Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘Tunisie’

Ouiii enfin, le gouvernement tunisien a annoncé le dépôt de la notification auprès du secrétaire général des Nations Unies, du retrait des réserves relatives à  la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes la celebre (CEDAW).

La Tunisie avait ratifié cette convention en 1985 mais les réserves emises a la Conventions etaient nombreuses:  articles 9 (nationalité), l’article 15 (égalité devant la loi) et l’article 16 (droit matrimonial) .
Le Liban a adhere a la CEDAW, mais il a aussi emis des reserves qui le laissent Loin derriere entre les pays qui ne donnent pas leurs pleins droits aux femmes.

Pour ne citer que le droit des femmes libanaises a transmettre leur Nationalite a leurs enfants et maris (non nationaux) (sujet que je couvre amplement dans ce blog), les droits lies au mariage (aussi debattus dans ce blog), ( mariage, divorce, heritage, adoption…).

Rita Chemaly

pour plus d’infos sur la levee des reserves par la tunisie (bravo bravo) voila quelques liens:
Tunisie : Les réserves à la CEDAW enfin levées !  
Je Rêve : La Libanaise est citoyenne de « seconde classe » ?

Read Full Post »

Dear Readers,

 

Kindly find below the latest issue of the Gender and Development e-Brief (No 113)

Please note that the Development e-Brief is posted on line on the following URLM:http://crtda.org.lb/webfm_send/435

 

Best regards,
CRTD.A / IRIS

 

 

Gender and Development e -Brief / Issue 113

October 2011

IN THIS ISSUE

 

NEWS & ARTICLES

ـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ
GENDER ACTIVISM

In Lebanon

Women’s Rights Activists set to wage new Campaign

Engaging Men in Ending Violence Against Women

In Tunisia

TunisiaCampaign for Women to Vote

In Algeria

Women’s Song & Video as Advocacy for Rights in Algeria

In Saudi Arabia

VNC Statement on Full Rights for Saudi Arabia Women

 

GENDER & HUMAN RIGHTS

MPs drafting domestic violence law in Lebanon

Woman arrested for allegedly assaulting lawyer

Egyptian film needs more stories about women

Nobel laureate implores U.N. to not offer immunity to Saleh

Nawal El Saadawi: ‘I am going to carry on this fight for ever

A Conversation With Saudi Women’s Rights Campaigner Wajeha al-Huwaider

Harsh Challenges for Females Heading Families & IDP’s in Iraq

Iraq: Stakeholder Report to the UN Universal Periodic Review Process by Karama – Feb. 2010

 

GENDER BASED VIOLENCE

In Saudi-Arabia

Saudi woman to be lashed for defying driving ban

Eventhough the Shura Council is Reconsidering Driving Issue

In Lebanon

Australia: ‘Lebanese-Australian girl goes to court to stop her marriage’

In Yemen

First Female Protester Killed in Yemen as Violence Continues

… and while celebrating peace prize, Yemeni women were attacked

In Iran

Iran sentences film actress to 1 year in prison and 90 lashes’

…and Iranian activist Narges Mohammadi for 11 years of prison


… STEPS FORWARD

In Tunisia

Tunisia is Leading the Way on Women’s Rights in the Middle East

 

BOOKS & REPORTS

ـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ
RESOURCES & CALLS

UN Women Fund for Gender Equality Seeks Proposals from Arab States

Asia Foundation – Women’s Empowerment Program

Family Planning and Islam’ by Asghar Ali Engineer

International Day of Rural Women – UN GA President Message

ــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ

Gender and Development e-Brief receives material from various sources for its publication. Should you wish to refer to these sources/ sites directly, the list includes publications from: AVIVA, www.aviva.org, AWID: www.awid.org, Democracy Digest: www.freedomhouse.org, Development Gateway: www.developmentgatway.org, Dignity: www.dignity.org, e-Civicus: www.civicus.org, Eldis: www.eldis.org, ESCWA: www.escwa.org.lb, GDB: www.developmentex.com, Global Knowledge Partnership: www.globalknowledge.org, IGTN: www.IGTN.org, ILO: www.ilo.org One World: www.oneworld.net, Siyanda: www.siyanda.org, The Daily Star: www.dailystar.com.lb, The Drum Beat: www.comminit.com, The Soul Beat: www.comminit.com, The World Bank: www.worldbank.org, UNDP: www.undp.org, Wicejilist: www.wicej.addr.com, WLP: www.learningpartnership.org; WIDE: www.wide-network.org; IRIN News: www.irinnews.org, Women’s UN Report Network: www.wunrn.com, Women Living Under Muslim Laws: www.wluml.org

ــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ

Gender And Development E-Brief is published by CRTD.A.

To get all previous GAD e-brief issues please log on to: http://www.iris-lebanon.org/arabic/inner/ebrief.htm

For more information about CRTD.A please visit: www.crtda.org.lb

You are receiving this newsletter because you are a member of CRTD.A / IRIS.

Please direct any comments to rchemaly@crtda.org.lb

If you choose to unsubscribe please send a blank e-mail from the e-mail in which you receive the e-Brief from, with the heading unsubscribe to unsubscribee-brief@crtda.org

If you wish to subscribe please send a blank e-mail, with subscribe as a heading to subscribee-brief@crtda.org

All the available links were accessible during the preparation process

Please accept our apologies if your subscribe / unsubscribe needs are not being met to your satisfaction, as errors will inevitably occur

Opinions and views expressed in this GAD E-Brief relate to their respective authors and do not necessarily reflect those of CRTD.A

Information presented in this GAD E-Brief is considered public information and may be distributed or copied. Use of appropriate credit is requested. While CRTD.A makes every effort to provide accurate and complete information, various data such as contacts, weblinks, dates, etc. may change.

CRTD.A provides no warranty, expressed or implied, as to the accuracy, reliability or completeness of the data and information harvested from other public sources.

Some of the information in this GAD E-Brief may contain references to information created and maintained by other organizations. Please note that CRTD.A does not control and cannot guarantee the timeliness, or accuracy of these outside materials.

Read Full Post »

Dear Readers,

 

Kindly find below the latest issue of the Gender and Development e-Brief (No 112)

Please note that the Development e-Brief is posted on line on the following URLM:http://crtda.org.lb/webfm_send/431

 

Best regards,
CRTD.A / IRIS

 

 

Gender and Development e -Brief / Issue 112

September 2011

IN THIS ISSUE

 

NEWS & ARTICLES

ـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ
GENDER ACTIVISM

In Lebanon

Girls’ camp in Lebanon focuses on technology for empowerment

Support Groups with Iraqi Refugee Men & Youth on SGBV

In Iran

‘We are everywhere’: Gay and Lesbian Iranians Come Out on Facebook

In Yemen

Protests continue in Yemen with Women

 

GENDER & HUMAN RIGHTS

Questionnaire Challenges Candidates on Human Rights Issues in Tunisia

GENDER BASED VIOLENCE

In Irak

Continuing Challenges for Women’s Rights in Iraq

Attacks Continue on Women Human Rights Defenders

In Jordan

Rape Case Turns Focus to Jordan’s Factory’

In Iran

Gay Rights: A World of Inequality

Women’s rights activist, Faranak Farid, beaten severely in detention


… STEPS FORWARD

In Saudi Arabia

Women in Saudi Arabia to vote and run in elections

In Lebanon

A small step towards literacy

In Bahrain

Woman Elected MP Unopposed in By-Election in Bahrain

In Morocco

Gender at the Heart of New Moroccan Constitution

In Tunisia

Tunisia is leading the way on women’s rights in the Middle East

More on Tunisia lifting reservations on CEDAW


BOOKS & REPORTS

ـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ
GENDER RIGHTS

Gender Equality boosts development- the World Bank Report

ــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ

Gender and Development e-Brief receives material from various sources for its publication. Should you wish to refer to these sources/ sites directly, the list includes publications from: AVIVA, www.aviva.org, AWID: www.awid.org, Democracy Digest: www.freedomhouse.org, Development Gateway: www.developmentgatway.org, Dignity: www.dignity.org, e-Civicus: www.civicus.org, Eldis: www.eldis.org, ESCWA: www.escwa.org.lb, GDB: www.developmentex.com, Global Knowledge Partnership: www.globalknowledge.org, IGTN: www.IGTN.org, ILO: www.ilo.org One World: www.oneworld.net, Siyanda: www.siyanda.org, The Daily Star: www.dailystar.com.lb, The Drum Beat: www.comminit.com, The Soul Beat: www.comminit.com, The World Bank: www.worldbank.org, UNDP: www.undp.org, Wicejilist: www.wicej.addr.com, WLP: www.learningpartnership.org; WIDE: www.wide-network.org; IRIN News: www.irinnews.org, Women’s UN Report Network: www.wunrn.com, Women Living Under Muslim Laws: www.wluml.org

ــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ

Gender And Development E-Brief is published by CRTD.A.

To get all previous GAD e-brief issues please log on to: http://www.iris-lebanon.org/arabic/inner/ebrief.htm

For more information about CRTD.A please visit: www.crtda.org.lb

You are receiving this newsletter because you are a member of CRTD.A / IRIS.

Please direct any comments to rchemaly@crtda.org.lb

If you choose to unsubscribe please send a blank e-mail from the e-mail in which you receive the e-Brief from, with the heading unsubscribe to unsubscribee-brief@crtda.org

If you wish to subscribe please send a blank e-mail, with subscribe as a heading to subscribee-brief@crtda.org

All the available links were accessible during the preparation process

Please accept our apologies if your subscribe / unsubscribe needs are not being met to your satisfaction, as errors will inevitably occur

Opinions and views expressed in this GAD E-Brief relate to their respective authors and do not necessarily reflect those of CRTD.A

Information presented in this GAD E-Brief is considered public information and may be distributed or copied. Use of appropriate credit is requested. While CRTD.A makes every effort to provide accurate and complete information, various data such as contacts, weblinks, dates, etc. may change.

CRTD.A provides no warranty, expressed or implied, as to the accuracy, reliability or completeness of the data and information harvested from other public sources.

Some of the information in this GAD E-Brief may contain references to information created and maintained by other organizations. Please note that CRTD.A does not control and cannot guarantee the timeliness, or accuracy of these outside materials.

Read Full Post »

l’experience Tunisienne apres la revolte du Jasmin,

une experience detaillee par celui qui a ete choisis comme secretaire d’etat ( ministre) dans le gouvernement de l’apres Ben Ali…

Comment batir une democratie, et consolider les pouvoirs d’un gouvernement transitoire, ou “interimaire” ou choisi pour une mission precise? comment donner de la legalite et de la legitimite aux forces de l’ordre? aux divers ministeres, notamment celui de l’interieur? Au Liban, la meme question est predominante ces jours ci? comment assurer les besoins du peuple? et comment justifier certaines actions?

toutes ces questions apparaissent et sous tendent la recherche d’une societe ou la justice sociale, et la liberte et dignite de tous et toutes peut etre preservee;

je trouve fascinante et on peut batir dessus l’experience de Slim Amamou, pour cela je vous retransmets son billet:

un texte de Slim Amamou qu’il a intitule “Comment le gouvernement endoctrine

je vous met le lien: http://nomemoryspace.wordpress.com/2011/05/10/comment-le-gouvernement-endoctrine/

le lien direct vers  le billet de Slim et les commentaires qui lui sont faits ; pour lire le texte,  je le recopies en son integralite:

“Cette histoire commence quand j’ai présenté ma démission au Président. Qu’il a refusée. M’a dit de réfléchir et que ma démission affaiblirait le gouvernement. Ce fût le mot juste pour me convaincre, car je ne voulais absolument pas que ma démission soit interprétée comme un soutien à ceux qui veulent la chute du gouvernement.

Quand j’ai vu la foule demander la chute du gouvernement, j’ai pensé à cette formule inventée par un ami à l’occasion de la démission de Ghanouchi “le gouvernement Sisyphe”. Condamné à un éternel recommencement. Et j’ai vu les élections s’éloigner. C’était ça la raison de ma démission.

Ma liberté d’expression

L’une de mes premières surprises au sein du gouvernement ce fut le fait que je sois devenu moins libre de m’exprimer. Du côté du gouvernement j’avais carte blanche, mais du coté du peuple je ne l’avais plus. Je devais le respect a mes concitoyens, même les plus cons. Je ne pouvais plus exprimer mes théories du complot qui me tenaient à coeur et qui constituaient mes croyances personnelles, j’avais des responsabilités.

Je vais vous dire comment la gouvernement m’a endoctriné.

Dés le premier jour j’ai été accueilli avec une manif. Et jusqu’a aujourd’hui j’ai tous les jours des manifs/sit ins/grèves à mon ministère. Bien sûr les gens qui manifestent ne sont pas les mêmes, ils vont, ils viennent, ils ont différentes revendications. Mais l’essentiel de mon travail depuis les premiers jours à été d’écouter ces revendications et d’essayer d’expliquer que nous n’allons pas résoudre les problèmes. Nous allons faire des éléctions.

Toute la difficulté est là. Pour faire des éléctions il ne suffit pas de mettre en place des bureaux de vote, il faut mettre le contexte, il faut que le climat soit sain. Il ne faut pas qu’on vote alors qu’on est stressés ou qu’on a peur. Il faut qu’on vote en pleine conscience et en toute liberté. Et pour ça il faut résoudre les problèmes.

Comment se passe le travail au gouvernement?

Si vous avez déjà travaillé en équipe, vous le savez déjà. Le gouvernement est un groupe,  on se réunit régulièrement pour discuter principalement de projets de décrets et de la situation du pays a partir de notes des membres. La dynamique de groupe c’est les relations humaines. On se parle. Et chaque membre du gouvernement est chargé de trouver des solutions  dans son domaine. Mais chaque ministre ou secrétaire d’état, comme moi, est confronté à la même réalité : on ne peux pas résoudre les problèmes.

Parce qu’on est un gouvernement transitoire et qu’on ne peux pas engager le pays au delà de quelques mois.

J’ai vu très tôt le problème majeur que présente le Ministère de l’intérieur. Ce Ministère représente la force publique. Et ce Ministère fut corrompu pendant des annèes au moins autant que mon Ministère. Il a pratiqué la repression et la torture pendant des annèes. Et si il y a un ministère qui doit changer maintenant c’est bien celui là. Ce ministère a besoin de réformes profondes dans les pratiques de ses employés parce que chaque employé devra être exemplaire quelque soit le résultat des élections et quelque soit sa direction. J’en ai parlé au Min. Intérieur. Mais ce n’est pas simple.

M. Le Ministre de l’intérieur est de bonne volonté. Il est là dans le but de servir le pays. Et tous les membres du gouvernement le sont. Je peux en attester, du moins par le peux d’occasions ou j’ai eu a les côtoyer dans ce laps de temps au demeurant très court. Ce sont des relations humaines.

Quand je suis entré au gouvernement c’est pour ces relations humaines essentiellement. Tout est relations humaines. Je voulais connaitre ces gens personnellement. Accèder à ce réseau social, je disais. Pour batir la confiance. Et maintenant c’est fait. J’ai confiance. C’est comme ça que j’ai été endoctriné.

Vous me direz on ne peux pas avoir confiance en 4 mois. Ça dépend. J’ai confiance en ce gouvernement pour organiser des élections libres et c’est tout ce dont j’ai besoin.”

fin du billet de Slim pris de: http://nomemoryspace.wordpress.com/2011/05/10/comment-le-gouvernement-endoctrine/

Read Full Post »

The People (We the People) are playing the most important role in the Arab World.

In Lebanon in 2005, peaceful collective actions by a huge mass of mobilized citizen were able to make a cabinet Leave, and the Syrian army leave, and the independence of Lebanon Be. The story of the Lebanese spring was made in 2005 by the people, the young, the university youth, and the help of a coalition of political forces.

In Tunis a boy that had a university degree was able by his nonetheless violent action (burn himself) to mobilize his fellows against an unbearable social situation. Judges, doctors, women and men, without sexual differences, or gender and class differences demanded that the dictator leave.

In Egypt few of what I call” e-activists” were able to organize marches, and protests, in a closed system,  that usually close roads, follow activists in metro-stations, and intimidate all kind of opposition, by a well formed police against all kind of Human rights of speech and group.

Those few e-activists were able to mobilize millions of people in Egypt and in the World for their cause against the Regime of Mubarak, they were able by their tenacity and will to down the pharaoh, even against the will of first  “class” nations, that were lobbying for a smooth transition, forgetting that people’s lives were cut in an un-smooth manner!

In Yemen, People are trying to remove a dictator from its place, a well kept place since years and decades.

In Bahrein, bloggers and activists are being arrested, and tortured and intimidated with allegations on them being terrorists,

People have been killed while they were protesting in a beautiful square, the pearl square in a peaceful way;

In Libya the story is the same, massive protests are being organized, the voices are loud and clear, No to a Bloody regim, No to Dictatorship”…

But as in Tunis, in Bahrein, in Egypt, unarmed demonstrators are being massacred. This time not only, with horses and “baltajy” but with planes. The dictator is using the pilots of the Nation, to crush the multiplication of the non violent democratic movements that are occupying multiple streets in many cities by the people of the Nation.  Unarmed demonstrators are tortured, killed, firebombed, molested, and the synonyms are many, and the bloody actions of the dictator’s are many… but the People will decide What they want, the Way they want.

People of all Nations, decades of tyranny, brutality, despotism, nepotism, are over, When you the People declares a Game Over.

We did it once in Lebanon, but our system, the political system needs a change, a complete make over, and we will voice out our frustration,  against a political forces that are playing with our well-being, we will say like you Game Over with the bad social Situation we are all living.

rita!

©  Rita Chemaly. www.ritachemaly.wordpress.com

Read Full Post »

Dear Friends, and readers,

 

 thanking you for the comments, I will publish a comparison between the Spring 2005 in Lebanon and the Egyptian Protests soon.The collective actions used and followed in both cases made things happen the way the People wanted!

In Lebanon it is true, that the movement was helped by an international political coalition, and the Mass media mainly foreign TV’s as CNN, BBC, Al Jazeera, Al Arabiya, but in Egypt, the political international sphere was not with the downing of Moubarak. Even though the full coverage of Al Jazeera helped a lot!

Not any political international chief (USA, France or other political forces) said and comforted the Egyptian People with their demands.

They did it all ALONE!

they made things happen because of their tenacity, their great organisation, their nationalism, and their unity for the cause they believed in!

Before publishing a more academic paper about the collective actions used in Lebanon in 2005 and in Egypt in 2011, a comparison I took from my book about the Lebanese spring in 2005, or what has been called the Cedar revolution, I would like to shed light and to circulate a text by Chirine El Ansary an Egyptian Woman, and mother…  

I will let you read her text, I pasted below.

Rita!!

“The protestors are still on Tahrir square and they

will remain there until the departure of Hosni

Mubarak. Thousands of Egyptians streaming

towards the square to support the freedom

activists ; men and women who would never have

imagined themselves taking part in a revolution.

My father, my mother, my brother, my aunt, my

cousins, all honourable members of the bourgeoisie,

walked to Tahrir Square. They went to offer help

and support to those who defy dictatorship,

claiming freedom and dignity for all. Freedom yes,

but not this fake freedom that hangs on a piece of

cloth, a skirt too short or too long , a full veil or a

head scarf, not the freedom one might feel when in

possession of a cell phone or an email address. Real

Freedom, commanded by human sanctity.

You send me messages asking for explanations on

what is taking place in Egypt. Often you have your

opinion : A column you have read with enthusiasm,

a TV show that left you doubtful , your own theories

on world politics.

It is not easy to speak or write. I would rather be

there. Unfortunately I did not have that chance. I

did not see it with my own eyes, only dreamt it for

years.

I struggle to write, but it is necessary that this

revolution be justly valued : a peaceful movement,

dignified, secular and fair.

An uprising against the prevailing rule of the

strongest enslaving peoples.

So here I am in an attempt to answer your questions

and react to your comments

You say : Egyptians are fighting each other pro or

against Moubarak, they are incapable of protesting

peacefully.

No comment : if you do your duty as world citizens

you have informed yourselves well enough to know

that the pro-Moubarak protestors are thugs paid to

do the filthy job and spread pannick.If not, then I

trust that you will remain silent.

You often ask : « What is your parents opinion? »

My parents go to Tahrir Square, they want the

protestors to remain until the departure of

Moubarak and the collapse of the regime, without

compromises. They want to honour the hundreds of

victims killed in cold blood. They bring food and

medical supplies. They are proud and hopeful.

Your most pressing question : « but what about the

rise of Islamism-the muslim-brotherhood-sharialaw-

and-Iran » (to be uttered in one breath )

On Tahrir Square today, Islamism is referred to as

« the scarecrow », and this is my answer in a few

points:

1°/ an absurd little scenario : Sarkozy holds on to

power with a bit of Super Glue and lots of

corruption, an international pressure is exerted to

secure his presidency. Why ? If it is not Sarkozy it

may be Marine Le Pen and that would seriously

endanger European stability.

Why accept for others what would be unacceptable

(and ridiculous) for you ?

2°/ Islamism is a universal threat,. It is through

freedom, dignity and justice that we can fill the gaps

that allow any kind of extremism.

3°/ The Muslim Brothers are not fundamentalists,

they are : The Muslim Brothers (!) a political party

and have not been responsible for any act of

violence for 50 years.

Words can start wars . a few days ago I read

« Indonesian church bombed by Muslims ».Those

who deliberately cause the death of innocents are

usually referred to as criminals.

4°/
Sharia a word hammered day in day out, used as

 

if it was an insult. But how many know the actual

 

meaning of
Al Sharia, what the implications of its

 

thorough application would be ? For a deeper

 

understanding of
Al Sharia off to your National

 

Library, for once avoid Wikipedia.
5°/ I find it hard to understand the recurrent

 

comparison with Iran.

Iran revolution took place in 1979, we are in 2011

way into the 21st century. Egypt revolution was

triggered by quite an elaborate use of the internet.

Though I am « only » 40, I feel already old compared

to the young people who started the uprising. Some

Egyptian influential figures find it hard to

understand what is unfolding in Egypt ; the tools of

the century are alien to them.

In Egypt Sunni Islam is practiced in Iran it is Shi’a

which implies a completely different social

organisation.

Egypt is a republic and we had four presidents

already. Before revolution broke, Iran was an

absolute monarchy. Ayatollah Khomeini was in

exile, he even spent time in France, he rushed to

Iran to lead an Islamic revolution he was

secretly (?) preparing.

Finally I am amused to notice that Egypt is also

compared to Tunisia, with such leaps we quickly

reach Australia.

Why ? because in the three countries there is a great

majority of Muslims ? Should we then draw

comparisons between Brazil and Austria ?

You fear an Islamic government and what it might

impose on the people. Don’t you fear what the

Moubarak regime has been imposing on Egyptians

for 30 years ? Most of us have suffered direct or

indirect consequences of that regime ; too many

dark stories. Following the death of a Suisse

photographer a few years ago we, a few caireen

« marginals », discovered that all our actions were

reported. We were wrong in thinking that we

enjoyed a kind freedom. Our life style was tolerated

only because it could be turned against us if

« necessary ».

In an islamist regime a woman can be stoned if she

commits adultery. In Moubarak regime a young

actress can be arrested on charges of prostitution to

cover up for a national crisis, a university professor

can be divorced from his wife by force on charges of

blasphemy, a young woman can be dragged to the

police station because she pressed too closely

against her fiancé, female protestors have been

raped by police officers in plain clothes with the

blessing of the Ministry of Interior. Let us stop here,

the list is long and morbid.

A sickening medley of prejudices based on facts and

reactions :

An Egyptian airline pilot whispers the shehada

« there is no other God but God and Mohammad is

God’s prophet ». He is said to have deliberately

caused the crash of his plane and is posthumously

accused of terrorism.

Egyptians are praying on Tahrir Square in front of

police cars: « See how they are, all fundamentalists ».

Same reaction when it comes to those who claim:

Allaho Akbar ! Those who scream that they only

fear God and will not kneel before any human being,

those who say thank God or if God wills.

Most Egyptians are pious. This piety bestows upon

them a great humility and is not an indication of

fanaticism. On the other hand some use these

formulas compulsively, others out of spirituality. A

wide range of people and numerous ways of

belonging to the Muslim culture… like in any other

culture, but do I really need to explain that?

Building bridges between cultures

 

, this expression

was so fashionable a few years ago. These bridges we
revel in rise above valleys, mounts and prairies that

caress one another, rise or spread against each

other. I always thought « why not ignore the bridges

and step on the wild grass, at human scale, climb up

and down, admire the ever changing scenery and

finally reach the Other?

Allowing myself a generalization, I present you with

this
exotic flower: on this other side of the world, the

mirror tends to reflect a human being who is
conscious of his/her ineluctable end and who does

not live in the illusion of his/her supremacy .

But no more generalizations : « look at him, the

Middle-Eastern

 

man clutching at his throne.

A tin Pharaoh who thinks he is eternal. He does not
say « if God wills » he says « if I will and I will », he

doesn’t murmur « thank God » but « thank Me for I

am Me and there is no other Me but Me ». He prays

in front of his mirror and is ecstatic to see a divinity

adoring Him.

He defies the law of nature and gets rid of the Angel

of Death by sending it to Tahrir Square.

Respect and support to those who shout at the top of

their voices: « No!»”.

www.ritachemaly.wordpress.com

 

Read Full Post »

Le Caire, Amman, Sanaa: La révolution en direct

Published by El Watan
Friday, 04 February 2011

Le vent de la colère souffle. El Watan Week-end a donné la parole à des citoyens au Caire, à Amman et à Sanaa pour mieux cerner les enjeux et vivre de près le prometteur «printemps arabe»

On sort la grosse artillerie au sommet du pouvoir égyptien. Le président Moubarak a accordé, hier, une interview à la chaîne américaine ABC dans laquelle il affirmait qu’il aimerait quitter le pouvoir mais que son départ provoquerait le chaos dans le pays.Le raïs a aussi affirmé qu’il ne voulait pas voir les Egyptiens se battre entre eux. Cette interview fait suite à celle accordée, toujours hier par le vice-président Omar Souleimane à la télévision égyptienne. Au cours de l’entretien, M. Souleimane a soutenu que les violences observées entre les manifestants favorables et hostiles au président égyptien Hosni Moubarak sont le résultat «d’un complot» fomenté par des gens en Egypte même ou bien à l’étranger. Pour l’ancien responsable des moukhabarate, ceux qui manifestent à la place Tahrir ont des desseins spécifiques. Les opposants au président Moubarak ont appelé, pour aujourd’hui vendredi, à une nouvelle mobilisation générale qui devrait réunir un million de personnes, afin de chasser le raïs égyptien au pouvoir depuis près de 30 ans. Cette manifestation baptisée «le vendredi du départ» par les organisateurs, irrite fortement Omar Souleimane. Celui-ci considère que le départ du président Hosni Moubarak était un appel au «chaos».

ImageDurant son interview, M. Souleimane a aussi révélé que les Frères musulmans, principale force d’opposition dans le pays et bête noire du régime, ont été invités à participer au dialogue entre le pouvoir et l’opposition mais que le mouvement semblait hésiter à accepter la main tendue par le pouvoir. Les Frères musulmans, qui participent aux manifestations anti-Moubarak, sont officiellement bannis de la sphère politique et font régulièrement l’objet d’arrestations, mais sont tolérés dans les faits et disposent d’influents réseaux d’aide sociale. Considérés comme la principale force d’opposition en Egypte, ils avaient remporté 20% des sièges aux législatives de 2005. Ils ont boycotté le second  tour des dernières législatives de novembre-décembre 2010 en accusant le régime de fraudes et de violences. La confrérie islamiste qui a rejoint la coalition nationale pour le changement, qui s’est constituée autour de Mohamed El Baradei avec le mouvement Kefaya (assez), a rejeté tout dialogue avant le départ du président Hosni Moubarak.

Cette annonce est intervenue alors  que des représentants des jeunes manifestants de la place Tahrir avaient participé à la première séance du dialogue hier matin. M. Souleimane a précisé que d’autres partis politiques, ainsi que des «personnalités» et des «indépendants» ont accepté de participer à ce dialogue sauf deux partis de l’opposition de gauche, Wafd (libéral) et le Tagammou (gauche). Les violences ont fait au moins huit morts, selon un nouveau bilan du ministère égyptien de la Santé, cité par l’agence officielle Mena, alors que des sources médicales ont révélé que les heurts ont fait plus de 1 000 blessés. Cette situation a provoqué la réaction de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, qui dans un appel téléphonique au vice-président égyptien Omar Souleimane, lui a indiqué que les violences de mercredi «étaient un développement choquant après plusieurs jours de manifestations constamment  pacifiques». Elle a demandé au gouvernement égyptien de sanctionner ceux qui sont responsables d’actes violents et a également souligné le rôle important que les forces armées égyptiennes ont joué en agissant avec modération lors des manifestations pacifiques.

La peur de la contagion

Les derniers développements en Egypte ont poussé certains pays de la région menacés de contagion à prendre des mesures préventives. Le roi Abdallah II de Jordanie a nommé un nouveau Premier ministre, Maarouf Bakhit, et reçu hier une délégation du Front de l’action islamique (FAI), la branche politique des Frères musulmans. Le souverain a reconnu lors de l’entretien que les réformes avaient connu un ralentissement qui«ont fait perdre de nombreuses opportunités à la nation pour progresser». Autre régime menacé, le Yémen qui connaît des manifestations pour réclamer le départ du président Ali Abdallah Saleh au pouvoir depuis 1978. Ces troubles ont contraint M. Saleh à annoncer qu’il renonce à briguer un nouveau mandat et s’est déclaré contre la transmission héréditaire du pouvoir.

– Hala Kamal. Professeur à l’université du Caire.

Ce qui s’est produit, c’est que le système au pouvoir continue son jeu : c’est-à-dire à constituer des bandes de voyous alliées au ministère de l’Intérieur qu’on a pris l’habitude de voir dans toutes les marches et manifestations qu’on organise, que ce soit par solidarité à l’Irak, à la Palestine ou même pour nos propres problèmes. On a vu hier, en début de journée, des manifestations pro-Moubarak guidées des artistes de deuxième ou troisième degrés et des footballeurs qui soutiennent le système ; très vite remplacés par des voyous qu’on reconnaît facilement.

Pour semer la zizanie, terroriser et frapper. L’armée et les jeunes révolutionnaires ont tenté de fermé les issus pour les empêcher de se mêler aux manifestants, ils ont réussi à se faufiler par un accès proche du musée qu’ils ont d ailleurs attaqué. Aujourd’hui, en allant à Maydan El Tahrir, l’armée et les jeunes fouillent tout le monde, pour vérifier que ce ne sont pas des voyous. Le but de la manœuvre a échoué, il faut dire qu’ils voulaient donner l’image que c’était un conflit au sein même de l’opposition. A mon avis, c’est une tentative vaine, d’un régime en fin de course qui tente désespérément de réduire à l’échec une révolution réussie et ingénieuse. Le slogan de tout le monde était au départ «Le peuple veut faire tomber le régime» et qui est inspiré de la Révolution du jasmin, qui est devenu «Le peuple veut faire tomber Moubarak» après son discours qui n’a convaincu personne. Et depuis les événements de mercredi c’est devenu «Le peuple veut juger Moubarak».

Le rôle de l’armée est très respectable, et ce, depuis le premier jour de la révolution. Il a promis de ne pas tirer sur la population, il a protégé les jeunes révolutionnaires de la place Maydan El Tahrir. Les gens ne demandent pas officiellement à l’armée d’intervenir, car cela voudrait dire un coup d’état que l’armée aurait d ailleurs très bien pu faire, mais la position de l’armée égyptienne rappelle la position du général Rachid Amar en Tunisie. L’armée égyptienne a prouvé qu’elle appartenait au peuple. Que c’est une force nationale qui sait rester neutre et qui ne se retourne pas contre sa population. Aujourd’hui, le nouveau Premier ministre est sorti demander des excuses sur ce qui s’est déroulé et déclare déclencher une enquête sur les agressions d’hier… mais le plus raisonnable, c’est que le président Moubarak parte avant le jour de la colère ultime.


– Nasser Arrabyee. Journaliste. Sanaa. Yémen.

Le taux élevé d’alphabétisation a fait qu’au Yémen, la révolution tarde à se déclencher, en dépit des manifestations quotidiennes. C’est là la grande différence entre notre pays, la Tunisie et l’Egypte. Avec cet obstacle, la société civile ne peut pas jouer son rôle parfaitement. La conscience populaire reste encore faible. Les partis politiques sont comme un cautère sur une jambe de bois. Ce sont les chefs de tribu et les chouyoukh de religion qui font l’opinion et qui ne sont, malheureusement, pas impliqués dans cette nouvelle vague de protestation. Le rôle de la presse reste également faible devant 80% d’analphabètes. Toutefois, nous sommes très ambitieux au Yémen. Nous suivons de près ce qui se passe en Egypte. C’est notre guide. Cette révolution arabe a ouvert une nouvelle ère démocratique pour tous les peuples. C’est une ère meilleure et une démocratie majeure que nous cherchons désormais. Nous y arrivons. La leçon est donnée par la Tunisie, et je crois qu’on ne peut plus reculer. C’est l’heure du changement. Je vois que grâce à cette révolte que les choses commencent à bouger chez nous. L’annonce du président reste tout de même une surprise pour nous.


– Riham Fakhoury. Journaliste au journal Al Ra’i. Amman. Jordanie.

L’ampleur est moindre chez nous. Moi-même tant que journaliste j’ai marché et j’ai protesté, j’ai vécu les manifestations de l’intérieur. Je suis citoyenne et toutes les revendications soulevées me concernent. A l’heure où je vous parle (mardi, nldr), le gouvernement vient d’être changé. Certes, c’est un résultat positif, mais ne calmera pas les esprits. Ce n’est pas la seule solution. Actuellement, il n’y a pas de marche annoncée, et nous ne marcherons pas demain (vendredi), puisqu’une revendication est déjà prise en considération. Mais, il y en a d’autres qui attendent d’être satisfaites : nous demandons l’abrogation de la loi sur l’Assemblé nationale, l’amélioration de la situation économique… la révision des prix des carburants. Nous attendons plus que cette démarche. L’avenir que nous nous réservons est ambitieux. Ce sont les jeunes révoltés qui se sont soulevés, suivis plus tard de la société civile et des partis politiques. La machine est déjà enclenchée, et nous ne pouvons pas l’arrêter sans résultat.


– Rita Chemaly. Auteure et chercheuse. Beyrouth, Liban.

Nous n’avions pas de liberté avant 2005 en Liban. L’opposition qui s’est soulevée contre la présence syrienne au Liban a toujours été réprimée. Ce n’est qu’après la mort de Hariri que les choses ont commencé à bouger. C’est à ce moment-là que la classe politique s’est révoltée pour demander le changement du régime. Nous organisons chaque lundi des protestations pour demander notre indépendance… Mais tout a été acquis à l’arrivée et à la mobilisation des politiciens pour échafauder le soulèvement populaire et créer ce qui est désormais appelé le Printemps libanais. Et si je fais une comparaison avec la situation en Egypte, je vous dirais que la révolution est beaucoup plus spontanée mais qui n’est pas assez structurée. Les manifestants demandent le changement du régime sans qu’il prépare une plate-forme et l’après-Moubarak. Contrairement au Yémen et au Soudan, Moubarak ne lâche pas. Je souhaite que les manifestants égyptiens puissent continuer leur mouvement et de s’organiser d’une meilleure façon. Il est impératif de continuer sans s’entraîner dans le chaos. A mon avis, c’est la plus belle manifestation que j’ai jamais vue, enclenchée par des jeunes sur facebook. Si elle dure, Moubarak jettera certainement l’éponge. Mais il faudrait également une pression internationale. Je comprendrais également la crainte des Américains par rapport au changement de régime égyptien et son influence sur les accords avec Israël.


entretien avec Basil Okoor, journaliste jordanien à Ammonnews: «La nomination d’un nouveau Premier ministre est une première victoire»

– Quelle est la nature du mouvement que connaît la Jordanie?

Il s’agit d’un mouvement de protestation, parti, il y a trois semaines, de la ville de Dhiban où vivent des tribus et qui a été déclenché par la hausse constante des prix. Les manifestations ont par la suite atteint les principales villes du pays, Irbd, Kerk, Maan et Amman. Les partis de l’opposition ainsi que les syndicats se sont joints au mouvement, les revendications politiques ont alors fait leur apparition. Les manifestants ont appelé à une réforme du système politique actuel, ce qui apportera une situation économique meilleure. Ils ont également ouvertement appelé le gouvernement de Rifai à démissionner.

– C’est ce qui a été fait. Le roi Abdallah II a nommé un nouveau Premier ministre, Maarouf Al Bakhit. Comment est-il perçu par la population ?

Il a déjà occupé ce poste par le passé (2005-2007) et n’avait rien réalisé de particulier. Tout ce qu’on retient de lui ce sont les fraudes massives et flagrantes qui ont entaché les élections parlementaires et qu’il a lui-même avouées après son départ. Mais, en même temps, c’est une figure politique très importante car il représente les Jordaniens de l’Est, considérés comme des Jordaniens «pures». Ces derniers, tout comme El Bakhit, sont très attachés à leur identité et œuvrent pour qu’elle reste l’identité de l’Etat. Ils refusent notamment la naturalisation et l’attribution de la nationalité jordanienne aux réfugiés palestiniens. Il est également connu pour son opposition au système libéral et au capitalisme sauvage, ce qui le rend très populaire, surtout au sein de cette communauté. L’ancien Premier ministre Rifai était lui le symbole du libéralisme, il devait partir.

– Quelle est la mission du nouveau Premier ministre Al Bakhit ?

Son premier challenge sera la constitution de son gouvernement. S’il réussit à choisir des personnes justes, compétentes et habilitées à occuper ce poste, il aura réussi le premier test. Mais s’il nomme encore une fois les mêmes noms, que nous connaissons pour être tout sauf compétents, alors on tournera dans un cercle vicieux. Le mouvement populaire pourra prendre d’autres directions et nous ne pouvons pas savoir où cela va mener. La situation est très complexe.

– Si l’on compare ce qui se passe en Jordanie à ce qui s’est passé en Tunisie ou en Égypte, un remaniement ministériel ne réussit pas à éteindre la contestation…

La comparaison n’est pas très juste. En Jordanie, le peuple proteste contre un gouvernement qui ne les représente pas, contre la corruption, la mauvaise gestion et la mauvaise distribution de l’argent public. Les revendications n’ont pas dépassé ce cercle. La monarchie n’est en aucun cas visée. Nous ne voulons pas changer de gouvernance, nous voulons la rationalisation de cette gouvernance. Nous voulons participer à la vie politique, c’est pourquoi nous demandons la révision de la Constitution et des différents textes de loi afin que le gouvernement puisse être élu par le peuple, représenter le peuple et rendre des comptes au peuple. Nous voulons un vrai pluralisme et plus de liberté. Les élections doivent être libres et transparentes et le mode de vote moderne. Contrairement à Ben Ali et Moubarak, en nommant un nouveau Premier ministre, le roi Adballah II répond à la principale revendication des manifestants car, selon eux, la réforme passe obligatoirement par cela. Reste à savoir si ce nouveau gouvernement réussira à répondre aux autres exigences du peuple.

– La nature de la protestation en Tunisie et en Jordanie n’est pas la même. Mais les Jordaniens se sont-ils inspirés des Tunisiens ?

Le message que les Tunisiens ont envoyé aux autres peuples est très fort : oui, un peuple peut reverser un régime. Même si le Jordanien n’aspire pas à cela, et je dis cela en toute objectivité, on peut dire que dans l’inconscient collectif des Jordaniens, cela a dû jouer. Il faut du courage pour que le peuple sorte dans la rue et demande la démission d’un ministre. Cela s’est rarement produit en Jordanie. Mais c’est surtout le ras-le-bol général qui a fait sortir les gens dans la rue. Nous sommes fatigués et voulons du changement. C’est pourquoi nous considérons la décision du roi de nommer un nouveau Premier ministre qu’il a officiellement chargé de répondre à toutes les revendications du peuple, comme une première victoire. Maintenant, le gouvernement doit nous montrer qu’il nous a compris.

– Beaucoup estiment que la décision du roi a été dictée de l’extérieur. Vous êtes le deuxième pays arabe ayant signé un traité de paix avec Israël après l’Égypte, où la révolte prend de l’ampleur…

Il est  normal que cette décision ait été motivée par des raisons objectives et d’autres subjectives. On ne peut pas isoler la Jordanie de ce qui se passe dans la région. Beaucoup craignent que cet esprit de libération atteigne d’autres pays. Mais cette décision signifie surtout que le peuple a réussi à se faire entendre.


– Lina Attallah. Cyber dissidente. Le Caire.

Le régime de Moubarak essaie de déclencher une sorte de terreur chez les manifestants. A la place Maydan El Tahrir, devant toute la planète, il y a eu violence contre des civils. Aujourd’hui, la revendication essentielle est que Moubarak dégage. En agissant de la sorte contre des manifestants pacifiques, il a perdu le peu de soutien qu’il lui restait après son discours de la veille. L’avenir est encore difficile à cerner, une chose est sûre, c’est qu’il faut impérativement aujourd’hui organiser un front de négociations. Il faut qu’une action politique s’établisse le plus rapidement possible pour bien gérer la situation et trouver des solutions.


– Philippe Rizk. Blogueur. Le Caire.

Ce qui est arrivé hier à la place Maydan El Tahrir on s y est habitué en Egypte. La police utilise les voyous qu’elles paient pour qu’ils frappent. La plupart des pseudos pro-Moubarak étaient des policiers en civil. Il y a avait aussi sans doute des jeunes inquiets car le seul média qui reflétait la réalité était Al Jazeera, après la censure d’internet et la fermeture d’Al Jazeera en Egypte, les gens ont uniquement droit à la chaîne nationale qui fait tout pour dramatiser la situation en disant que l’économie est en train de subir les conséquences du soulèvement national à cause du départ des touristes. La revendication aujourd’hui dans la rue c’est que Moubarak quitte le pouvoir ; la plupart des manifestants demandent son départ sans concession. Le scénario d’après n’est pas encore prévisible, mais le premier pas c’est le départ de Moubarek. 30 ans de dictature ont affaibli toute l’opposition qui n’est pas assez mature aujourd’hui pour se distinguer. Mais le changement nous permettra de faire des erreurs et de reconstruire notre démocratie.


– Amine. Le Caire.

Mercredi, à la place Maydan El Tahrir, c’était un véritable bain de sang. Le pouvoir a démontré une fois de plus qu’il est illogique et fasciste. Les revendications des gens dans la rue étaient entre autres : le changement de la Constitution, du Parlement et la levée de l’état d’urgence. Ces revendications ont évolué, à savoir le départ de Moubarak, et surtout qu’il soit jugé pour le bain de sang qu’il a provoqué. Je pense que la prochaine étape est l’appel de la population à l’armée pour qu’elle intervienne au profit du peuple. L’armée égyptienne est parmi les rares institutions qui n’a pas été infectée par la corruption et il est encore en son pouvoir de préserver la sécurité de la patrie.


entretien avec Salma Jlassi. Journaliste et membre de l’Union générale des travailleurs tunisiens: «Plus jamais un mouvement ne prendra le monopole»

– Quel est le climat qui règne dans le pays depuis la nomination du gouvernement de transition ? Parle-t-on d’actions de pillage et de saccage ?

Toutes les révolutions qu’a connues le monde ont été accompagnées de tentatives de certains groupes, n’adhérant pas au mouvement populaire, de défendre leur point de vue dissident. Ces derniers ont généralement recours à la violence et cherchent à répandre le chaos. Et c’est bien ce qui s’est produit, les vestiges de l’ancien régime ont eu recours à des voyous et ont profité de la situation sécuritaire dans le pays pour répandre la peur. Mais cela ne durera plus pour longtemps. Depuis mardi dernier, on note un retour progressif à la normale. De hauts responsables de la sécurité appartenant à l’ancien régime ont été limogés, l’armée est rentrée et la police a repris l’exercice de ses fonctions dans l’espoir d’une amélioration graduelle de la situation.

– Il semble que le nouveau gouvernement ait été plus accepté que le gouvernement «d’union nationale», le peuple conteste-t-il toujours la présence de figures de l’ancien régime ?

Le gouvernement actuel compte plus de technocrates et d’opposants que des membres de l’ancien régime. Le peuple conteste surtout la personne du Premier ministre, M. El Ghannouchi. On se questionne sur la nature des tâches qu’il doit accomplir secrètement. Certains disent qu’il est là afin de faire disparaître des dossiers prouvant l’implication des membres de l’ancien régime dans différentes affaires de corruption et autres, et qui pourraient mener à leur condamnation. Cependant, une grande partie du peuple est convaincue que ce gouvernement est temporaire et chargé des affaires en cours. Le plus important maintenant ce sont les travaux des commissions de réformes politique et juridique qui mèneront à des élections libres et transparentes.

– L’UGTT a joué un rôle majeur durant la révolution et a gagné la confiance du peuple. Pourquoi refuse-t-elle maintenant de faire partie du gouvernement après y être entrée ?

L’Union générale des travailleurs tunisiens ne peut aller à l’encontre de la volonté de ses adhérents. Elle a joué un rôle très important dans l’encadrement du mouvement populaire qui s’est transformé par la suite en révolution. Ses positions ont toujours été compatibles avec le choix du peuple. La démission des membres de l’UGTT de ce gouvernement est une réponse au fait que les principaux portefeuilles soient attribués à des symboles de l’ancien régime.

– Pourtant l’UGTT a déclaré «accepter» M. El Ghannouchi au poste de Premier ministre du gouvernement de transition, pourquoi ?

Je pense que la décision de l’UGTT est raisonnable et préserve l’intérêt du pays dans ce moment crucial. L’UGTT compte un nombre important d’experts et de compétences lui permettant de prendre les bonnes décisions. Elle fait partie du peuple tunisien et aspire, au même titre que lui, à plus de liberté et de dignité et à combattre la corruption. De manière générale, des discussions sont toujours en cours au sein des structures de l’union et s’il s’avère que le gouvernement se détourne de ses objectifs, elle reprendra son action afin de protéger cette révolution. Je dis cela en toute objectivité et non au nom de l’union.

– La Révolutiondu jasmin a été à cent pour cent tunisienne et a pris de cours l’Occident et la France en particulier. Pensez-vous que «la rue tunisienne» a été sous-estimée ?

Le peuple tunisien a réalisé d’importantes avancées par le passé. Il est le premier peuple arabe à avoir adopté une constitution. Il est le premier à avoir abrogé l’esclavagisme avant même la France et l’Angleterre. Il a mené le mouvement d’émancipation des femmes dans les années vingt du siècle passé. Il est normal que ce peuple bouge et de façon civilisée, surprenant à la fois le régime et les puissances occidentales. Cette révolution s’est inscrite dans l’histoire.

– La position de la France a été très critiquée. Ses intérêts sont-ils menacés ?

Le peuple tunisien a suffisamment d’indulgence pour dépasser la position de la France qui a soutenu le dictateur dans son oppression du peuple. Mais il n’oubliera pas, tout comme il n’a pas oublié les crimes de la colonisation. Ceci dit, parler d’intérêts menacés me semble loin de la réalité, la politique est un jeu d’équilibre des pouvoirs et des intérêts mutuels.

– Qu’en est-il de la «menace islamiste» dont parlent les médias étrangers ?

Le peuple tunisien compte beaucoup de croyants et de pratiquants laïcs qui n’embrassent pas l’idéologie islamiste. La décennie noire qu’a connue votre pays nous a montré comment s’en protéger. Aussi, pendant la révolution, les islamistes créaient des coalitions avec l’ancien régime alors que le peuple faisait face à une répression sanglante. De toute façon, la démocratie montrera l’ampleur réelle de ce dont la France craignait. Nous mettrons fin à cette alarme donnée par la France démocratique insultant le peuple tunisien et le traitant de terroriste. Et l’espace politique est suffisamment grand pour abriter toutes les mouvances, une chose est sûre, nous ne permettrons plus jamais à un mouvement de monopoliser la scène politique.

– Mohamed B. Bouebdelli. Président de la Fondation universitaire Bouebdelli. Le Caire.

Cette révolution est un rêve qui devient réalité. Personne ne s’attendait à ce que Ben Ali s’enfuie après moins d’un mois de révolte. C’est comme si on rêvait la nuit de liberté, et au matin, cette liberté est là. On disait qu’on était incapable d’une telle chose, qu’on ne pouvait que prier pour que les choses changent, mais on l’a fait, et tout dictateur potentiel est maintenant averti. La vie reprend, nos écoles sont ouvertes et les mesures prises par le gouvernement ont réussi à apaiser les choses. C’est une période de transition, il reste beaucoup de challenges : rétablir l’ordre, tenir des élections libres et se débarrasser des restes de la dictature.

– Mona Prince. Ecrivaine et universitaire. Le Caire

Je suis fière d’être égyptienne, et pour le restant de mes jours, je serai fière de ceux qui ont sacrifié leur sang pour que nous ayons une vie nouvelle. Nous les honorerons par de larges funérailles nationales après que nous nous eûmes débarrassés de ce régime. Et pour tous ceux qui ont peur que l’Egypte soit aux mains des Frères musulmans, ceci n’arrivera jamais. Si vous étiez à la place Tahrir ou dans les quartiers et les rues qui l’entourent, vous auriez vu comment les Égyptiens de différentes mouvances et de tout âge, hommes et femmes, étaient ensemble main dans la main. Quelques heures seulement nous séparent de vendredi. Le vendredi où le grand peuple d’Egypte célèbrera sa liberté et sa dignité.
article pris de El Watan le journal algerien francophone:

Read Full Post »

Older Posts »

%d bloggers like this: