Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘trafficking’ Category

For those who are interested, join us on Sunday at noon at Sodeco , for Migrant workers day In Lebanon.migrants worker day lebanon 2017 chemaly rita

Details below are taken from the facebook page, #WeWillNotBeSilencedAnyMore  #workersday2017, be many 

Rita Chemaly

Workers’ Day 2017
Abolish Sponsorship – Ratify C189 – Stop State Violence

For the eighth year in a row, we -migrant domestic workers and supporters- come together to claim labor rights, march, and celebrate workers’ day.
This past year did not witness any improvement of protection of migrant domestic workers (MDWs). On the contrary, we have seen the abuses continue against the lives, rights and freedoms of MDWs, while the abusers still enjoyed impunity.
Tragedies and deaths still happen on daily and weekly basis without proper investigations, domestic workers and their families are still being unjustly deported and subjected to political detention, especially the public human rights defenders among them.
The struggle continues, and we unite again to make our voices heard and to claim our rights. We hereby demand the Lebanese state to:
1. Abolish the sponsorship system and replace it with a just immigration and residency system that guarantees human rights, fair and ethical recruitment, labor mobility, and the possibility of MDWs to live outside the employer’s house and change employers.
2. Ratify and implement the ILO Domestic Workers Convention of 2011 (C189).
3. Expand the Lebanese labor law to cover all categories of laborers including domestic workers.
4. Reform the standard unified contract to guarantee basic rights including the rights to get the Lebanese minimum wage, terminate the employment contract, have a maximum hours of work and be paid for overtime, the rights to privacy and decent working and living conditions, the right to have a weekly day off outside the house and unaccompanied by employers, and the right to have proper health insurance.
5. Hold abusive employers accountable and establish an inspection mechanism coupled with accessible and affordable complaint mechanisms, fair and speedy trials and legal redress.
6. Hold to account and close down all abusive and unethical recruitment agencies and establish a black-list system for these.
7. Guarantee the right of domestic workers to organize and unionize.
8. Investigate properly the deaths of MDWs, and in case of unnatural deaths, bring to justice those who caused these deaths.
9. Stop state violence against MDWs including detaining MDWs who leave their employers’ houses, exercising violence in detention centers and police stations, and depriving MDWs’ children of legal residency. Authorities must stop detaining and deporting MDWs for administrative or trivial reasons such as expired residency permits or having children in Lebanon who should all be entitled to residency and education rights in Lebanon. Authorities must also ensure speedy return procedures to home countries for workers who need it, especially for parents with children in Lebanon and workers who are sick.
——————————————————————————–

عيد العمّال 2017
لإلغاء نظام الكفالة
للتصديق على الاتفاقية رقم 189
لإيقاف عنف الدولة على عاملات المنازل

للسنة الثامنة على التوالي، نجتمع معًا، عاملات منازل مهاجرات ومؤيّدين/ات لهنّ، للسير جنبًا إلى جنب في مسيرة مطلبية والاحتفال معًا بعيد العمّال.
لم يشهد العام الماضي أي تحسّن في أوضاع عاملات المنازل المهاجرات أو تقدّم في تعزيز حقوقهنّ، بل تزايد العنف والاعتداءات عليهنّ واستمرّت الانتهاكات لحريّاتهنّ وحقوقهنّ وأرواحهنّ، فيما بقي مرتكبو هذه الانتهاكات مُفلتين من أي شكل من أشكال المحاسبة والعقاب.
لا تزال المآسي وحالات الوفاة غير الطبيعيّة تحدث بوتيرة يوميّة أو أسبوعيّة من دون أي تحقيقات جديّة بشأنها، ولا تزال العاملات، وعائلاتهن،ّ معرّضات للاحتجاز والترحيل من دون وجه حق، وخاصّة الناشطات الحقوقيّات العلنيّات من بينهنّ المعرّضات بشكل خاص للاعتقال السياسي.

إنّ كفاح العاملات مستمرّ، وها نحن نتّحد مرّة أخرى لنُسمع أصواتنا ونطالب الدولة بحقوقنا. وبشكل خاصّ نطالبها بـ:
1• إلغاء نظام الكفالة واستبداله بنظام هجرة وإقامة عادل للعاملات يحترم حقوقهنّ الإنسانية ويؤمّن سبل استقدام سليمة، وتحرّكيّة العاملات وحقهنّ في التنقّل والانتقال، وإمكانيّة العيش خارج منزل صاحب/ة العمل، وحقهنّ في تغيير صاحب/ة العمل.
2• التصديق على اتفاقية منظّمة العمل الدولية رقم 189 المتعلّقة بالعمل اللائق لعاملات المنازل، وتطبيقها.
3• توسيع نطاق قانون العمل ليشمل العمّال والعاملات كافّة، وتحديدًا عاملات المنازل.
4• إصلاح عقد العمل الموحّد المُطبّق على عاملات المنازل بشكل يضمن لهنّ حقوقهنّ العمّالية البديهيّة، مثل الحقّ في الحصول على الحد الأدنى للأجور، والعدد الأقصى لساعات العمل وإعطاء أجر إضافي مقابل ساعات العمل الزائدة، والحقّ في يوم عطلة خارج المنزل من دون اشتراط مرافقة أصحاب العمل لهنّ، والحقّ في تأمين صحّي مناسب، والحقّ في الخصوصية وفي ظروف العمل والعيش اللائقة، والحقّ في إنهاء عقد العمل.
5• محاسبة أصحاب العمل الذين ينتهكون الحقوق ويسيئون إلى العاملات، ووضع آلية فعّالة للمراقبة والتفتيش، مقترنة بآليّات سهلة للتبليغ عن الشكاوى، وضمان المحاكمات والإجراءات القانونية السريعة والعادلة.
6• محاسبة مكاتب الاستقدام المسيئة والتي تتّبع سبل استقدام غير سليمة وإغلاقها، والعمل على تفعيل نظام القائمة السوداء لمنع تلك المكاتب من العمل مجدّدًا وأصحابها من فتح وكالات جديدة.
7• ضمان حقّ العاملات في التنظيم والعمل النقابي.
8 • التحقيق الجدّي في حالات الوفيّات غير الطبيعيّة لعاملات المنازل وسَوق مسبّبي الوفاة إلى العدالة.
9• وقف عنف الدولة ضدّ عاملات المنازل، بما في ذلك من تجريم ‘هروب’ العاملات المنزليات من بيوت أصحاب العمل، وممارسة العنف عليهنّ في مراكز الشرطة ومراكز الاحتجاز، وحرمان أطفالهنّ من الإقامة القانونيّة في البلاد. على السلطات التوقّف عن احتجاز عاملات المنازل وترحيلهنّ لأسباب إداريّة شتّى مثل انتهاء صلاحيّة الإقامة أو لسبب إنجابهنّ الأطفال، الذين يحقّ لهم أصلاً بالإقامة القانونية والتعلّم في لبنان. وعلى السلطات أيضًا ضمان إجراءات ترحيل سريعة للعاملات اللواتي يحتجن إلى المغادرة، وخاصّة الأهل وأطفالهم أو المرضى.
————————

Journées des Travailleurs 2017
Abolir le système du Kafala – Ratifier la Convention 189 – Arrêter la violence d’Etat

Pour la 8ème année consécutive, nous -les travailleuses domestiques migrantes et les supporteurs- s’assemblons pour revendiquer des droits du travail, marcher et célébrer la Fête du travail.
L’année qui vient de s’écouler n’a pas apporté d’amélioration dans la protection des travailleuses domestiques migrantes. Au contraire, nous avons vu les abus contre leurs vies, droits et libertés continuer pendant que les abuseurs profitent toujours de la même impunité.
Morts et tragédies continuent d’arriver tous les jours et toutes les semaines sans aucunes véritables enquêtes et les travailleuses domestiques migrantes et leurs famille sont toujours injustement déportées et sujettes aux détentions politiques, spécialement les défenseures publiques des droits humains parmi elles.
La lutte continue et nous nous unissons une fois encore pour faire entendre nos voix et réclamer nos droits. Nous demandons donc à l’Etat libanais de :
1- Abolir le système du Kafala et de le remplacer par un système d’immigration et de résidence juste qui garantit les droits humains, un recrutement juste et éthique, ainsi que la possibilité pour les travailleuses domestiques migrantes de vivre hors du lieu de résidence de leur employeur et de changer d’employeurs.
2- Ratifier et mettre en œuvre la Convention sur les travailleuses domestiques de l’OIT (C189)
3- Etendre le Code du Travail libanais pour inclure toutes les catégories de travailleurs, dont les travailleuses domestiques.
4- Réformer le contrat standard unifié pour garantir les droits fondamentaux des travailleuses domestiques dont les droits d’obtenir le salaire minimum libanais, de terminer leur contrat de travail, d’avoir un nombre d’heures de travail maximum et d’être payées pour les heures supplémentaires, le droit à l’intimité et à des conditions de travail et de vie décentes, le droit d’avoir un jour de congé hebdomadaire en dehors du lieu de vie et non-accompagnées par les employeurs, et le droit d’avoir une vraie assurance de santé.
5- Tenir pour responsables les employeurs abusifs et établir un mécanisme d’inspection accompagné de mécanismes de plainte accessibles et abordables, des procès équitables et rapides ainsi que des recours juridiques.
6- Tenir pour responsables et fermer toutes les agences de recrutement abusives et non-éthiques ainsi que d’établir un système de « black list » pour celles-ci.
7- Garantir le droit des travailleuses domestiques de s’organiser et de se syndiquer.
8- Enquêter convenablement sur les morts des travailleuses domestiques et dans les cas de morts non naturelles, traduire en justice les responsables.
9- Arrêter la violence d’Etat contre les travailleuses domestiques migrantes dont la détention de celles qui quittent le lieu de résidence de leurs employeurs, l’utilisation de la violence dans les centres de détention et les postes de police, et la privation de résidence légale aux enfants de travailleuses domestiques migrantes. Les autorités doivent arrêter de détenir et de déporter les travailleuses domestiques migrantes pour des raisons administratives ou triviales telles que l’expiration des permis de résidence ou avoir des enfants au Liban alors qu’ils devraient bénéficier du droit de résidence et à l’éducation. Les autorités doivent aussi s’assurer de mettre en place des procédures de retour rapides vers les pays d’origine pour les travailleuses qui en ont besoin, spécifiquement pour celles avec des enfants au Liban et celles qui sont malades

Read Full Post »

Les differentes lois du status personnel libanais permettent des mariages de mineures.

Une fillette a 9 ans peut se marier au Liban! (loi catholique) , les jeunes fillettes de 14 ans chez les evangelistes peut aussi se marier. Chez les chiites, aussi une fillette de 9 ans peut se marier (Voila le lien vers mon billet precedent a ce sujet avec l’age des filles et garcons selon la secte ou confession religieuse ) .

l’ONG Kafa avec Leo Burnett et l’UNFPA, ont decide de montrer l’horreur de ce mariage via un film montrant sur la Corniche un homme de 60 ans et une fillette de 12 ans prenant des photos le jour de leur mariage presume!.

Dans le film, il est clairement dit que la Loi au Liban PERMET ce genre de mariages, ce sont des mariages Legaux! Meme si les passants sur la Corniche etaient outres!

pour vous voila le short movie:

Rita Chemaly

Quelques articles ecrits sur le sujet:

1- https://ritachemaly.wordpress.com/2014/08/27/le-liban-prepare-une-loi-inedite-au-moyen-orient-contre-les-mariages-precoces/

 

2- https://ritachemaly.wordpress.com/2014/01/25/early-marriages-in-lebanon-who-helps-the-bride-child/

 

3- The article of Layal Timani in the Legal Agenda of 1 February 2014 (Arabic)

زواج القاصرات بين الفتاوى الشرعية والقانون!  “سندريلا” تقع فريسة احلامها

4- The article of Nermine Sibai in the Legal Agenda (Arabic)

قضاة الأحداث في لبنان يرسمون حدود الحماية: صلاحيات المحاكم الشرعية والرواسب الاجتماعية الرجعية

5- The article of Ana Maria Luca in NOW Lebanon of 30102013 : Lebanon’s child brides  (English)

6- The short video created by NCLW, IWSAW and LAU to shed lights on the terrific consequences of child Marriage in Lebanon: Campaign against child bride : Early marriages In Lebanon    (Arabic with english subtitles)

7- Draft Law aiming at protecting Children from early marriages presented to the Parliament in Lebanon , September 30 2014, Chemaly Rita

8- Penal Code in Lebanon too lose in protecting minors from Marriage and Exploitation , June 18 2014 , Chemaly Rita

9- Join the Movement to end Child Marriage in Lebanon, February 1 2014, Chemaly Rita

10-My previous post of February 1 2014 related to Child Marriage: Join the Movement to end Child Marriage in Lebanon (French)

11-My previous post of January 25 2014 related to child bride : Early marriages in Lebanon who helps the bride child ? (English)

12-article of Jay Martin in Annahar , October 2014 http://en.annahar.com/article/181289-minors-marriage-draft-law-is-a-big-step-p-forward–but-is-it-enough-for-lebanons 

13- Article of Laura Hamade in I lOUBAN, http://www.iloubnan.info/social/79663/An-attempt-to-eliminate-marriages-among-minors-in-Lebanon 

 

 

Read Full Post »

Hier a Sciences Po Liban un panel a ete organise pour discuter des mariages precoces ou les mariages des enfants.

a ceux et celles qui sont interesses par le sujet voila la couverture de l’Orient Le Jour.

Rita

p04-9_658670_large la photo est prise de l’Orient le Jour aussi

« J’ai été élevée par mon mari, je ne me souviens même plus quand je lui ai été offerte… »

À l’USJ, la pratique néfaste du mariage précoce a été exposée hier en images lors d’une table ronde et d’un vernissage réalisés par l’université, l’ambassade du Canada et « L’Orient-Le Jour ». Un panel d’expertes a cerné le sujet sous toutes ses coutures.

Quand on aborde le sujet du mariage précoce, les chiffres des Fonds de l’Onu pour la population sont, le moins qu’on puisse dire, ahurissants. Aujourd’hui dans le monde, on dénombre environ 67 millions de femmes entre 20 et 24 ans qui se sont mariées avant d’avoir eu 18 ans. Parmi elles, une fille sur 9 s’est mariée avant d’avoir eu 15 ans. À en croire les chiffres, plus de 142 millions de fillettes mineures se marieront encore au cours des dix prochaines années, soit 40 000 filles par jour environ. Si, dans des pays comme le Nigeria, 75 pour cent des femmes vivent cette expérience douloureuse, et plus de la moitié d’entre elles au Yémen, cela ne veut pas pour autant dire que le Liban échappe au fléau. Selon une étude réalisée en 2009 par l’Administration centrale des statistiques, 13 pour cent des filles se marient à un âge précoce au pays du Cèdre.

Stéphanie Sinclair est photographe au magazine National Geographic. Depuis plus de dix ans, elle dissémine partout dans le monde des clichés de mineures mariées qu’elle a rencontrées dans le cadre de son travail au Yémen, en Afghanistan, en Inde, au Népal ou encore en Éthiopie. Soucieux de faire campagne pour cette cause mondiale, le Canada a décidé de présenter l’exposition réalisée par la photographe et son équipe dans une dizaine de pays, dont le Liban.

Hier, au campus des sciences sociales de l’Université Saint-Joseph, une table ronde était organisée pour traiter du sujet afin d’inaugurer l’exposition, réalisée au moyen d’un partenariat entre l’ambassade du Canada, l’Institut des sciences politiques de l’USJ et L’Orient-Le Jour. L’exposition Sinclair ne présentant pas spécifiquement le mariage précoce au Liban, c’est notre collègue Anne-Marie el-Hage, ayant mené l’enquête sur le terrain à ce sujet depuis plusieurs années, qui a complété la collection de clichés par des photos prises lors de ses reportages.

Sur les photos exposées dans le hall de l’amphithéâtre Gulbenkian, l’on peut voir Ghulam (11 ans) en compagnie de son époux Faiz (40 ans), peu de temps avant leur mariage en Afghanistan. La fiancée qui voulait devenir enseignante est triste ; elle a été retirée de l’école quelques jours plus tôt. Sarita, elle, pleure avant son départ à la demeure de son nouveau mari. Elle n’a que 15 ans. Le visage de Bibi Aïcha, pour sa part, témoigne des agressions qu’elle a dû subir depuis son mariage conclu pour expier le crime d’un membre de sa famille. Elle a les oreilles et le nez coupés. Sous la photo d’une autre fillette, cette légende qui en dit long : « J’ai été élevée par mon mari, je ne me souviens même plus quand je lui ai été offerte… »

(Lire aussi : 700 millions de femmes mariées de force, l’Unicef appelle à agir)
« Ces photos me touchent énormément », a affirmé l’ambassadrice du Canada Hilary Childs-Adams au lancement de la table ronde, après un mot d’accueil de la directrice de l’Institut des sciences politiques Carole Charabaty. « Depuis deux ans, heureusement, le mouvement pour lutter contre le mariage précoce prend plus d’ampleur. Ce phénomène détruit la vie des filles par le biais de grossesses non désirées, de maladies sexuelles, d’agressions, sans oublier qu’il met un terme à l’éducation et favorise la pauvreté », a ajouté la diplomate.

Un panel exclusivement féminin
Pour sa part, Anne-Marie el-Hage a tenté d’aborder le sujet d’un point de vue libanais en reprenant le récit de ses reportages au Akkar et dans d’autres régions. « Tout a commencé en 2010, alors que je menais une enquête sur l’analphabétisme au Akkar, a raconté la journaliste. Un père de famille m’a alors confié qu’il retirait sa fille de 12 ans de l’école pour la marier. Pendant plus de 4 ans, j’ai tenté d’en savoir plus, mais les habitants refusaient d’en parler. Ce n’est que cet été que j’ai pu me frayer un chemin vers des mineures qui ont eu à subir un mariage précoce. Ce genre de mariage est fréquent dans le Akkar, au Hermel, dans la Békaa et au Liban-Sud. Un peu partout à l’exception de la capitale. Et ce problème devient de plus en plus fréquent avec l’afflux des réfugiés syriens. Dans leurs camps, ces derniers concluent de nombreux mariages précoces. »

(Lire aussi : Les jeunes réfugiées syriennes, de plus en plus victimes de mariages précoces en Jordanie)
Ainsi, notre collègue a rapporté les histoires du village chiite de Siddiqine, sur les hauteurs de Tyr, et de Faour, un village sunnite de bédouins. Il y a d’abord celle de Ghadir (16 ans) qui a choisi d’épouser celui qu’elle aime, Mohammad (25 ans), peut-être par pauvreté « ou parce que c’est la norme ». Celle aussi de Nisrine, mariée à 15 ans par ses parents à un homme riche, le premier qui a demandé sa main. Étant aujourd’hui malheureuse, sa mère regrette de l’avoir mariée. Ou encore celle de Nadam, mariée à 14 ans pour expier un crime de famille ; de Kaoukab, qui a marié sa fille à 13 ans, mais aussi les histoires des réfugiées syriennes, le mariage précoce étant déjà assez répandu en Syrie.
« Un réfugié syrien a attendu que sa fille ait ses règles pour la donner en mariage. La petite croyait que le mariage se limitait juste aux festivités. La nuit de ses noces, elle s’est cachée dans l’armoire quand son mari a tenté de l’approcher, avant que sa belle-sœur ne la force dans les jours suivants à se soumettre », a raconté Anne-Marie el-Hage.
Leila Awada, avocate et activiste au sein de l’ONG Kafa, a assuré que ces fillettes sont souvent celles qui viennent 20 ans plus tard solliciter le soutien de l’association. « On se demande alors pourquoi elles sont restées avec leur mari tout ce temps. Pourquoi elles ont eu plusieurs enfants alors que leur homme les battait. Que voulez-vous qu’elles fassent si elles n’avaient que 14 ans ? » s’est interrogée l’avocate qui a qualifié cette situation de « prostitution légale » et qui a dénoncé l’absence de toute influence des autorités sur les tribunaux religieux au Liban, et le fait que certains cheikhs acceptent de marier de jeunes couples souvent mineurs sans l’accord de leurs parents. Des mariages souvent non reconnus qui finissent par mettre en danger la fille épousée.

Le Dr Fadia Kiwan, ancienne directrice de l’Institut des sciences politiques qui modérait le débat, a profité de l’intervention pour souligner l’importance de sensibiliser les jeunes à l’éducation sexuelle de manière saine et dénoncer certaines pratiques comme l’excision. « Le mariage précoce est un thème qui a refait surface dans nos sociétés arabes quand on a surtout vu des files d’attente d’hommes devant les mosquées attendant de marier leurs filles car ils ne pouvaient plus les nourrir », a-t-elle noté.

(Pour mémoire : Nada, 11 ans : « Plutôt mourir que d’être mariée de force »)

À chaque communauté ses lois
De son côté, Me Leila Azouri, présidente au sein de la Commission nationale pour les droits de la femme, a noté que dans 11 pays arabes, plus de 55 pour cent des pratiques jurisprudentielles encourageantes concernant la femme étaient en rapport avec les statuts civils. « Deux seulement concernent malheureusement le mariage précoce : une décision en Égypte de ne pas documenter les mariages de mineures et le cas de la Yéménite mariée à huit ans qui a demandé le divorce. Dans de nombreux pays arabes, les lois fixent un âge minimum pour les mariages qui varie d’un pays à l’autre, mais des exceptions sont toujours acceptées. Au Liban, chaque communauté a ses lois. La commission nationale étant consciente de la difficulté d’avaliser une loi unifiée à ce propos, nous préparons un projet qui stipule que tout mariage incluant une mineure doit obtenir le permis du juge des mineurs », a-t-elle relevé.

Enfin, le Dr Hala Itani, professeure à l’institut, a exposé les facteurs qui favorisent les mariages précoces, notamment la pauvreté, la vie rurale. « En Occident, avec l’urbanisation, nous avons même vu une diminution des mariages normaux », a-t-elle déclaré, énumérant les solutions pour lutter contre ce phénomène (notamment l’éducation) et ses conséquences. « Ces mariages augmentent la durée de fertilité d’une femme, surtout que les hommes qui épousent des mineures ont moins de contrôle sur la fréquence de leurs relations sexuelles. Cela favorise la pauvreté et consacre ainsi un cercle vicieux, a-t-elle affirmé. Sans oublier le viol, la prostitution et le fait qu’une femme qui se marie avant 15 ans a 60 fois plus de risques de faire une fausse couche ou d’accoucher d’un enfant malade qu’une femme qui se marie après 20 ans. »

Read Full Post »

I was the guest of the full stop program on sat 7 arabic in which I talked about Human trafficking :

in this context we  tackled the issues of child soldiers, the role of states, prostitution, domestic work, child marriage, selling organs….

to watch the full episode in arabic here is the youtube link https://www.youtube.com/watch?v=HDWsmBEd91k&feature=youtu.be&a

 

Rita Chemaly

Author and researcher in political sciences

I was the guest of Full Stop Program of Sat7 Arabic to talk about Human Trafficking July 2014

I was the guest of Full Stop Program of Sat7 Arabic to talk about Human Trafficking July 2014

Read Full Post »

%d bloggers like this: