Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘mariage homosexuel’

One of the most Horrible action against #human rights and human #dignity without talking about the freedom of choice,

the story as it has been prepared by NOW, is below for your information,

in both english and arabic.

rita

 

“I was standing outside the nightclub with my friends when I was ordered by [municipality] police to get into the car, with no legal order” one of the transgender revelers harassed Saturday night at Dekwaneh club Ghost told NOW, on condition of anonymity. She said she was taken into a room where she was abused both verbally and sexually by municipality head Antoine Chakhtoura’s deputies.

“They hit me and pushed me around and insulted me by using derogatory terms like ‘faggot’ and ‘half-a-man,’ then they asked demeaning questions such as how much do I make per hour and whether I enjoy ‘sucking on it,’ then asked me to strip naked and then took photographs of me.”

Lebanese activists and experts believe Chakhtoura’s actions have set a dangerous precedent whereby the Lebanese official can apply his own conception of justice as Lebanese law.

Among those who were arrested late night Saturday were three gay men and a transgender person. Each were forced to undress in front of Chakhtoura’s policemen, under his order, so they could determine their gender.

Following Saturday’s events, in an interview with the Lebanese television station LBC, Chakhtoura admitted that the detained were undressed, saying “Of course we made them take off their clothes, we saw a scandalous situation and we had to know what these people were. Is it a woman or a man? It turned out to be a half-woman and half-man and I do not accept this in my Dekwaneh.”

In an interview with NOW, Chakhtoura defended his actions saying “It is not my business what gender they decide to be, but they were violating moral codes of conduct and were taking drugs and it is my duty to put an end to it.”

However, the transgender person emphasized that she had no drugs in her possession and has asked the forces to give her a blood test to check for the viability of the accusations. Her requests have gone unanswered.

As for the sealing of the night club, Chakhtoura stressed to NOW that he believes it endorses sexual activities inside and outside its premises, and promoted the trafficking of drugs and “drunken” behavior. He also claims that his actions are justified by Article 74 in the municipal law code.

Ghost nightclub’s management has condemned the municipality’s accusation, stressing to NOW that the accusations against them are false and that the raid had no prior warning.

The manager, who also preferred to remain anonymous, explained that Chakhtoura came to the location and accused him of drug trafficking and prostitution, and when he was given the freedom to look into his accusations Chakhtoura replied “No, I don’t want to check, I want this place to be shut down.”

“I refused to close down,” then he walked out saying “but you have gay men in here.” Soon after, twelve of Chakhtoura’s policemen entered the nightclub, bullied customers out, and turned the music off. As of Monday afternoon, Ghost nightclub was sealed by order of the municipality, a note visible on its door with the names of the 4 persons who had been detained.

Lawyer and human rights activist Nizar Saghieh explained that the head of the municipality, in his actions, surpassed the relevant legal institutions and should thus be held legally accountable.

“By law, he is only allowed to gather the information needed and file a complaint to the public prosecution office. He has no right to take the decision on his own. His raid is illegal,” stressed Saghieh.

Until now, the club’s management has not filed a law suit against Chakhtoura and is waiting for the prosecution office to issue its own order, because they strongly believe Chakhtoura’s case is personal.

“Clearly, he has personal issues with homosexual men because this is not the first time these harassments take place, his men have been detaining passersby for over 6 months now,” the manager added.

Charbel Maydaa, the director of Helem, an NGO whose mission is to defend gay rights, confirmed the above allegations and explained that the organization has been monitoring the nightclub since they learned of the recurrent harassment and abuse of gay men and transgender people. Maydaa told NOW that customers near the nightclub are frequently exposed to abuse because of their appearance, and that victims were taken to the police municipality in the trunks of police cars.

Saghieh added that the municipal police’s detainment of customers is also illegal and should be looked into urgently because it is a clear violation of the constitution.

“They have no right to question subjects in any case; it is the judicial police jurisdiction and that is, if there was a crime at hand, but there isn’t one, transsexuality is not a crime, there is no legal finding to support it anywhere.”

Saghieh emphasized that if the subjects decide not to pursue a case, then it is  the lebanese civil society’s duty to address the issue as quickly as possible.

“This is a crime and Chakhtoura admitted to it publicly. Lebanese civil society should file a complaint against him at the public prosecution office.”

“This is very dangerous. He is forcing his own values, considering anything against them a crime, then punishing the wrong-doers. This should not be accepted,” said Saghieh.

SOURCE https://now.mmedia.me/lb/en/reportsfeatures/transgender-club-victim-speaks-out

هذا ما حصل في ملهى المتحولين جنسياً في الدكوانة

رئيس بلدية يعتقل ويضايق مثليين ومتحوّلين جنسياً

(أ.ف.ب.)

“كنتُ أقف خارج الملهى الليلي مع أصدقائي عندما أمرتني شرطة البلدية بالدخول الى السيارة، دون أي مذكّرة قانونية” قالت لـ NOW واحدة من المشاركين في الحفلة الصاخبة الذين تعرضوا لمضايقات ليلة السبت الماضية في ملهى Ghost في الدكوانة، شرط عدم ذكر اسمها. قالت إنّها أدخلت الى غرفة حيث تعرّضت لأذى شفهي وجنسي من قبل مندوبي رئيس البلدية أنطوان شختورة.

“ضربوني وعاملوني بقسوة وأهانوني مستخدمين تعابير بذيئة مثل “مخنّث” و”نصف رجل”، ومن ثم طرحوا عليّ أسئلة مهينة مثل كم هو أجري في الساعة وإذا ما كنتُ أستمتع بالأمر، ومن ثم طلبوا مني ان أخلع ثيابي والتقطوا لي صوراً”.

يعتقد الناشطون والخبراء اللبنانيون أنّ أعمال شختورة تفرض سابقة خطيرة حيث يمكن لمسؤول لبناني أن يطبّق مفهومه الخاص للعدالة على اعتبار أنّه قانون لبناني.

من بين أولئك الذين تمّ اعتقالهم ليل السبت الماضي كان ثلاثة مثليين وشخص متحوّل جنسياً. وكل واحد منهم أجبر على خلع ثيابه أمام رجال شرطة شختورة، بأمر منه، بحيث يتمكنون من تحديد هويتهم الجنسية.

بعد أحداث ليلة السبت، وفي مقابلة له مع محطة التلفزيون اللبنانية LBC، اعترف شختورة بأنّهم جعلوا المعتقلين يخلعون ثيابهم، قائلاً “بالطبع جعلناهم يخلعون ثيابهم،عندما رأينا وضعاً فاضحاً وكان علينا أن نعرف ما هم هؤلاء الأشخاص. رجال أو نساء؟ وبدا أنّهم أنصاف رجال وأنصاف نساء وأنا لا أقبل بمثل ذلك في الدكوانة التي أنتمي إليها”.

وفي مقابلة له مع NOW، دافع شختورة عن أفعاله قائلاً “ليس شأني أية هوية جنسية يريدون لأنفسهم، ولكنّهم كانوا ينتهكون قوانين السلوك الأخلاقية وكانوا يتعاطون المخدرات ومن واجبي وضع حد لذلك”.

غير أنّ المتحوّلة جنسياً أكّدت أنّه لم يكن بحوزتها مخدرات وطلبت من القوى [الأمنية] أن يُجرى لها فحص دم للتحقّق من صحة الاتهامات. ولم تتم الاستجابة لمطالبها.

وبالنسبة لختم الملهى الليلي بالشمع الأحمر، أكد شختورة أنّه يعتقد بأنّه يسمح بالنشاطات الجنسية داخل مبناه وخارجه، وأنّه يروّج لتجارة المخدرات ولسلوك السكيرين. وهو يزعم بأنّ أفعاله تبرّرها المادة 74 من قانون البلديات.

ومن جهتها أدانت إدارة ملهى “غوست” اتهام البلدية، مشدّدة لـ NOW على أنّ الاتهامات الموجهة لها باطلة وأنّ “الكبسة” على الملهي لم يسبقها أي تحذير.

وشرح مدير الملهى، الذي فضّل هو كذلك عدم الإفصاح عن هويته، أنّ شختورة جاء الى المكان واتهمه بتجارة المخدرات وبالدعارة، وعندما سُمح له بالتحقّق من صحة اتهاماته، أجاب شختورة “لا، لا أريد التحقّق، أريدُ إقفال هذا المكان”.

“رفضتُ الإقفال”، ومن ثم خرج قائلاً “ولكن لديكم مثليين هنا”. وبعد ذلك بقليل، دخل 12 من رجال شرطة شختورة الى الملهى، قاموا بالتنمير على الزبائن، وأطفأوا الموسيقى. ومنذ بعد ظهر يوم الإثنين الماضي، جرى إقفال ملهى غوست بالشمع الاحمر بأمر من البلدية، وتبدو ملاحظة عُلّقت على بابه بأسماء الأشخاص الأربعة الذين جرى اعتقالهم.

وفي هذا السياق، شرح المحامي والناشط في مجال حقوق الإنسان نزار صاغية أنّ رئيس البلدية تخطّى بهذه التصرّفات، المؤسسات القانونية المختصّة وبالتالي يجب أن يحاسب قانونياً على ذلك.

“كما ينص القانون، يُسمح له فقط بجمع المعلومات المطلوية ورفع شكوى الى مكتب المدعي العام. لا يحق له أن يتخّذ القرار بنفسه. إغارته على المكان غير قانونية” شدّد صاغية قائلاً.

حتى الآن، لم ترفع إدارة الملهى قضية على شختورة وهي بانتظار أن يُصدر مكتب الادعاء حكمه، لأنّهم يعتقدون اعتقاداً راسخاً بأنّ قضية شختورة قضية شخصية.

“من الواضح أنّ لديه مسائل شخصية حيال الرجال المثليين لأنّ هذه ليست المرة الأولى التي تحصل فيها هذه المضايقات، فمنذ أكثر من ستة أشهر يقوم رجاله باعتقال المارة”، أضاف المدير.

وبدوره أكّد شربل الميدع، المدير التنفيذي لجمعية “حلم” غير الحكومية التي تهتم بالدفاع عن حقوق المثليين، على الادعاءات السابقة وشرح أنّ الجمعية كانت تراقب الملهى الليلي منذ علموا بالمضايقات المتكرّرة وبالإساءة الى الرجال المثليين والأشخاص المتحولين جنسياً. وقال الميدع لـ NOW إنّ الزبائن قرب الملهى الليلي دائماً ما يتعرّضون للاعتداء بسبب مظهرهم، وأنّ ضحايا الأحد الماضي نُقلوا الى مقر شرطة البلدية في صناديق سيارات الشرطة.

وأضاف صاغية أنّ اعتقال الشرطة البلدية للزبائن هو أيضاً غير قانوني ويجب النظر فيه بأقصى سرعة لأنه مخالفة واضحة للدستور.

“ليس لديهم الحق باستجواب أي كان في أية قضية كانت؛ فهذا من اختصاص الشرطة القضائية، هذا في حال كانت هناك جريمة، ولكن لا توجد جريمة، التحوّل الجنسي ليس بجريمة، ليس هناك أي حيثية قانونية لدعمها في أي مكان”.

وشدّد صاغية على أنّه في حال قرّر المعنيون بالحادثة عدم رفع أي قضية، فمن واجب المجتمع المدني اللبناني معالجة المسألة بأسرع وقت ممكن.

“هذه جريمة وقد اعترف شختورة علناً باقترافها. على المجتمع المدني أن يرفع شكوى ضدّه لدى مكتب المدعي العام”.

“هذا أمر شديد الخطورة. إنّه يفرض قيمه الخاصة، معتبراً أي شيء يعارض هذه القيم جريمة، ومن ثمّ يعاقب الآثمين الذين ارتكبوها. لا يجب القبول بذلك”، قال صاغية

Source:

https://now.mmedia.me/lb/ar/nowspecialar/%D9%87%D8%B0%D8%A7-%D9%85%D8%A7-%D8%AD%D8%B5%D9%84-%D9%81%D9%8A-%D9%85%D9%84%D9%87%D9%89-%D8%A7%D9%84%D9%85%D8%AA%D8%AD%D9%88%D9%84%D9%8A%D9%86-%D8%AC%D9%86%D8%B3%D9%8A%D8%A7-%D9%81%D9%8A-%D8%A7%D9%84%D8%AF%D9%83%D9%88%D8%A7%D9%86%D8%A9

 

Read Full Post »

une bonne reponse sur la polemique concernant l’adoption par les familles homoparentales : 
Si on distinguait amour et sexe, je ne vois pas pourquoi la religion, l’État ou toute autre structure sociale condamnerait la famille homoparentale. Je ne vois pas pourquoi non plus on ne laisserait pas s’unir deux personnes qui s’aiment et qui sont du même sexe. En 1995, l’archevêque de Canterbury défendait les homosexuels en disant que deux personnes qui s’aiment sur terre, quel que soit leur sexe, « expérimentent ici-bas ce que sera leur jouissance céleste lorsqu’ils seront auprès de Dieu ».

voila une partie de l’article paru dans L’orient le jour au Liban sur le sujet, pour ceux qui sont interesses, je reprends l’article ci-dessous. encore plus l’identification vient selon le psychanaliste des fonctions de meres et peres, et non de leur sexualite.

bon a vous l’article

Rita Chemaly

Mariage gay : Chawki Azouri met les Français sur le divan

« Ce que craignent les gens de droite, c’est la contagion par l’homosexualité de leurs convictions maritales »

On ne saura jamais qui a vraiment fait quoi. Et dans quelles proportions. Une chose est sûre pourtant : l’UMP (flanquée presque honteuse du Front national) s’est jetée comme la misère sur le peuple sur les manifestations antimariage pour tous. Y voyant, intelligemment cela dit, un levier de pression particulièrement efficace, puisque détourné, contre François Hollande, son gouvernement et sa politique. Surtout que le vote de la loi Taubira coïncide (il n’y a pas de hasards…) avec l’engluement très Charybde et Scylla du locataire de l’Élysée dans cent et un scandales. Dans cent et une crises. Dans des sondages abyssaux, aussi…

En réalité, savoir à quel point les manifestants antimariage pour tous ont été instrumentalisés et leurs revendications politisées ne changerait rien à la donne. Ne changerait rien à un constat, une évidence assez inquiétants : rarement un sujet aura à ce point divisé un pays pourtant connu dans le monde entier pour son obsession des mots en té : liberté, égalité, fraternité, etc. Une division qui ressemble parfois à une véritable fracture : l’homophobie, ou du moins ses manifestations publiques, visibles, ont décuplé en France.

François Hollande doit être réellement soulagé de la fin de ce ramdam plus mélo turc que tragi-comédie shakespearienne et qui faisait se gausser beaucoup d’Européens, jamais avares quand il s’agit de critiquer les Français, de se moquer d’eux. Des 60 clauses de son contrat nuptial avec ses compatriotes, le président doit sans doute être fier du n° 31, qui lui aura permis de vivre à fond son quart d’heure mitterrandien. Sauf que ce même président serait fort embêté, au bout de son mandant, s’il ne réussissait que ce point-là. Et que tout le reste de ses promesses aille se fracasser contre les murs (de la conjoncture, de l’incompétence de tel ou telle, de la mauvaise volonté des citoyens, etc.)…

Il n’en reste pas moins qu’à cause de cette loi (ou grâce à cette loi, peut-être…), le clivage des Français a été recraché au grand jour. Dans toute sa crudité, son indignité et, souvent, son horreur.
Psychanalyste et psychiatre franco-libanais dont plus personne ou presque n’ignore la maestria chirurgicale à placer le bon mot (ou la bonne phrase) au bon endroit et au bon moment, Chawki Azouri connaît très bien la France. Et les Français. Il a répondu aux questions de L’Orient-Le Jour, succinctement mais avec une force d’impact météorique. La preuve par 9…

L’OLJ : Comment expliquer cette férocité, cette détermination des Français antimariage pour tous ? Cette opposition est différente de toutes celles que les pays européens qui ont légalisé le mariage gay ont connues, à commencer par l’Espagne, pourtant bien plus catholique que la France…
C.A. : Ce n’est pas le catholicisme qui est en jeu en France, mais paradoxalement l’esprit révolutionnaire. Non pas que ce sont les gens de gauche qui sont contre, au contraire : c’est la gauche qui a fait passer la loi ; mais plutôt un esprit révolutionnaire qui ne veut pas que les homosexuels, marginaux de fait, soient désireux de se ranger – le mariage étant par excellence un signe de normalité sociale. Ce que craignent les gens de droite, c’est la contagion par l’homosexualité de leurs convictions maritales.

Y a-t-il des relents de guerre civile (morale, psychologique, de valeurs…) ?
On peut comparer cela à une guerre civile, en témoigne l’empoignade des manifestations pour et anti. C’est une question de valeurs en premier, morale ensuite et enfin psychologique.
Certains se battent pour des questions de valeurs : ceux qui sont embrigadés dans l’idée que le mariage est un sacrement. D’autres se battent pour une question de morale : ceux qui par exemple condamnent l’homosexualité comme étant « contre nature ». Enfin ceux qui se battent pour des questions pseudo-psychologiques, soit ceux qui s’appuient par exemple sur l’identification : comment vont s’identifier le garçon et la fille s’ils ont deux parents du même sexe.
La réponse est simple. Dans un couple, c’est la fonction qui est déterminante pour les identifications, non pas l’anatomie. Par exemple, la fonction de mère n’est pas nécessairement à remplir par la femme, de même la fonction paternelle n’est pas nécessairement à remplir par l’homme.

En quoi le mariage gay serait-il une menace pour les hétérosexuels ? Y a-t-il de la peur ? Qu’est-ce qui justifie le retour tonitruant de paroles et surtout d’actes homophobes ? Y avait-il une homophobie d’État que cette loi a dynamitée ?
Il n’y a aucune différence quant aux valeurs entre l’hétérosexuel(le) et l’homosexuel(le). C’est une projection maladive de la part des hétérosexuels homophobes qui se vantent d’avoir des valeurs que l’homosexuel(le) n’aurait pas. L’homosexualité est présente en nous depuis le début de l’humanité sur le plan phylogénétique et sur le plan ontologique depuis la découverte de la différence des sexes. L’horreur de la différence des sexes est commune à tous vers l’âge de trois/quatre ans. Elle sera dépassée progressivement jusqu’à l’acceptation de la différence. C’est surtout l’absence de pénis chez la fille qui horrifie autant le petit garçon que la petite fille.
À partir de là, les enfants se rabattent sur leur propre sexe comme valeur narcissique. Ceux qui restent dans cette position auront tendance à choisir inconsciemment un partenaire du même sexe. Il n’y a aucune anormalité sur ce point, sauf chez ceux qui veulent combattre cela en étant homophobe. Leur homophobie est en fait une défense contre leur homosexualité inconsciente.
Quant à l’homophobie d’État, elle ressemble à toute discrimination que la société génère contre tout genre de marginalité. Oui, cette loi l’a dynamitée.

C’est « liberté, égalité, fraternité » vs mariage gay ?
Non, je dirais « liberté, égalité, fraternité » et mariage gay.

Quid de l’adoption ? Des familles homoparentales ?
Si on distinguait amour et sexe, je ne vois pas pourquoi la religion, l’État ou toute autre structure sociale condamnerait la famille homoparentale. Je ne vois pas pourquoi non plus on ne laisserait pas s’unir deux personnes qui s’aiment et qui sont du même sexe. En 1995, l’archevêque de Canterbury défendait les homosexuels en disant que deux personnes qui s’aiment sur terre, quel que soit leur sexe, « expérimentent ici-bas ce que sera leur jouissance céleste lorsqu’ils seront auprès de Dieu ».

Source: http://www.lorientlejour.com/article/812246/mariage-gay-chawki-azouri-met-les-francais-sur-le-divan.html

 

Read Full Post »

what is happening in #Syria is #horrible #Human basic & #Fundamental #rights have been forgotten by all parties!

I cannot look at the feed of my Facebook page, without being afraid of watching the horrific images coming from Syria!

I love this country, when I visited for the first time in 2005, i found the cultural heritage they have, and that syrian people are not protecting now. How can they be interested in their cultural heritage, when the life of Innocents are taken without any conscience???

all Parties in Syria should Stop violating Human rights, Children Rights, Women Rights.

I won’t re-post the shocking pictures of guys  handling the heads of the people they just killed!! this is an abomination!!!

in a war, (And in LEBANON) we have lived numerous ones, atrocities happen, but keeping quiet is an ABOMINATION!!!

The basic Human rights should be Respected!!!!!!

People and Innocents should be Protected!!!!

Khalass , Enough to Atrocities!!

yes for the implementation of basic rights even during war!

Rita!

here are recent articles describing the war crimes happening in Syria our neighbor country

U.N. lists Syrian army and militias as sex predators
Read more: http://www.dailystar.com.lb/News/Middle-East/2013/Apr-17/214104-un-lists-syrian-army-and-militias-as-sex-predators.ashx#ixzz2Rt7sWovW

Read Full Post »

Promise par la gauche française pendant la campagne présidentielle, la loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe devrait être présentée à l’Assemblée nationale en janvier prochain. Tandis qu’un nombre croissant d’Etats, en Europe et en Amérique latine en particulier, pratiquent désormais l’égalité des droits, d’autres continuent de sanctionner l’homosexualité par la prison ou par la peine de mort.

par Daniela Rojas Castro et Gabriel Girard, novembre 2012

A l’heure où la France débat du mariage homosexuel et où l’Argentine promulgue une loi autorisant le changement de sexe, l’amélioration des conditions d’existence des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et trans (1) (LGBT) est incontestable. Le temps semble désormais lointain où ces préférences sexuelles relevaient d’une « loi sur la dangerosité et la réhabilitation sociale » (ley de peligrosidad y rehabilitación social),comme en Espagne, ou étaient surveillées par le groupe de contrôle des homosexuels de la préfecture de police de Paris — la première a été abolie en 1979, le second en 1981. Mais l’évolution est plus contrastée qu’il n’y paraît. Les inégalités et les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle perdurent : dans des dizaines de pays, la répression d’Etat et les violences, souvent relayées par des fondamentalismes religieux, condamnent les personnes LGBT à la clandestinité.

Au début des années 1980, dans la plupart des pays occidentaux, leurs revendications sont centrées sur les questions de reconnaissance sociale et légale. Dans le contexte de l’épidémie naissante du sida, alors que les décès se multiplient, l’absence de droits pour les partenaires de même sexe crée en effet des situations dramatiques, le survivant n’ayant aucune existence juridique. Les premières lois concernant les couples gays et lesbiens sont instaurées en Europe du Nord (Danemark, Norvège, Islande, Suède) à l’orée des années 1990. Cette vague d’obtention de droits, qu’illustre bien le pacte civil de solidarité français (le pacs, voté en 1999), procède d’une démarche — soutenue par les partis sociaux-démocrates — mêlant tolérance et reconnaissance sociale, et dont la logique politique est d’abord celle de la différenciation : les partenariats pour les couples de même sexe ne donnent pas accès aux mêmes droits que le mariage, notamment en ce qui concerne la parentalité et l’adoption (2). Mais ces premières avancées ouvrent de nouveaux horizons revendicatifs.

A partir de la fin des années 1990, les mouvements LGBT s’inscrivent majoritairement dans une perspective fondée sur la notion d’égalité des droits entre couples homosexuels et hétérosexuels. A la suite des Pays-Bas (2001), les pays scandinaves adaptent progressivement leur législation en ce sens. L’Espagne (en 2005) et le Portugal (en 2010) autorisent le mariage et l’adoption. L’Afrique du Sud et le Canada (en 2005), puis l’Argentine (en 2010), ont à leur tour voté des législations égalitaires, de même que certains Etats et districts du Brésil (Alagoas), du Mexique (Distrito Federal, Quintana Roo) et des Etats-Unis (Connecticut, District de Columbia, Iowa, Massachusetts, New Hampshire, New York, Washington et Maryland). Enfin, dans près de vingt pays, l’homophobie constitue un facteur aggravant pour un crime.

Répression officielle et réprobation sociale

Considérer ces avancées légales comme le résultat d’une lente mais profonde évolution des mentalités procède néanmoins d’une lecture erronée. Les résistances restent fortes ; l’attestent la position des Eglises catholiques française ou espagnole sur le mariage homosexuel ou, aux Etats-Unis, la signature par le candidat républicain à la présidentielle, M. Willard Mitt Romney, du Federal Marriage Amendment, qui vise à réserver le mariage aux couples hétérosexuels. Et les violences verbales et physiques continuent de marquer le quotidien de nombre de personnes LGBT.

De plus, la reconnaissance de leurs droits est loin d’être acquise et universelle. Les rapports entre personnes du même sexe demeurent illégaux dans soixante-dix-huit Etats, où ils peuvent être punis de prison, voire de mort. Et, indépendamment de la dureté des législations, les pratiques homosexuelles constituent des cibles privilégiées pour les régimes politiques et les courants religieux désireux d’imposer une forme d’autorité « morale ». De nombreux pays d’Afrique et du Proche-Orient s’illustrent par l’accentuation, au cours de la dernière décennie, d’une homophobie virulente et parfois meurtrière, particulièrement portée par des courants fondamentalistes de l’islam. Ainsi, en Arabie saoudite, en Iran, au Yémen, au Nigeria, au Soudan, en Afghanistan et en Mauritanie, les actes homosexuels restent passibles de la peine de mort. Trois hommes ont été décapités en Arabie saoudite en 2002. En Iran, deux adolescents ont été exécutés en juillet 2005 et un troisième, condamné en 2010, n’a dû son salut qu’à une mobilisation internationale. En Irak, même si l’homosexualité est légale, des milices islamistes armées ont massacré plusieurs centaines de personnes depuis 2004 (3). D’autres religions ne sont pas en reste. En Ouganda, les pasteurs évangéliques (et notamment le mouvementborn again) s’indignent de l’« indulgence » d’une législation qui prévoit pourtant l’emprisonnement à vie pour toute personne accusée d’acte homosexuel : ils militent pour lui substituer la peine de mort.

Dans ce contexte, les personnes visées sont condamnées à la clandestinité, la peur de l’opprobre conduisant parfois leurs familles à les réprimer elles-mêmes ou à les dénoncer. Les mobilisations locales restent donc risquées : les brimades et les violences contre les militants sont fréquentes, quand ils ne sont pas simplement assassinés (4). Les réseaux de solidarité qui se développent par le biais d’Internet demeurent quant à eux fragiles, la dénonciation et la répression de l’homosexualité participant souvent d’une défiance à l’égard de valeurs considérées comme « occidentales ». Au Cameroun, début 2011, c’est sous ce prétexte que le gouvernement a critiqué la participation financière de l’Union européenne à des programmes de soutien aux droits des minorités sexuelles. Récemment, en Ouganda, plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) internationales, accusées de « recruter des homosexuels » parmi les jeunes Ougandais, se sont vu interdire l’entrée sur le territoire.

Aux discriminations légales qui frappent les groupes à « sexualité méprisée (5) » s’ajoutent celles qui touchent à la santé. Les données sur l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) mettent en lumière cette vulnérabilité spécifique. Pour l’Amérique latine et les Caraïbes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique par exemple : « Bien que la prévalence du VIH soit inférieure à 1 % parmi la population générale dans la plupart des pays de la région, elle est parfois entre cinq et vingt fois plus élevée chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH (6)). La stigmatisation et la discrimination associées à l’homophobie alimentent l’épidémie (7). » A l’échelle internationale, une grande majorité des HSH restent hors de portée des programmes de prévention du sida (8). Confrontés à la stigmatisation, à la violence ou à des législations pénalisant l’homosexualité, ils préfèrent bien souvent renoncer aux soins pour ne pas courir le risque que leur sexualité soit dévoilée à leur famille, à leur communauté, ou signalée aux autorités. Il est donc très difficile d’établir des données précises de l’épidémie parmi les HSH dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. Ailleurs, comme en Russie, le déni des pouvoirs publics concernant l’épidémie contribue directement à l’approximation des chiffres et affaiblit les dispositifs de prévention et de soins.

S’il existe des structures de santé et que les personnes LGBT y accèdent, elles doivent souvent affronter l’ignorance et les préjugés du corps médical. Ainsi, tel médecin ne demandera pas un test du VIH sous prétexte que son patient « n’a pas l’air d’un homosexuel » ou « est marié ». L’un de ses collègues lui lancera une « plaisanterie » blessante sur les « pédés ». D’autres tenteront par tous les moyens de les refouler, comme certains dentistes avec les personnes séropositives (attente interminable, mesures de sécurité ostentatoires…). Les lesbiennes n’échappent pas à ces inégalités de traitement. Du fait des discriminations vécues ou anticipées, le faible recours à des examens gynécologiques a des conséquences directes sur la prise en charge des infections sexuellement transmissibles, comme le virus du papillome humain (VPH), ou de certains cancers. Quant à la transidentité, elle reste considérée comme une maladie mentale et figure encore à ce titre dans les référentiels médicaux qui font autorité à l’échelle internationale, tels que le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, DSM) (9).

A la fin des années 1990, l’émergence aux Etats-Unis d’une mobilisation autour de la « santé gay » (ou « santé LGBT ») a marqué le renouveau d’une réflexion critique sur les enjeux de la prise en charge médicale (10). Si elle ne concerne pour l’instant qu’une frange limitée de ces populations, majoritairement masculine, blanche, aisée et urbaine, elle a au moins le mérite de renouer avec une histoire d’action collective et communautaire. Dans le sillage du féminisme, les mouvements d’émancipation gays et lesbiens post-1968 marquent le point de départ de nouvelles formes de luttes, axées sur la visibilité et la politisation de l’intime, qui questionnent l’ensemble de la gauche. Nés aux Etats-Unis, les groupes de libération homosexuelle émergent partout en Europe : au Royaume-Uni, avec le Gay Liberation Front (GLF) ; en France, avec le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) (11), etc. Au cours des années 1980, à l’instar d’autres mouvements sociaux, ils se sont progressivement transformés et institutionnalisés.

L’Europe de l’Ouest est cependant le théâtre d’évolutions diverses. En France, la fin de la pénalisation de l’homosexualité, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, a contribué à l’essoufflement du mouvement. Ailleurs, les gouvernements conservateurs au pouvoir prennent des mesures antihomosexuels. Au Royaume-Uni, la section 28, votée en 1988, interdit par exemple d’évoquer l’homosexualité dans les écoles. Aux Etats-Unis, les mandats de Ronald Reagan (1981-1989) sont marqués par une réaction morale et politique particulièrement préjudiciable à la lutte contre le sida.

Dans tous les cas, le registre revendicatif évolue, passant de la contestation des normes hétérosexuelles et patriarcales à la revendication de droits et de réformes compatibles avec ces normes. De manière concomitante, l’irruption du VIH/sida a fortement pesé sur la réorientation des combats homosexuels. Dès le début des années 1980, la lutte contre l’épidémie constitue un point central de réorganisation des combats gays, autour de structures comme Terrence Higgins Trust au Royaume-Uni (1982), Gay Men Health Crisis (1982) aux Etats-Unis ou Aides (1984) en France.

Quarante-cinq ans de militantisme

La création de l’association Act Up — en 1987 à New York et en 1989 à Paris — symbolise cette révolte des malades issue de la communauté gay. L’évolution du militantisme homosexuel s’accompagne d’une multiplication des cadres associatifs organisés autour de la lutte contre les discriminations et de la convivialité : clubs sportifs (European Gay and Lesbian Sport Federation) et associations professionnelles (comme le Syndicat national des entreprises gaies), centres communautaires dans les grandes villes, associations d’étudiants, etc. Le marqueur identitaire — être gay ou lesbienne — tend à prendre le pas sur une lecture en termes d’oppression sexuelle.

L’internationalisation des luttes constitue l’une des évolutions majeures des mouvements contemporains. Ne nous méprenons pas : dès les années 1970, les échanges sont nombreux entre militants homosexuels. Les émeutes de Stonewall, à New York, en juin 1969, deviennent une référence mondiale ; les marches des fiertés commémorent d’ailleurs chaque année cet événement. Mais, au cours de la dernière décennie, le soutien aux victimes d’homophobie est devenu un thème majeur de mobilisation, accompagnant l’émergence de mouvements d’émancipation dans des pays où la répression interdisait l’affirmation des LGBT. Cette solidarité obtient des succès notables face à l’homophobie d’Etat — comme au Sénégal, où la pression internationale a permis en 2009 la libération de militants de la lutte contre le sida. Ces campagnes ont également permis de rendre visibles des situations de répression, comme les violences auxquelles sont confrontées les marches des fiertés à Belgrade ou à Moscou, ou encore de dénoncer un projet de loi homophobe en Ukraine. Elles tissent également des réseaux de soutien indispensables pour des démarches de demande d’asile et d’immigration, lorsque certains doivent quitter leur pays.

Dans le même temps, la lutte contre l’homophobie a pu être instrumentalisée politiquement, comme l’attestent les controverses récentes sur l’« homonationalisme » (12). Forgé comme un concept critique, celui-ci décrit le mouvement qui, au cours des années 2000, a conduit certaines franges du mouvement LGBT des pays du Nord à désigner les immigrés et en premier lieu les « musulmans » comme la nouvelle figure menaçante pour les modes de vie gays et lesbiens. Les préoccupations légitimes vis-à-vis des persécutions de certains gouvernements et de l’homophobie de secteurs réactionnaires de l’islam sont ici enrôlées dans un combat « civilisationnel ». Aux Pays-Bas, la figure de Pim Fortuyn, homosexuel revendiqué et homme politique d’extrême droite assassiné en 2002, prolonge jusqu’à la caricature cette tendance. La frontière tracée entre le « progressisme » des pays occidentaux et l’« obscurantisme » des autres s’estompe pourtant quand on sait que les premiers refusent ou restreignent le droit d’asile pour les personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle dans les seconds…

La globalisation des préoccupations quant à la situation des personnes menacées est symbolisée par l’adoption d’une résolution internationale spécifique à Yogyakarta (Indonésie) en 2007 (13). Elaborée par des experts des droits humains, cette déclaration de principes vise à mobiliser les institutions internationales afin d’obtenir l’interdiction des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Le texte a obtenu le soutien de cinquante-quatre pays lors de sa présentation à l’Organisation des Nations unies (ONU), le 26 mars 2007.

Des démarches se poursuivent actuellement pour rendre possible l’adoption par l’ONU d’une résolution sur les droits de l’homme, l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Pour autant, la situation des mouvements revendicatifs est caractérisée par l’hétérogénéité et la dispersion. Sur le plan institutionnel, des groupes de pression centrés sur les droits humains, tels que l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (Ilga), mènent un travail de lobbying au niveau des institutions et des Etats. Ils œuvrent au développement de campagnes de solidarité, mais ne sont pas dépourvus d’ambiguïtés. Dans leur perspective, la revendication de droits participe en effet d’une stratégie de reconnaissance identitaire qui élude largement les enjeux de classe, de genre et de race fracturant les communautés LGBT.

Daniela Rojas Castro

Psychologue sociale à Aides et au groupe de recherche en psychologie sociale (Lyon-II).

Gabriel Girard

Sociologue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et à l’université Concordia (Canada).

Read Full Post »

%d bloggers like this: