Feeds:
Posts
Comments

Un excellent Manual de pedagogie universitaire a ete developpe par l’USJ.

Le manuel est tres “amical” “friendly-user” . Aussi j’ai decourvert qu”il souligne l’importance de l’interactivite en classe.

Il couvre les questions les plus importantes que tout enseignant et chercheur-enseignant doit connaitre. ma partie preferee est celle sur le Plagiat. (preparee par Bazan, bravo steph!)

a vous le lien du Manuel: http://www.mpu.usj.edu.lb/doc/Ressources/manuel-de-ped-uni/manuel-complet.pdf

et  chapeau a mon universite!!! :-)

Rita Chemaly

pedagogie universitaire

Chemaly rita child marriage law Lebanon

Finally and after months of studies and meetings, the National Commission for Lebanese Women has presented to the Lebanese Parliament the Project Law (Draft Law) aiming at protecting children that are minors (less than 18 years old) from early marriages in Lebanon.

This draft law asks the amendment of article 483 of the penal code and makes the religious leader responsible of marriying children responsible of taking the approval of the Judge of the Juveniles prior to any tightening the knot of child brides or boys!

also the family of the children is made responsible of such marriages and mainly the “Wali” or the guardian/Tutor of the child that is getting married.

Also the draft law amends the competencies of the Judge of the Juvenile and the law of the Juveniles in Lebanon, obliging the guardians/tutor of minor children take the prior approval of the Judge of Juvenile for “special marriages”. The Judge will have to undertake a socio-economical analyse before giving his approval or denial of that right.

This Draft law that was presented by Member of Parliament Ghassan Moukheiber yesterday Monday 29 september 2014 at the Lebanese Parliament will now be studied by the Parliament Committees and than will go for a public vote on a General Assembly.

For me, as an activist working on that issue for so long, this is a first step, a huge step forward, all I aim for now is for the Parliament commissions to study the draft law, and Vote for it .

Children in Lebanon need protection from Marriage, from trafficking! this is a Step Forward!!

Hat for NCLW and for all those who are working from behind the scene toward protecting those vulnerable parties!

For those who wish to read the text of the draft law here it is:

Draft law protecting children from early marriage in Lebanon text of law as presented to the Lebanese Parliament -Rita Chemaly

Below is a infographic by Child not bride showing how early marriage impacts negatively the life of children and societies!

child marriage a global problem

Rita Chemaly

Below is the press review of the draft law registration at the Lebanese Parliament on Monday 29 of september 2014: http://www.neswacafe.com/newsneswa1.php?go=fullnews&newsid=4255

http://www.alaraby.co.uk/society/0009743f-2aa4-416b-805c-dbeba0b00eed

http://www.tayyar.org/Tayyar/News/PoliticalNews/ar-LB/mkhayber-underage-marriage-zek-50.htm

مشروع قانون لتنظيم زواج القاصرين

http://www.assafir.com/Article/375347

CEDAW official Lebanon report is now ONLINE.

Lebanon has launched its official CEDAW Report on Women Status for 2014 today from the lawyers bar association.

for the arabic readers that want to read the report please do download the full PDF version by clicking on that link : Official CEDAW Lebanon 2014

CEDAW report has been prepared by NCLW (National Commission for Lebanese Women) and covers the period 2006-2014.

Rita Chemaly

Official CEDAW Lebanon 2014  .jpg

Hier a Sciences Po Liban un panel a ete organise pour discuter des mariages precoces ou les mariages des enfants.

a ceux et celles qui sont interesses par le sujet voila la couverture de l’Orient Le Jour.

Rita

p04-9_658670_large la photo est prise de l’Orient le Jour aussi

« J’ai été élevée par mon mari, je ne me souviens même plus quand je lui ai été offerte… »

À l’USJ, la pratique néfaste du mariage précoce a été exposée hier en images lors d’une table ronde et d’un vernissage réalisés par l’université, l’ambassade du Canada et « L’Orient-Le Jour ». Un panel d’expertes a cerné le sujet sous toutes ses coutures.

Quand on aborde le sujet du mariage précoce, les chiffres des Fonds de l’Onu pour la population sont, le moins qu’on puisse dire, ahurissants. Aujourd’hui dans le monde, on dénombre environ 67 millions de femmes entre 20 et 24 ans qui se sont mariées avant d’avoir eu 18 ans. Parmi elles, une fille sur 9 s’est mariée avant d’avoir eu 15 ans. À en croire les chiffres, plus de 142 millions de fillettes mineures se marieront encore au cours des dix prochaines années, soit 40 000 filles par jour environ. Si, dans des pays comme le Nigeria, 75 pour cent des femmes vivent cette expérience douloureuse, et plus de la moitié d’entre elles au Yémen, cela ne veut pas pour autant dire que le Liban échappe au fléau. Selon une étude réalisée en 2009 par l’Administration centrale des statistiques, 13 pour cent des filles se marient à un âge précoce au pays du Cèdre.

Stéphanie Sinclair est photographe au magazine National Geographic. Depuis plus de dix ans, elle dissémine partout dans le monde des clichés de mineures mariées qu’elle a rencontrées dans le cadre de son travail au Yémen, en Afghanistan, en Inde, au Népal ou encore en Éthiopie. Soucieux de faire campagne pour cette cause mondiale, le Canada a décidé de présenter l’exposition réalisée par la photographe et son équipe dans une dizaine de pays, dont le Liban.

Hier, au campus des sciences sociales de l’Université Saint-Joseph, une table ronde était organisée pour traiter du sujet afin d’inaugurer l’exposition, réalisée au moyen d’un partenariat entre l’ambassade du Canada, l’Institut des sciences politiques de l’USJ et L’Orient-Le Jour. L’exposition Sinclair ne présentant pas spécifiquement le mariage précoce au Liban, c’est notre collègue Anne-Marie el-Hage, ayant mené l’enquête sur le terrain à ce sujet depuis plusieurs années, qui a complété la collection de clichés par des photos prises lors de ses reportages.

Sur les photos exposées dans le hall de l’amphithéâtre Gulbenkian, l’on peut voir Ghulam (11 ans) en compagnie de son époux Faiz (40 ans), peu de temps avant leur mariage en Afghanistan. La fiancée qui voulait devenir enseignante est triste ; elle a été retirée de l’école quelques jours plus tôt. Sarita, elle, pleure avant son départ à la demeure de son nouveau mari. Elle n’a que 15 ans. Le visage de Bibi Aïcha, pour sa part, témoigne des agressions qu’elle a dû subir depuis son mariage conclu pour expier le crime d’un membre de sa famille. Elle a les oreilles et le nez coupés. Sous la photo d’une autre fillette, cette légende qui en dit long : « J’ai été élevée par mon mari, je ne me souviens même plus quand je lui ai été offerte… »

(Lire aussi : 700 millions de femmes mariées de force, l’Unicef appelle à agir)
« Ces photos me touchent énormément », a affirmé l’ambassadrice du Canada Hilary Childs-Adams au lancement de la table ronde, après un mot d’accueil de la directrice de l’Institut des sciences politiques Carole Charabaty. « Depuis deux ans, heureusement, le mouvement pour lutter contre le mariage précoce prend plus d’ampleur. Ce phénomène détruit la vie des filles par le biais de grossesses non désirées, de maladies sexuelles, d’agressions, sans oublier qu’il met un terme à l’éducation et favorise la pauvreté », a ajouté la diplomate.

Un panel exclusivement féminin
Pour sa part, Anne-Marie el-Hage a tenté d’aborder le sujet d’un point de vue libanais en reprenant le récit de ses reportages au Akkar et dans d’autres régions. « Tout a commencé en 2010, alors que je menais une enquête sur l’analphabétisme au Akkar, a raconté la journaliste. Un père de famille m’a alors confié qu’il retirait sa fille de 12 ans de l’école pour la marier. Pendant plus de 4 ans, j’ai tenté d’en savoir plus, mais les habitants refusaient d’en parler. Ce n’est que cet été que j’ai pu me frayer un chemin vers des mineures qui ont eu à subir un mariage précoce. Ce genre de mariage est fréquent dans le Akkar, au Hermel, dans la Békaa et au Liban-Sud. Un peu partout à l’exception de la capitale. Et ce problème devient de plus en plus fréquent avec l’afflux des réfugiés syriens. Dans leurs camps, ces derniers concluent de nombreux mariages précoces. »

(Lire aussi : Les jeunes réfugiées syriennes, de plus en plus victimes de mariages précoces en Jordanie)
Ainsi, notre collègue a rapporté les histoires du village chiite de Siddiqine, sur les hauteurs de Tyr, et de Faour, un village sunnite de bédouins. Il y a d’abord celle de Ghadir (16 ans) qui a choisi d’épouser celui qu’elle aime, Mohammad (25 ans), peut-être par pauvreté « ou parce que c’est la norme ». Celle aussi de Nisrine, mariée à 15 ans par ses parents à un homme riche, le premier qui a demandé sa main. Étant aujourd’hui malheureuse, sa mère regrette de l’avoir mariée. Ou encore celle de Nadam, mariée à 14 ans pour expier un crime de famille ; de Kaoukab, qui a marié sa fille à 13 ans, mais aussi les histoires des réfugiées syriennes, le mariage précoce étant déjà assez répandu en Syrie.
« Un réfugié syrien a attendu que sa fille ait ses règles pour la donner en mariage. La petite croyait que le mariage se limitait juste aux festivités. La nuit de ses noces, elle s’est cachée dans l’armoire quand son mari a tenté de l’approcher, avant que sa belle-sœur ne la force dans les jours suivants à se soumettre », a raconté Anne-Marie el-Hage.
Leila Awada, avocate et activiste au sein de l’ONG Kafa, a assuré que ces fillettes sont souvent celles qui viennent 20 ans plus tard solliciter le soutien de l’association. « On se demande alors pourquoi elles sont restées avec leur mari tout ce temps. Pourquoi elles ont eu plusieurs enfants alors que leur homme les battait. Que voulez-vous qu’elles fassent si elles n’avaient que 14 ans ? » s’est interrogée l’avocate qui a qualifié cette situation de « prostitution légale » et qui a dénoncé l’absence de toute influence des autorités sur les tribunaux religieux au Liban, et le fait que certains cheikhs acceptent de marier de jeunes couples souvent mineurs sans l’accord de leurs parents. Des mariages souvent non reconnus qui finissent par mettre en danger la fille épousée.

Le Dr Fadia Kiwan, ancienne directrice de l’Institut des sciences politiques qui modérait le débat, a profité de l’intervention pour souligner l’importance de sensibiliser les jeunes à l’éducation sexuelle de manière saine et dénoncer certaines pratiques comme l’excision. « Le mariage précoce est un thème qui a refait surface dans nos sociétés arabes quand on a surtout vu des files d’attente d’hommes devant les mosquées attendant de marier leurs filles car ils ne pouvaient plus les nourrir », a-t-elle noté.

(Pour mémoire : Nada, 11 ans : « Plutôt mourir que d’être mariée de force »)

À chaque communauté ses lois
De son côté, Me Leila Azouri, présidente au sein de la Commission nationale pour les droits de la femme, a noté que dans 11 pays arabes, plus de 55 pour cent des pratiques jurisprudentielles encourageantes concernant la femme étaient en rapport avec les statuts civils. « Deux seulement concernent malheureusement le mariage précoce : une décision en Égypte de ne pas documenter les mariages de mineures et le cas de la Yéménite mariée à huit ans qui a demandé le divorce. Dans de nombreux pays arabes, les lois fixent un âge minimum pour les mariages qui varie d’un pays à l’autre, mais des exceptions sont toujours acceptées. Au Liban, chaque communauté a ses lois. La commission nationale étant consciente de la difficulté d’avaliser une loi unifiée à ce propos, nous préparons un projet qui stipule que tout mariage incluant une mineure doit obtenir le permis du juge des mineurs », a-t-elle relevé.

Enfin, le Dr Hala Itani, professeure à l’institut, a exposé les facteurs qui favorisent les mariages précoces, notamment la pauvreté, la vie rurale. « En Occident, avec l’urbanisation, nous avons même vu une diminution des mariages normaux », a-t-elle déclaré, énumérant les solutions pour lutter contre ce phénomène (notamment l’éducation) et ses conséquences. « Ces mariages augmentent la durée de fertilité d’une femme, surtout que les hommes qui épousent des mineures ont moins de contrôle sur la fréquence de leurs relations sexuelles. Cela favorise la pauvreté et consacre ainsi un cercle vicieux, a-t-elle affirmé. Sans oublier le viol, la prostitution et le fait qu’une femme qui se marie avant 15 ans a 60 fois plus de risques de faire une fausse couche ou d’accoucher d’un enfant malade qu’une femme qui se marie après 20 ans. »

Images are horrible

Mothers of soldiers screaming

Sisters and wifes crying

Yesterday news on lebanese tv was horrible

 

May the soul of all lebanese soldiers rest in peace.

About us, are we staying in that country?

Will our inactive institutions be able to protect us legally and physically?

The problem is not confessionnal the problem is the need to protect Humanity in Lebanon.  Humanity against horror against extremism against ISIS.

I need the parliament to be changed immediately: elections must be done now! Security reasons are obsolete! We need to elect those that will represent us. Even though in this context I’m afraid of the rise of stupid extremism, acabiyyas and sectarianism.

I not an emigration project!  I am going to struggle in this country for it to be the melting pot of all confessions I ve always dreamt about.

I m not an emigration project : I want to contribute struggling against arms in the street in the regions aagainst violence and struggle for the rule of law to win .

Yesterday tv news show and seeing all those people cry and scream … why?? We have not struggled enough for the legal institutions to rule.

We have to.

Rita

J'ai entoure en rouge les confessions, mais ce decoupage electoral confessionnel est flagrant!!

J’ai entoure en rouge les confessions, mais ce decoupage electoral confessionnel est flagrant!!

Vous allez me dire, mais rita c’est normal nous vivons dans un pays confessionnel, ou la politique est histoire de confessions et de partage de pouvoir entre eux,

mais quand je suis entree sur le site du ministere de l’interieur pour checker qui sont les candidats et candidates,

la premiere chose qui saute a l’oeil est la confession:

l’image ci dessous est flagrante!!!

voila le lien pour connaitres les candidats aux elections legislatives libanaises de 2014….

en esperant que les elections aient lieu!!!!

514 candidats dont 35 femmes, bon tout ce que j’espere est que les elections aient lieu nous Avons OBLIGATOIREMENT besoin d’un “peu” d’Alternance.

un peu car beaucoup sont les femmes, fils et cousins et freres des actuels ministres, deputes ou ex-deputes!

Rita Chemaly

Do you know at what age it is okay for your to marry legally in Lebanon??

some confessions (sects) give for a girl at the age of 9 a special Licence to get married (check the catholics laws) !!! others the age of 14!!! (evangelical sects or confession)

for the Shiite confession a girl can get married at 9 too with the approval of the Sheikh!

as for boys the confessions give the boys the legal age of 16 for the catholics and 13 with a licence for the Israelite in Lebanon.

for all those who are interested in the legal age of getting married in Lebanon,

here is a snapshot taken from the official Lebanese CEDAW report of 2006 that was presented to the UN.

rita chemaly legal age of marriage in Lebanon between confessions

Rita Chemaly

Author and researcher in Political Sciences

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 4,004 other followers

%d bloggers like this: