céleste lorsqu’ils seront auprès de Dieu ».

Source: http://www.lorientlejour.com/article/812246/mariage-gay-chawki-azouri-met-les-francais-sur-le-divan.html

 

Read Full Post »

LE PLUS. Dans une interview accordée au “Journal du dimanche”, la ministre de la Famille défend le projet de loi du mariage pour tous. Une de ses réponses a particulièrement déplu à Jean-Pier Delaume-Myard, lui même homosexuel et opposé à ces unions.

Édité par Hélène Decommer

le “Journal du dimanche”, la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, explique :

homosexualite rc

“Je note un progrès : tous les ‘anti’ éprouvent la nécessité de dire qu’ils n’ont rien contre les homosexuels. Mais dans le même temps, ils leur refusent les mêmes droits. Or quand on ne donne pas les mêmes droits aux Noirs et aux Blancs, on dit que c’est du racisme ; quand on ne donne pas les mêmes droits aux femmes et aux hommes, on dit que c’est du sexisme. Quand on ne donne pas les mêmes droits aux homosexuels et aux hétérosexuels, n’est-ce pas de l’homophobie ?”

 

Je suis donc homophobe !

 

Madame la Ministre, j’ai 49 ans. Depuis l’âge de 24 ans, j’ai toujours fait le choix de vivre en couple avec un autre homme. Je suis contre le mariage de personne de même sexe, non pas pour des raisons d’union entre deux personnes qui s’aiment – je suis pacsé -, mais pour la question fondamentale de l’enfant et de son droit à avoir un père et une mère comme tous les autres enfants.

 

Je ne savais donc pas que, du coup, j’étais un homo homophobe. Merci de me le signaler. Je vais voir comment je peux me soigner. Pour information : en novembre 1998, j’ai été le lauréat d’un concours national contre l’homophobie. Quel désappointement cela doit être pour les personnes qui étaient membre du jury dont une ministre du gouvernement auquel vous appartenez de découvrir ce que je suis devenu selon vous.

 

Une petite question au passage. Si je suis votre raisonnement, il se trouve que je suis pour la cause palestinienne : est-ce que cela fait de moi un antisémite ?

 

Penser à l’enfant avant tout

 

Sur “Le Plus”, où j’ai publié un article qui a fait le buzz comme l’on dit, je pose la question : “pour qui est faite cette loi ?”. Nombreux sont les homosexuels que je connais et qui n’ont aucune envie de se marier, pas plus que de se pacser d’ailleurs. Vous connaissez mieux que moi les chiffres sur le pacs en France.

 

En tant qu’homosexuel et selon vous homophobe, je pense uniquement ici à l’intérêt de l’enfant. Bien sûr qu’un couple de même sexe peut apporter autant de bonheur qu’un couple hétérosexuel. Certes et après ? Cela sera quoi, les repères pour cet enfant, sa filiation ? Son non rapport à la mère ou au père ? Il y a aussi les grands-parents. Ils jouent un rôle considérable dans l’éducation, on l’oublie un peu trop souvent. En aura-t-il seulement ? Les homosexuels sont souvent rejetés de leur propre famille (ce n’est pas mon cas). D’ailleurs, les associations gay le savent bien, puisqu’elles se battent contre cela. Réserve-t-on à ces enfants le même sort que les enfants nés sous X et qui, toute leur vie, partent à la recherche de leurs racines ?

 

Dans le cas d’un couple homosexuel masculin, est-ce que la mère deviendrait alors une simple génitrice ? Et vous, Madame la Ministre, qu’en pensez-vous ? Auriez-vous accepté de procréer pour un couple homosexuel ?

 

Avant de parler de la liberté, de l’égalité ou non de pouvoir se marier entre personnes de même sexe, peut-on penser une minute à la liberté, à l’égalité de l’enfant dans cette nouvelle société qu’on lui prépare ? Il a peut-être envie d’avoir un père et une mère comme ses copains d’école qui ont des parents divorcés, recomposés ou unis, mais un père et une mère !

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/741910-suis-je-un-homosexuel-homophobe-lettre-ouverte-a-la-ministre-de-la-famille.html#xtor=EPR-4-[DernContrib]-20121221

 

Read Full Post »

Si dans ses poèmes Abou el Nouwas célèbre l’homosexualité, dans la réalité, le sujet au Liban reste un tabou, pire le sujet est criminalisé par les lois pénales, et religieuses. A la lumière des lois et pratiques en vigueur, les homosexuels au Liban comme dans les pays arabes sont stigmatisés par les communautés religieuses, les groups de pairs, leur collègues au travail, les medias et surtout leur famille. D’ailleurs le mot arabe « chazz » « déviant » très longtemps utilisé par les medias, souligne la discrimination à laquelle font face les homosexuels dans la société.

Sur le plan des lois, au Liban, le Code Pénal libanais datant de 1943, stipule dans son article 534 que “les relations sexuelles contre nature sont punies d’emprisonnement pour une durée entre un mois et un an, et d’une amende entre 200 000 et un million de livres libanaises”. Dans les textes l’homophobie au Liban est pénalisée et surtout criminalisée, dans la pratique sociale, même parmi les étudiants, l’homophobie fait rage ; Un article publié par un jeune étudiant dans le Journal des étudiants de l’Université Américaine, Outlook,  renforce la stigmatisation et l’homophobie, et la parution d’un tel article montre combien le sujet est sensible et mal-compris dans la société; Dans les familles, le sujet reste un tabou ; La société patriarcale libanaise, ne permet ni à l’homme ni à la femme de sortir du carcan des rôles sociaux attribués à chacun. De plus l’homme et la femme ne peuvent pas enfreindre les rôles prédéterminés par la société et les “bonnes mœurs” sans être considérés comme des parias. Dans la société, la discrimination via les femmes sont multiples, surtout envers les femmes célibataires. Une femme ne se complète que via un mariage et des enfants; Les personnes homosexuelles sont donc stigmatisées. Aussi, dans les familles, beaucoup parlent de l’homosexualité comme d’une maladie…

Quelques avancées sont à noter. Récemment et plus précisément depuis le début de l’année 2012, la blogosphère libanaise a vu fleurir des blogs anonymes pour la plupart d’homosexuels vivant au Liban. Le but d’un des blogs et de relater la vie de jeunes qui vivent dans un pays ou l’homosexualité est plus qu’un tabou, elle est un crime.  L’exemple tout en couleur est celui de « Alloush » et « Zouzou » un blog qui  se veut un blog de deux meilleurs amis  homosexuels qui racontent leur “simple” vie de tous les jours au “Liban”. Le blog se nomme Homos libnani, un jeu de mot, entre le célèbre pois chiche libanais et l’acronyme d’homosexuel ;

MEEM la communaute qui questionne la sexualite au Liban

MEEM la communauté qui questionne la sexualité au Liban

Aussi, le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban, relate des histoires vraies de femmes homosexuelles au Liban. Sous forme de lettres cachetées et anonymes, 41 lesbiennes, bisexuelles ou transsexuelles, âgées d’une trentaine d’années témoignent dans ce livre de leur calvaire né de l’incompréhension de la société qui ne reconnait pas leurs droits et du refus de leur famille d’accepter et même de tolérer leur orientation sexuelle. Des récits poignants qui racontent les difficultés de réconcilier la religion, la sexualité, le « standing » et la respectabilité des familles, la colère et la violence des parents ou des frères ; Effarant, un témoignage relate aussi un cas de viol.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Si les lois qui touchent à l’orientation sexuelle sont iniques et obsolètes au Liban, une polémique a pris forme récemment suite à l’arrestation de 36 hommes dans un cinéma d’un quartier populaire à Beyrouth lors de la projection d’un film pornographique.  Les hommes ont été obligés de subir des « tests anaux », les « tests de la honte » tels que les activistes les ont nommés. Les autorités prétextent que de tels tests aident à établir l’orientation sexuelle des personnes arrêtées et soupçonnées d’homosexualité. Pire que les lois, les pratiques pour « dépister » l’homosexualité touchent à la dignité humaine.

D’ailleurs une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux. Les manifestants ont ironisé en parlant de « viol médico-légal ». Les manifestants femmes, hommes et enfants ont brandi des pancartes et ont hurlé des slogans demandant à l’Etat de respecter la liberté sexuelle, les corps des citoyens et citoyennes et d’arrêter les humiliants examens, physiques et psychologiques. Ils ont fait la « sourde oreille » aux remarques déplaisantes de certains passants. Rétorquant simplement… les tests sont des viols, des viols légaux honteux et révoltants.

Une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

Une manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

HELEM l’association première en son genre dans le monde arabe et qui défend les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres a haussé le ton lors de la manifestation via des pancartes et T-shirts qui ont crûment représenté les tests qui sont infligés aux personnes arrêtées. Des tests qui n’ont aucune valeur scientifique et que l’Ordre des médecins a déclaré illégaux. Des tests qui ne respectent point la dignité humaine, ni l’intégrité physique et morale des détenus hommes ou femmes. En un mot, comme le résume la pancarte de la manifestation, des tests honteux.

Helem ... une association qui protege les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Helem … une association qui protège les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Une lueur d’espoir nait du scandale des tests : toute forme de bigoterie et racisme est dénoncée, notamment sur la page du « Lebanese LGBT Media Monitor », les médias et notamment les émissions télévisées sont passées au crible fin, et toute émission et ou présentateur qui prônent l’homophobie sont virulemment pointé du doigt. Des lettres électroniques sont adressées aux responsables. Le message clair du Syndicat des médecins est salué sur les pages des medias sociaux et dans les divers blogs ; La Troisième Voix pour le Liban » (3V) le Think tank en ligne qui rassemble divers experts, a préparé et publié un texte  montrant l’anticonstitutionnalité des dispositions de l’article 534 du Code Pénal.

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace...

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace…

Les réactions de la communauté homosexuelle au Liban, des activistes de la société civile, et de certains des grands medias qui ont passé en boucle dans leur introduction au Journal du soir le mot honte, et ont souligné l’aspect révoltant des tests montrent une avancée minime soit-elle vers la dépénalisation de l’homosexualité au moins dans l’esprit d’une partie de la conscience sociétale. Dans l’espoir de voir le code Pénal amendé, il est important que tous et toutes se mobilisent pour la liberté sexuelle et le respect des communautés marginalisées dans un pays ou le qu’en dira-t-on et les tabous priment.

Rita CHEMALY

Auteure et Chercheure en Sciences Politiques

Blog sur : http://www.ritachemaly.wordpress.com

 

Read Full Post »

Le nouveau Special de Septembre est en vente dans les librairies avec dans ce numéro, un dossier spécial sur l’homosexualité au Liban, par Rita Chemaly.  Un sujet qui reste dans l’attente d’une décriminalisation et d’une acceptation dans un pays ou les normes patriarcales et religieuses priment.

“Si dans ses poèmes Abou el Nouwas célèbre l’homosexualité, dans la réalité, le sujet au Liban reste un tabou, pire le sujet est criminalisé par les lois pénales, et religieuses. A la lumière des lois et pratiques en vigueur, les homosexuels au Liban comme dans les pays arabes sont stigmatisés par les communautés religieuses, les groups de pairs, leur collègues au travail, les medias et surtout leur famille. D’ailleurs le mot arabe « chazz » « déviant » très longtemps utilisé par les medias, souligne la discrimination à laquelle font face les homosexuels dans la société.

Sur le plan des lois, au Liban, le Code Pénal libanais datant de 1943, stipule dans son article 534 que “les relations sexuelles contre nature sont punies d’emprisonnement pour une durée entre un mois et un an, et d’une amende entre 200 000 et un million de livres libanaises”. Dans les textes l’homophobie au Liban est pénalisée et surtout criminalisée, dans la pratique sociale, même parmi les étudiants, l’homophobie fait rage ;….”

Pour continuer à lire l’article n’hésitez pas à lire le Special du Mois de Septembre 2012, en vente dans les librairies….

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Une manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

Read Full Post »

%d bloggers like this: