Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘les femmes’

grossesse et natation

Au Liban, les femmes enceintes sont generalement suivies par leur genycologue.

le mien m’a bien dit de vivre normalement, quant aux exercices physiques la marche pour 20 minutes par jour etait excellente pour moi.

en faisant des recherches par contre je decouvre aussi que l’aquagym et la natation sont des exercices excellents pour les femmes enceintes. Au Liban il est vrai que le weekend les plages et les piscines sont bondees, mais pour celles qui peuvent avoir acces a une piscine calme en cours de semaine, quelle chance!

Quels exercices sont bons a faire en piscine pour les femmes enceintes?

a vous des  video prise sur internet pour l’eau et la grossesse que je trouve interessantes!

Rita ( Mother to be :- ) )

http://www.youtube.com/watch?v=A-phDiiMQ3Q

voila la serie de 4 exercices pour tonifier les bras et les muscles de la poitrine et des épaules. 

dans le lien ci-dessous des exercices pour tonifier les jambes

http://www.youtube.com/watch?v=g7pKmd4ICds  exercices aquatiques pour tonifier les jambes pendant la grossesse avec la chaîne “vivelafitness”.

 enfin des exercices de relaxations pendant la grossesse… allez les femmes enceintes c est beau non?

http://www.youtube.com/watch?v=QmL5SOTnegA 

 

 

Read Full Post »

Si dans ses poèmes Abou el Nouwas célèbre l’homosexualité, dans la réalité, le sujet au Liban reste un tabou, pire le sujet est criminalisé par les lois pénales, et religieuses. A la lumière des lois et pratiques en vigueur, les homosexuels au Liban comme dans les pays arabes sont stigmatisés par les communautés religieuses, les groups de pairs, leur collègues au travail, les medias et surtout leur famille. D’ailleurs le mot arabe « chazz » « déviant » très longtemps utilisé par les medias, souligne la discrimination à laquelle font face les homosexuels dans la société.

Sur le plan des lois, au Liban, le Code Pénal libanais datant de 1943, stipule dans son article 534 que “les relations sexuelles contre nature sont punies d’emprisonnement pour une durée entre un mois et un an, et d’une amende entre 200 000 et un million de livres libanaises”. Dans les textes l’homophobie au Liban est pénalisée et surtout criminalisée, dans la pratique sociale, même parmi les étudiants, l’homophobie fait rage ; Un article publié par un jeune étudiant dans le Journal des étudiants de l’Université Américaine, Outlook,  renforce la stigmatisation et l’homophobie, et la parution d’un tel article montre combien le sujet est sensible et mal-compris dans la société; Dans les familles, le sujet reste un tabou ; La société patriarcale libanaise, ne permet ni à l’homme ni à la femme de sortir du carcan des rôles sociaux attribués à chacun. De plus l’homme et la femme ne peuvent pas enfreindre les rôles prédéterminés par la société et les “bonnes mœurs” sans être considérés comme des parias. Dans la société, la discrimination via les femmes sont multiples, surtout envers les femmes célibataires. Une femme ne se complète que via un mariage et des enfants; Les personnes homosexuelles sont donc stigmatisées. Aussi, dans les familles, beaucoup parlent de l’homosexualité comme d’une maladie…

Quelques avancées sont à noter. Récemment et plus précisément depuis le début de l’année 2012, la blogosphère libanaise a vu fleurir des blogs anonymes pour la plupart d’homosexuels vivant au Liban. Le but d’un des blogs et de relater la vie de jeunes qui vivent dans un pays ou l’homosexualité est plus qu’un tabou, elle est un crime.  L’exemple tout en couleur est celui de « Alloush » et « Zouzou » un blog qui  se veut un blog de deux meilleurs amis  homosexuels qui racontent leur “simple” vie de tous les jours au “Liban”. Le blog se nomme Homos libnani, un jeu de mot, entre le célèbre pois chiche libanais et l’acronyme d’homosexuel ;

MEEM la communaute qui questionne la sexualite au Liban

MEEM la communauté qui questionne la sexualité au Liban

Aussi, le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban, relate des histoires vraies de femmes homosexuelles au Liban. Sous forme de lettres cachetées et anonymes, 41 lesbiennes, bisexuelles ou transsexuelles, âgées d’une trentaine d’années témoignent dans ce livre de leur calvaire né de l’incompréhension de la société qui ne reconnait pas leurs droits et du refus de leur famille d’accepter et même de tolérer leur orientation sexuelle. Des récits poignants qui racontent les difficultés de réconcilier la religion, la sexualité, le « standing » et la respectabilité des familles, la colère et la violence des parents ou des frères ; Effarant, un témoignage relate aussi un cas de viol.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Si les lois qui touchent à l’orientation sexuelle sont iniques et obsolètes au Liban, une polémique a pris forme récemment suite à l’arrestation de 36 hommes dans un cinéma d’un quartier populaire à Beyrouth lors de la projection d’un film pornographique.  Les hommes ont été obligés de subir des « tests anaux », les « tests de la honte » tels que les activistes les ont nommés. Les autorités prétextent que de tels tests aident à établir l’orientation sexuelle des personnes arrêtées et soupçonnées d’homosexualité. Pire que les lois, les pratiques pour « dépister » l’homosexualité touchent à la dignité humaine.

D’ailleurs une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux. Les manifestants ont ironisé en parlant de « viol médico-légal ». Les manifestants femmes, hommes et enfants ont brandi des pancartes et ont hurlé des slogans demandant à l’Etat de respecter la liberté sexuelle, les corps des citoyens et citoyennes et d’arrêter les humiliants examens, physiques et psychologiques. Ils ont fait la « sourde oreille » aux remarques déplaisantes de certains passants. Rétorquant simplement… les tests sont des viols, des viols légaux honteux et révoltants.

Une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

Une manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

HELEM l’association première en son genre dans le monde arabe et qui défend les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres a haussé le ton lors de la manifestation via des pancartes et T-shirts qui ont crûment représenté les tests qui sont infligés aux personnes arrêtées. Des tests qui n’ont aucune valeur scientifique et que l’Ordre des médecins a déclaré illégaux. Des tests qui ne respectent point la dignité humaine, ni l’intégrité physique et morale des détenus hommes ou femmes. En un mot, comme le résume la pancarte de la manifestation, des tests honteux.

Helem ... une association qui protege les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Helem … une association qui protège les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Une lueur d’espoir nait du scandale des tests : toute forme de bigoterie et racisme est dénoncée, notamment sur la page du « Lebanese LGBT Media Monitor », les médias et notamment les émissions télévisées sont passées au crible fin, et toute émission et ou présentateur qui prônent l’homophobie sont virulemment pointé du doigt. Des lettres électroniques sont adressées aux responsables. Le message clair du Syndicat des médecins est salué sur les pages des medias sociaux et dans les divers blogs ; La Troisième Voix pour le Liban » (3V) le Think tank en ligne qui rassemble divers experts, a préparé et publié un texte  montrant l’anticonstitutionnalité des dispositions de l’article 534 du Code Pénal.

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace...

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace…

Les réactions de la communauté homosexuelle au Liban, des activistes de la société civile, et de certains des grands medias qui ont passé en boucle dans leur introduction au Journal du soir le mot honte, et ont souligné l’aspect révoltant des tests montrent une avancée minime soit-elle vers la dépénalisation de l’homosexualité au moins dans l’esprit d’une partie de la conscience sociétale. Dans l’espoir de voir le code Pénal amendé, il est important que tous et toutes se mobilisent pour la liberté sexuelle et le respect des communautés marginalisées dans un pays ou le qu’en dira-t-on et les tabous priment.

Rita CHEMALY

Auteure et Chercheure en Sciences Politiques

Blog sur : http://www.ritachemaly.wordpress.com

 

Read Full Post »

Une petite phrase qui peut passer inaperçue, dans un gros paragraphe de l’article du quotidien l’Orient d’Avril 2012 ( le 21 avril 2012 plus précisement).

Si les décisions adoptées hier par le Conseil des ministres ordinaire réuni au Sérail sous la présidence de Nagib Mikati (confirmer le prix de la « rabta » de pain à 1 500 LL après une très longue discussion sur le prix du blé ; amender la loi sur le contrat de location et allonger le congé maternité qui passe de 40 jours à 10 semaines…) restent relativement importantes, ce n’est pas ce que l’on retiendra de la réunion d’hier, mais plutôt les commentaires du Premier ministre sur les trois jours de débats de politique générale suivis du vote de confiance, dans la nuit de jeudi à vendredi, au Parlement. ”

Le Conseil des ministres a, en Avril 2012, donné son Accord sur l’allongement du CONGé maternité a 10 semaines!

oui…. cela reste une avancée, même si incomplète… le projet est un Projet de loi presenté par des parlementaires, au Parlement… donc la nécessité d’un vote en session plénière est de rigueur!

Alors, chers parlementaires, chers “metteurs de l’agenda des sessions parlementaires plénières”, Bougez vous, et mettez s’il vous plait l’amendement du Code du travail( article 28-29) et celui des fonctionnaires (article 38) sur l’Agenda de notre chère Eminente Assemblée!

les députés doivent légiférer!! et créer des lois Justes et équitables pour le  bien être des Femmes et citoyennes libanaises, au lieu de se perdre dans des discussions politiques futiles.

Les femmes attendent!! Notamment celles qui attendent de futurs petits et ptites citoyennes!!

Rita Chemaly….

ps: regardez en dessous même le titre de l’article nous induit en erreur… au lieu de créer et amender des lois, les discussions politiques  politiciennes nous perdent!!!

Avis aux Citoyens! Bougez!

Rita future Bride to be! et mum to be iza allah rad

 

 

Mikati : Certaines interventions au Parlement ont dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive

Si les décisions adoptées hier par le Conseil des ministres ordinaire réuni au Sérail sous la présidence de Nagib Mikati (confirmer le prix de la « rabta » de pain à 1 500 LL après une très longue discussion sur le prix du blé ; amender la loi sur le contrat de location et allonger le congé maternité qui passe de 40 jours à 10 semaines…) restent relativement importantes, ce n’est pas ce que l’on retiendra de la réunion d’hier, mais plutôt les commentaires du Premier ministre sur les trois jours de débats de politique générale suivis du vote de confiance, dans la nuit de jeudi à vendredi, au Parlement.
« La confiance réaccordée au gouvernement doit être un tremplin vers davantage de solidarité au sein du cabinet et davantage de travail pour mener à bien la mission qui est la nôtre », a dit le ministre de l’Information p.i. Waël Bou Faour citant Nagib Mikati. Ce dernier a jugé que « certaines interventions ont dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive », estimant toutefois que les remarques et autres idées des députés « doivent être prises en considération et étudiées par les ministres ». M. Mikati a tenu à insister sur la coopération entre législatif et exécutif, invitant les ministres « à ne pas être influencés par les critiques, même si elles étaient parfois illogiques, à y répondre scientifiquement et à traiter avec l’ensemble des citoyens, sans exception aucune », quelle que soit leur appartenance communautaire, en allusion aux critiques formulées dans l’hémicycle sur des pratiques anticoexistence et iniques exercées dans certains ministères.

« Le PM a rappelé que le gouvernement avait beaucoup à faire concernant le budget, les législatives de 2013, les nominations et les permutations, ainsi que sur les dossiers des ressources naturelles et de l’électricité. Il est persuadé que le cabinet va être de nouveau à la hauteur de la confiance des députés », a poursuivi le ministre Bou Faour, qui a révélé qu’un débat a eu lieu sur ces séances parlementaires. « Nous nous sommes entendus sur la nécessité de réduire les tensions et les atteintes à l’unité nationale », a-t-il dit, avant d’évoquer un compte rendu sur la situation des hôpitaux publics par le ministre de la Santé – un sujet auquel le Conseil des ministres consacrera une séance spéciale. De même, le ministre de l’Économie Nicolas Nahas a évoqué le dialogue en cours avec le syndicat des boulangers, proposant « trois solutions ». Il a été chargé de discuter davantage avec le syndicat.

Bou Faour : Il n’y a « rien » à fêter…
Enfin, Waël Bou Faour, dans une discussion avec les journalistes, s’est arrêté sur une « information rapportée par les médias selon laquelle le PM a offert de la knefé aux ministres pour fêter le résultat du vote de confiance ». « M. Mikati est généreux, surtout avec les produits de Tripoli, mais le sujet ne prête pas à la plaisanterie : il n’y a rien à fêter concernant ce vote de confiance », a-t-il affirmé, tout en remerciant les députés de l’avoir accordée. « Rien à fêter parce que l’intensité des crispations et des tensions et certains discours sectaires ne laissent présager rien de bon, et cette limite jamais atteinte jette, je le pense, des poids supplémentaires sur les épaules du gouvernement. Ce qui s’est passé prouve que ce gouvernement bénéficie encore de la majorité, mais la stabilité a de quoi s’inquiéter », a-t-il mis en garde.

Source l’Orient le Jour 21 avril 2012

Read Full Post »

De l’égalité des sexes, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient

Le Caire – L’idée selon laquelle les conceptions sur l’égalité des sexes seraient extrêmement différentes en Occident et au Proche-Orient s’est beaucoup répandue ces dernières années. Pourtant, les militants féministes et progressistes de ces deux régions partagent de nombreuses valeurs à ce sujet. Un examen approfondi de divers exemples de militantisme féministe montre que ces deux régions ont plus en commun qu’on ne croit.
Tant dans les sociétés occidentales qu’au Proche-Orient, certains aspects d’un libéralisme féministe se sont imposés, en particulier l’accès accru des femmes à l’éducation et au travail. Une majorité de citoyens des pays à majorité musulmane  —  plus de 60 %, selon le Rapport sur les valeurs mondiales  —  World Values Survey (WVS) – n’approuve pas l’idée qu’une éducation universitaire serait plus importante pour l’homme que pour la femme.

Il y a encore des obstacles à l’éducation des filles, notamment dans les zones rurales, où les familles manquent parfois de moyens pour envoyer tous leurs enfants à l’école et où les écoles sont parfois trop loin de la maison. Reste que malgré ces problèmes, l’éducation féminine dans les pays arabes a connu des progrès remarquables, avec un taux d’alphabétisations multiplié par deux et une atténuation spectaculaire de la fracture générique depuis 1970.

On constate en parallèle une acceptation croissante du travail des femmes. Selon l’étude précitée, 77 % de jeunes Egyptiens estiment qu’une femme a le droit d’occuper tout poste pour lequel elle est qualifiée. Selon les chiffres des Nations Unies, le Koweït enregistre un des taux de participation des femmes à la vie active les plus élevés au Proche-Orient (45 %). Tant au Moyen-Orient qu’en Occident, même les femmes se réclamant d’un conservatisme religieux épousent ces aspects du féminisme libéral. Même si elles prônent l’importance du rôle de la femme en tant qu’épouse et mère, les militantes des groupes islamiques ont fréquemment un niveau universitaire, tout comme les militantes de la droite chrétienne aux Etats-Unis, qui travaillent souvent hors du foyer.

La grande variété des positions féministes du Moyen-Orient peut sembler surprenante en Occident. Certaines féministes sont laïques, estimant que la religion doit rester en-dehors du débat sur les droits de la femme. Dans le camp laïc, des féministes libérales, socialistes et radicales travaillent sur des thèmes tels que le droit à la liberté de procréation, la lutte contre les violences faites aux femmes, la lutte contre la discrimination en politique et dans l’emploi, et la justice économique.

Il se trouve aussi des féministes islamiques pour contester directement les interprétation patriarcales de la répartition des rôles entre les sexes. Tout en valorisant le rôle de la femme épouse et mère, elles ne la considèrent pas comme inférieure à l’homme et ne veulent pas la cantonner à la sphère privée. En recourant à des interprétations égalitaires de l’enseignement islamique, elles parviennent à imposer des progrès en matière de mariage et de divorce, de code vestimentaire, d’emploi, de participation à la vie politique et d’éducation. En ce sens, elles ressemblent aux féministes religieuses des Etats-Unis, qui s’inspirent des enseignements du christianisme, du judaïsme et de l’islam pour défendre la cause des femmes.

Les militants des deux régions auraient tout avantage à exploiter ces ressemblances pour poursuivre ensemble leurs objectifs communs. Il y a par exemple le mouvement bénévole Harassmap du Caire, regroupant des féministes, hommes et femmes, égyptiens et occidentaux : leurs volontaires luttent contre le harcèlement au moyen d’un réseau de signalement par les médias sociaux et le téléphone portable qui permet aux femmes de signaler publiquement et dans l’anonymat les abus dont elles sont victimes. Des entreprises de ce genre témoignent d’une vision de l’avenir  —  un avenir auquel peuvent travailler tous ceux qui, au Moyen-Orient comme en Occident, poursuivent un même objectif : l’égalité des sexes.

###

* Helen Rizzo, professeur associé de sociologie à l’Université Américaine du Caire (AUC), est l’auteur de Islam, Democracy and the Status of Women: The Case of Kuwait. Article écrit pour the Service de Presse de Common Ground (CGNews).

Read Full Post »

a lire, le nouveau Special d’avril 2012 ( en vente dans les librairies) , avec le dossier special sur le droit a transmettre la nationalite par les femmes Libanaises a leur famille!

rita chemaly

a lire dans le Special d’avril 2012 (en vente dans les librairies ) le dossier special droit des femmes a la Nationalite

Read Full Post »

Des horreurs au Liban arrivent tous les jours,

Des horreurs que nous croyons loin de nous, qui ne peuvent pas toucher notre cercle familial, si ce n’est amical, or tout peut arriver si les libanais et libanaises n’ont pas une Loi et des mécanismes pour l’exécuter , qui les protègent d’un malheur insidieux…. LA VIOLENCE !

Non a la violence au sein des foyers! Non a la violence a l’encontre des Enfants! Non a la violence a l’encontre des femmes!

Dans un pays ou le statut personnel et les droits personnels appartiennent a des communautés religieuses , nos célèbres 18 confessions, les droits humains peuvent difficilement être respectés et homogénéisés!

La violence sous toutes ses formes ( psychologique, physique, verbale) Doit être interdite et PUNIE!

Dans nos familles si les femmes, les filles, et les enfants sont violentés, violées, le sentiment premier est le doute, la peur, et la peur du scandale;

Ce qui devrait prévaloir c’est la PUNITION de TOUT crime notamment au sein des familles, et notamment pour la violence sexuelle et le harcèlement,

nous Avons besoin d’un code pénal uniformisé et homogeneisé qui offre à toutes les femmes et filles de toutes les communautés un droit égal et une PROTECTION EGALE!!

Notre Code pénal au Liban accorde encore des circonstances atténuantes! ( Sachant qu’en aout 2011 ( voir le billet précèdent) l’article 562 du code pénal qui octroyait des circonstances atténuantes pour l’auteur des crimes “d’honneurs” a été annulé);

Chers et chères DEPUTES, Deputées, Chers /es Compatriotes, il est temps d’amender le code pénal et de voter sans lui enlever sa portée la loi contre la VIOLENCE FAMILIALE!

enfin a tous et toutes ceux et celles qui croient et revent à un ETAT DE DROIT au Liban, rejoignez nous ( les nasawiyas)  le 14 pour une manifestation contre la violence sexuelle!

Rita!!!!

Billet sur le même sujet:

Une photo que j’ai prise de Facebook est creee pour l’evenement:

Read Full Post »

%d bloggers like this: