Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘NCLW’

J’ai eu la chance de participer a une formation intensive, de plusieurs semaines, au debut à distance, puis en face a face, sur l’audit participatif du genre au ITC ILO a Geneve. Cela Grace , a la Commission Nationale pour La femme Libanaise (NCLW: Chequez notre site http://www.nclw.org.lb )

Qu’est ce que l’Audit du genre et a quoi sert il?

Deja l’audit est Participatif. On ne peut pas faire d’audit sans la cooperation de l’instance/ organisation / Institution / Companie auditee.

aussi, l’audit est une methode de recherche, j’en parle souvent dans mon cours de sociologie politique. Suite a la methode quantitative et qualitative on peut parler aussi de l’audit participatif, lie au genre, on essaye tout simplement de voir si dans diverses composantes de chaque instance, les droits , l’egalite et le genre sont respectes. Nous utilisons pour cela, tout comme dans les sciences sociales, si cheres a Durkheim , diverses sources pour les informations de l’audit.

on commence par une recherche litteraire ( en collectant via l’instance auditee, leur strategie, leur directives, des copies des mails addresses, les Termes de reference, leurs publications, leur organigram, leur circulaire et quelques decisions administratives, leurs agendas, et une panoplie de leurs programmes de formation. etc)

Plusieurs entretiens personnels peuvent aussi etre mis en place, avec des membres du personnel, des membres de l’administration, des experts techniques, meme avec l’equipe d’entretien ou bien avec les partenaires et les beneficiaires de l’instance auditee.

Les entretiens par groupe, les celebres focus groups , avec les equipes d’un meme programme, ou d’une meme branche.

Un Questionnaire peut etre aussi developpe, il aide a la comprehension des perceptions autour des questions du genre dans l’instance auditee (Banque, ministere, parti politique, universite, ONG, INGO, Donor….)

Suite a cela, plusieurs ateliers peuvent etre organises, ateliers interactifs ou les auditrices et auditeurs s’assurent des informations recues par les autres moyens, et des observations faites jusqu’a present.

Des Recommendations sont developpees, et generalement autour de 5 composantes de l’audit genre. (un autre billet a suivre autour du sujet)

La formation a l’ILO est interessante, elle permet de rencontrer sur un beau campus,  ou les ecureuils vivent dans les arbres et n’hesitent pas a se rapprocher de nous aux pauses cafes, des personnes differentes.

les “late night” discussions sont un plus, on “gazouille” en differentes langues et autour de sujets tellement diversifies!

a vous quelques photos du campus ….

a Suivre d’autres billets sur le sujet

Rita Chemaly

 

20181022_09031720181023_13035720181023_13063320181023_17532920181024_18285120181025_114410img-20181024-wa0013

Read Full Post »

A short term  vacancy , there is an Opening for NON-KEY EXPERTS On Gender Observatory, who will have to work from Beirut Lebanon/NCLW office under the project : “GENDER EQUITY AND EMPOWERMENT OF WOMEN IN LEBANON” that is funded by the EU here is the link to the TOR http://nclw.org.lb/NewsList/76 in case you want to apply please Email: maggy.grabundzija@geewl.eu (Team Leader ) and (Project Manager: Diana Casallas :  casallas@eurecna.it

Good Luck to all candidates!!

PS: I don’t accept any phone calls or emails for this. Kindly do directly email team leader:  maggy.grabundzija@geewl.eu (Team Leader ) and (Project Manager: Diana Casallas :  casallas@eurecna.it;

I think it is june and july 2016  and not april and may as stated in the TOR below, but when you mail them you can inquire further

 

best

Rita Chemaly

Terms of Reference for non-key experts assignment

 

Project: “GENDER EQUITY AND EMPOWERMENT OF WOMEN IN LEBANON”
Expert: To Be Selected
Period: June – July 2016
Location: Beirut, Lebanon (NCLW offices in Hazmeih)
Position: Senior Non Key Expert on Gender Observatories
Man/days: 20 working days
Team and Reporting Lines Email
Project Director: Mario Costariol costariol@eurecna.it
Team Leader: Maggy Grabundzija maggy.grabundzija@geewl.eu
Project Manager: Diana Casallas casallas@eurecna.it
EU Task Manager: Roula Abbas
background
The EU funded project on gender equity and empowerment of women in Lebanon aims to improve mainstreaming of the gender dimension at policy and sector levels in Lebanon by strengthening the National Commission of Lebanese Women’s internal governance towards effective fulfilment of its mandate, to create effective coordination and networking mechanisms with State and non-State actions and to improve media outreach and advocacy.

The objective of the mission is to assess the possibility of establishing a Lebanese Gender Observatory at NCLW. The Observatory should ideally measure and identify gender inequalities and their trends in the fields of economic, political participation and violence against women and other gender issues.  It will provide policy makers and researchers with this information as well as with gender indicators which will help them in policy making and in undertaking research and different studies.

 

Contents of the Assignment  
Project Work Plan – Component II: Create effective coordination and networking mechanisms with state and non-state actors

Activity 2.1.3. Develop a feasibility study on setting up a Lebanese Gender Observatory at NCLW

The observatory should ideally measure, identify and assess inequalities and their evolution, and working to make them visible so that they can influence policy makers and legislators.  The observatory shall collect and analyse relevant information about gender inequalities such as draft laws submitted to Parliament, reports to legislative bodies and those required for reporting on international conventions and relevant research conducted by research institutions, universities, international organizations and NGOs.

A non-key expert who has experience in setting-up such observatories or has worked in one will be providing a feasibility study including mission, structure, role, staffing, inputs and outputs of the Observatory

 

Scope of the Work
 

The appointed expert will be required to undertake the following tasks:

1.        Carry out the mission following a  work plan that has to be discussed and approved by the team leader and NCLW

2.        Carry out a mapping of existing  gender observatory(ies) in Lebanon and draw lessons learned from their experience

3.        Based on the findings of the mapping, propose priority(ies) on gender related issue that can be covered by  the gender observatory

4.        Identify  the basic  requirements (possible structure ,human resources, funds, cooperation of other partners, sustainability…etc.) needed to set up a gender observatory at NCLW

5.        Share a minimum of two examples of good sustainable practices of gender observatories established in other countries of similar context and provide analysis on factors of the success and the lessons learned from the experiences.

6.        Deliver a presentation to NCLW and TL with the findings of his/her mission with regard to the feasibility/possibility/convenience of  establishment of gender observatory

 

Methodology
 

The Expert will apply the following methodology:

1.        Desk review of gender related documents, legislations, gender indicators available at NCLW and  in Lebanon

2.        Interviews with various relevant stakeholders in Lebanon i.e. staff of NCLW, Non-Government Organisations (NGOs), UNESCWA, the Central administration for statistics (CAS), gender experts, universities, etc.

3.        Developing a feasibility study regarding the establishment of a Lebanese Gender Observatory at NCLW which can provide policy makers and researchers with data and indicators on any gender inequalities in the fields of political, economic participation and violence against women and all gender issues related to CEDAW and Beijing Platform of Action.

 

Outputs Requested  
1.        A  detailed work plan of the mission to be approved by Team Leader

2.        A feasibility study on requirements with regards to data, structure, indicators, human resources, funds necessary, sustainability to establish a gender observatory at NCLW. The study will include a mapping of similar gender observatory in Lebanon. The study will also provide an analysis of 2 good sustainable practices of gender observatories which will help in setting up a gender observatory at NCLW

3.        A Power point presentation on findings of the study to Project Team

4.        Final Mission report

Timeline  
The assignment is expected to take place in April – May (20 working days) as per the below timeline:
Action Days
1.        Review the data available in Lebanon on gender related issues needed to establish the gender observatory, identify previous experiences of gender observatory and conduct interviews with implementers (8 days) 8 days: 1,2,3,4,5, 6, 7,8
2.        A feasibility study on gender observatory at NCLW (the study will have two parts: Part I, the availability of external resources (data, statistics, indicators, studies…etc.) and rationale the choice of the gender observatory fields of interventions. The study will also include mapping of similar gender observatories in Lebanon and model examples of other gender observatories that can be made use of , Part II, the extent of availability of internal resources required for establishing the observatory (i.e. structure, human resources, financial resources, management resources…etc.) (11 days) 9 days:, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16,17,18,19
3.        Mission report and presentation (1 day) 1 day: 20
Qualifications and Skills requested for the position

1.        Minimum M.A. in gender and development, development studies, or other related social science

2.         Excellent knowledge of spoken and written English

3.         Knowledge of Arabic and/or French language is an asset

General experience

1.        Minimum of 10 years work experience in gender and development related field.

2.        Minimum of 5 years of  experience in undertaking research in the field of gender and development

3.        Minimum of3 years of experience in developing feasibility studies in gender related fields

Specific experience

1.        Minimum five years work experience on gender related issues   in an ENPI country.

2.        Minimum two years previous experience on how to use data and research in influencing policies

3.        A minimum of one experience in research/studies or work related to establishment of a gender observatory

(more…)

Read Full Post »

Depuis hier, certains representants et representantes de mon pays, le Liban, sont a Geneve. Certains en delegation officielle, d’autres representantes d’ONG . Le but discuter du rapport sur les droits de  l’homme UPR, et discuter de la situation de la discrimination à l’égard des femmes devant le comite de suivi de la CEDAW.

Il faut dire que le rapport presente par le Liban pour la Cedaw est exhaustif. pour tous ceux et celles qui ne l’ont pas lu voila le lien en Francais. http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=CEDAW/C/LBN/4-5

Rita Chemaly

Ci dessous l’article pris de l’OHCHR :

Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes : audition d’ONG sur le Liban, les Émirats arabes unis et le Malawi 2 novembre 2015 Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes a entendu, cet après-midi, des représentants d’organisations non gouvernementales et d’une institution nationale des droits de l’homme au sujet de la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes dans femmes dans trois des quatre pays dont les rapports seront examinés cette semaine, à savoir le Liban, les Émirats arabes unis et le Malawi. Le Comité examinera, le 4 novembre, le rapport de l’Ouzbékistan, mais aucun représentant de la société civile n’est intervenu sur la situation dans ce pays.S’agissant du Liban, dont le rapport sera examiné demain, l’attention a notamment été attirée sur les problèmes de violence familiale contre les femmes, de traite de femmes et sur la situation des travailleuses domestiques migrantes. Les organisations ont dénoncé la loi sur le statut personnel: le mariage, le divorce, la garde des enfants et l’héritage sont toujours soumis aux différentes lois des 18 confessions et sectes du pays, constituant autant de discriminations flagrantes fondées sur le sexe.En ce qui concerne les Émirats arabes unis, dont le rapport sera examiné jeudi prochain, 5 novembre, ont notamment été dénoncées les discriminations et souffrances quotidiennes endurées par les femmes engagées en faveur des droits de l’homme et des femmes proches de défenseurs des droits de l’homme. Il a en outre été recommandé que soit réformé le système de la kafala afin de permettre aux travailleuses domestiques de changer d’emploi sans l’autorisation de leur employeur et sans perdre leur statut d’immigrant. Pour ce qui est du Malawi, dont le rapport sera examiné vendredi prochain, 6 novembre, ont notamment été évoqués les problèmes d’accès des femmes à la justice et de représentation des femmes dans la vie politique et publique. Il a en outre été déploré que le domicile des femmes mariées dépende toujours du mari. Les intervenants ont également déploré le peu d’engagement du Gouvernement à aborder concrètement la question de la violence fondée sur le sexe dans les écoles, ainsi que le manque d’accès à la terre pour les femmes rurales.Des échanges entre les membres du Comité et les représentants de la société civile ont suivi ces présentations. Demain matin, à 10 heures, le Comité entamera l’examen du rapport du Liban (CEDAW/C/LBN/4-5) Audition des organisations non gouvernementales S’agissant du Liban Le Comité non gouvernemental du suivi des questions féminines a attiré l’attention sur la loi relative au statut personnel, déplorant le maintien de la réserve que le Liban a émise à l’égard de l’article 16 de la Convention, alors que le mariage, le divorce, la garde des enfants et l’héritage sont toujours soumis dans ce pays aux lois des 18 différentes confessions et sectes qui y existent, constituant autant de discriminations flagrantes fondées sur le sexe. L’ONG a en outre souligné que la loi relative à la nationalité restait discriminatoire à l’égard des femmes auxquelles elle ne permet pas de transmettre la nationalité libanaise à leurs enfants et époux. L’ONG a également dénoncé la faible participation des femmes dans la vie politique libanaise. KAFA (assez) Violence et Exploitation a attiré l’attention sur les problèmes de violence familiale contre les femmes et de traite de femmes. L’ONG a notamment déploré que la loi 293 sur la violence familiale adoptée en 2014 pâtit d’un manque de perspective sexospécifique puisqu’elle couvre tous les membres de la famille, y compris les hommes. Au lieu d’incriminer le viol marital, en réponse aux pressions exercées par les groupes religieux, cette loi se contente d’incriminer le recours à la violence ou à la menace pour obtenir de prétendus «droits maritaux». Quant à la traite de femmes, l’ONG a déploré que les trafiquants ne soient pas poursuivis en justice pour rendre des comptes.Avenir Liban a insisté sur la nécessité pour le Liban de créer un ministère chargé des affaires féminines, d’abroger les lois discriminatoires – notamment pour ce qui est de l’article 522 du code pénal qui permet à un violeur d’être acquitté pour son acte s’il épouse sa victime – et de promouvoir l’accès des femmes libanaises à la justice.Human Rights Watch a fait observer que le Liban comptait quelque 250 000 migrants travailleurs domestiques, presque tous des femmes. Dans le secteur du travail domestique, les plaintes sont nombreuses pour non-paiement de salaires, horaires de travail excessifs, privation de nourriture et autres violences psychologiques, physiques et sexuelles. En vertu du système de la kafala, a ajouté l’ONG, les travailleurs migrants domestiques ne peuvent quitter leur employeur ou en changer sans l’autorisation de leur employeur initial.Une experte du Comité a demandé des renseignements sur la mise en œuvre au Liban de la résolution 1325 du Conseil de sécurité (femmes, paix et sécurité) au regard du nombre de réfugiés se trouvant actuellement sur le territoire libanais. Quel espoir les ONG fondent-elles sur l’acceptation d’un mariage civil, a en outre demandé l’experte? Une autre experte a souhaité en savoir davantage au sujet de l’accès des femmes à la justice. Les femmes ont-elles accès à la propriété foncière au Liban, a-t-il en outre été demandé ?Une organisation non gouvernementale a souligné que jusqu’à présent, aucune mesure n’avait été prise afin de tenir compte de la résolution 1325 du Conseil de sécurité. Une autre ONG a par ailleurs indiqué qu’aucune loi ou règle n’empêchait les femmes d’avoir accès à la propriété foncière, sauf pour les femmes musulmanes qui ne peuvent pas hériter à parts égales avec les hommes et sauf le machisme qui peut amener les femmes à refuser d’hériter au profit de leurs frères.S’agissant des Émirats arabes unisInternational Centre for Justice and Human Rights a attiré l’attention sur les souffrances endurées par les femmes engagées en faveur des droits de l’homme et des femmes proches de défenseurs des droits de l’homme, qui, aux Émirats arabes unis, sont confrontées au quotidien à la discrimination. Aussi, le Comité devrait-il demander au pays de cesser l’oppression exercée contre ces femmes.Human Rights Watch a déclaré que les Émirats arabes unis n’avaient pas protégé de manière adéquate les travailleuses domestiques migrantes contre les abus de leurs employeurs et des agents qui les recrutent. Ces femmes seraient au moins 146 000 aux Émirats arabes unis, a précisé l’ONG. Le Comité devrait notamment demander au pays de réformer le système de la kafala afin de permettre aux travailleuses domestiques de changer d’emploi sans l’autorisation de leur employeur et sans perdre leur statut d’immigré. Musawah – représenté par International Women’s Rights Action Watch Asia Pacific (IWRAW-AP) a déploré que les Émirats arabes unis justifient les réserves qu’ils maintiennent à l’égard des articles 2, 15 et 16 de la Convention en affirmant que leur contenu violait les préceptes de la charia islamique que le pays considérait comme «immuables». Or, il existe dans la théorie juridique musulmane des outils et concepts juridiques qui peuvent être utilisés pour réformer les lois musulmanes discriminatoires, a souligné l’ONG, précisant notamment que l’essentiel de ce que les Émirats arabes unis considèrent aujourd’hui comme étant la «loi islamique» est en fait constitué par la jurisprudence (fiqh), c’est-à-dire la compréhension humaine de ce qu’est la charia.S’agissant du MalawiWomen’s Legal Resources Centre a fait observer que 28 ans après la ratification de la Convention, les femmes du Malawi ne pouvaient toujours pas invoquer cet instrument devant les tribunaux parce que le Malawi, qui est un État dualiste, n’avait toujours pas transposé les dispositions de la Convention en droit interne. L’ONG a par ailleurs attiré l’attention sur les problèmes qui se posent au Malawi en termes, notamment, d’accès des femmes à la justice et de représentation des femmes dans la vie politique et publique. L’ONG a également déploré que le domicile des femmes mariées dépende toujours du mari. L’organisation a également déploré le peu d’engagement du Gouvernement à aborder concrètement la question de la violence fondée sur le sexe dans les écoles.NGO Gender Coordination Network a dénoncé la faible représentation des femmes dans la vie politique et publique du Malawi. L’ONG a par ailleurs déploré que selon la loi traditionnelle, le domicile de la femme dépende de l’homme, ce qui ne manque pas d’avoir des répercussions posant problème en matière d’héritage. Enfin, en cas de viol dans une institution scolaire, les violeurs sont simplement transférés vers d’autres écoles, a déploré l’ONG.Catholic Commission for Justice and Peace a notamment fait observer que les femmes rurales au Malawi n’avaient pas accès à la terre. Un programme de sécurité sociale n’a été mis en place par le Gouvernement que dans 16 districts sur 28 concernés, et encore ce programme n’est-il financé que grâce à l’aide extérieure, ce qui n’est pas viable. La Commission des droits de l’homme du Malawi a reconnu que le Malawi avait fait des efforts pour renforcer le cadre juridique et politique en faveur des droits des femmes. Elle a toutefois déploré que le pays n’ait toujours pas ratifié le Protocole facultatif se rapportant à la Convention; que la Constitution et la loi sur l’égalité entre les sexes n’aient pas adopté la définition de la discrimination fournie dans la Convention; et que le pays n’ait toujours pas révisé la loi sur la nationalité en vue d’en abroger les dispositions discriminatoires, en particulier celle qui prévoit la perte de nationalité pour les femmes qui se marient avec un étranger, ce qui n’est pas le cas pour les hommes qui se marient avec une étrangère. La disponibilité et l’accès à des services de soins de santé acceptables reste un défi majeur pour les femmes du Malawi, a ajouté la Commission des droits de l’homme.Une experte du Comité a souhaité savoir où en était le projet de loi sur la santé génésique qui devait être adopté dans le cadre de la réforme de la loi de 1948 sur la santé publique. L’avortement est-il légal au Malawi et quelles sont les dispositions à cet égard?Une organisation non gouvernementale a déclaré que la plupart des femmes avaient accès au système de justice informelle. Mais le Malawi examine actuellement la loi afin d’améliorer la situation à cet égard. __________ – See more at: http://www.ohchr.org/fr/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=16699&LangID=F#sthash.DlCaHAs3.9o9x1XZF.dpuf

Source:

http://www.ohchr.org/fr/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=16699&LangID=F

Read Full Post »

Finally a big compilation work was done and published and released!! All legislation related to women ( prepared, drafted, amended ) was compiled and categorised and published in one document.

Finally constituents can now ask their Member of Parliament of the status of each legislation that has not been studied neither voted!

Finally we Lebanese citizens can now know Which Member of Parliament has presented which law, draft law or project law.

the big data collection was undertaken by the NCLW and published in 2013. the compilation is available online for download at the E-portal Publication center http://e-portal.nclw.org.lb/getattachment/bfc56361-71c6-47b8-abf6-f342a330bc58/legal-study-final-PDF.pdf.aspx

For the researchers and activists and other interested in the topics here is a snapshot of the table of content :

For the others here is the pdf file you can download from here to : Legislation law draft law proposal related to women rights in Lebanon 2000 2013

 rita chemaly

Image

Image

Read Full Post »

%d bloggers like this: