Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘ilo conventions’

For those who are interested, join us on Sunday at noon at Sodeco , for Migrant workers day In Lebanon.migrants worker day lebanon 2017 chemaly rita

Details below are taken from the facebook page, #WeWillNotBeSilencedAnyMore  #workersday2017, be many 

Rita Chemaly

Workers’ Day 2017
Abolish Sponsorship – Ratify C189 – Stop State Violence

For the eighth year in a row, we -migrant domestic workers and supporters- come together to claim labor rights, march, and celebrate workers’ day.
This past year did not witness any improvement of protection of migrant domestic workers (MDWs). On the contrary, we have seen the abuses continue against the lives, rights and freedoms of MDWs, while the abusers still enjoyed impunity.
Tragedies and deaths still happen on daily and weekly basis without proper investigations, domestic workers and their families are still being unjustly deported and subjected to political detention, especially the public human rights defenders among them.
The struggle continues, and we unite again to make our voices heard and to claim our rights. We hereby demand the Lebanese state to:
1. Abolish the sponsorship system and replace it with a just immigration and residency system that guarantees human rights, fair and ethical recruitment, labor mobility, and the possibility of MDWs to live outside the employer’s house and change employers.
2. Ratify and implement the ILO Domestic Workers Convention of 2011 (C189).
3. Expand the Lebanese labor law to cover all categories of laborers including domestic workers.
4. Reform the standard unified contract to guarantee basic rights including the rights to get the Lebanese minimum wage, terminate the employment contract, have a maximum hours of work and be paid for overtime, the rights to privacy and decent working and living conditions, the right to have a weekly day off outside the house and unaccompanied by employers, and the right to have proper health insurance.
5. Hold abusive employers accountable and establish an inspection mechanism coupled with accessible and affordable complaint mechanisms, fair and speedy trials and legal redress.
6. Hold to account and close down all abusive and unethical recruitment agencies and establish a black-list system for these.
7. Guarantee the right of domestic workers to organize and unionize.
8. Investigate properly the deaths of MDWs, and in case of unnatural deaths, bring to justice those who caused these deaths.
9. Stop state violence against MDWs including detaining MDWs who leave their employers’ houses, exercising violence in detention centers and police stations, and depriving MDWs’ children of legal residency. Authorities must stop detaining and deporting MDWs for administrative or trivial reasons such as expired residency permits or having children in Lebanon who should all be entitled to residency and education rights in Lebanon. Authorities must also ensure speedy return procedures to home countries for workers who need it, especially for parents with children in Lebanon and workers who are sick.
——————————————————————————–

عيد العمّال 2017
لإلغاء نظام الكفالة
للتصديق على الاتفاقية رقم 189
لإيقاف عنف الدولة على عاملات المنازل

للسنة الثامنة على التوالي، نجتمع معًا، عاملات منازل مهاجرات ومؤيّدين/ات لهنّ، للسير جنبًا إلى جنب في مسيرة مطلبية والاحتفال معًا بعيد العمّال.
لم يشهد العام الماضي أي تحسّن في أوضاع عاملات المنازل المهاجرات أو تقدّم في تعزيز حقوقهنّ، بل تزايد العنف والاعتداءات عليهنّ واستمرّت الانتهاكات لحريّاتهنّ وحقوقهنّ وأرواحهنّ، فيما بقي مرتكبو هذه الانتهاكات مُفلتين من أي شكل من أشكال المحاسبة والعقاب.
لا تزال المآسي وحالات الوفاة غير الطبيعيّة تحدث بوتيرة يوميّة أو أسبوعيّة من دون أي تحقيقات جديّة بشأنها، ولا تزال العاملات، وعائلاتهن،ّ معرّضات للاحتجاز والترحيل من دون وجه حق، وخاصّة الناشطات الحقوقيّات العلنيّات من بينهنّ المعرّضات بشكل خاص للاعتقال السياسي.

إنّ كفاح العاملات مستمرّ، وها نحن نتّحد مرّة أخرى لنُسمع أصواتنا ونطالب الدولة بحقوقنا. وبشكل خاصّ نطالبها بـ:
1• إلغاء نظام الكفالة واستبداله بنظام هجرة وإقامة عادل للعاملات يحترم حقوقهنّ الإنسانية ويؤمّن سبل استقدام سليمة، وتحرّكيّة العاملات وحقهنّ في التنقّل والانتقال، وإمكانيّة العيش خارج منزل صاحب/ة العمل، وحقهنّ في تغيير صاحب/ة العمل.
2• التصديق على اتفاقية منظّمة العمل الدولية رقم 189 المتعلّقة بالعمل اللائق لعاملات المنازل، وتطبيقها.
3• توسيع نطاق قانون العمل ليشمل العمّال والعاملات كافّة، وتحديدًا عاملات المنازل.
4• إصلاح عقد العمل الموحّد المُطبّق على عاملات المنازل بشكل يضمن لهنّ حقوقهنّ العمّالية البديهيّة، مثل الحقّ في الحصول على الحد الأدنى للأجور، والعدد الأقصى لساعات العمل وإعطاء أجر إضافي مقابل ساعات العمل الزائدة، والحقّ في يوم عطلة خارج المنزل من دون اشتراط مرافقة أصحاب العمل لهنّ، والحقّ في تأمين صحّي مناسب، والحقّ في الخصوصية وفي ظروف العمل والعيش اللائقة، والحقّ في إنهاء عقد العمل.
5• محاسبة أصحاب العمل الذين ينتهكون الحقوق ويسيئون إلى العاملات، ووضع آلية فعّالة للمراقبة والتفتيش، مقترنة بآليّات سهلة للتبليغ عن الشكاوى، وضمان المحاكمات والإجراءات القانونية السريعة والعادلة.
6• محاسبة مكاتب الاستقدام المسيئة والتي تتّبع سبل استقدام غير سليمة وإغلاقها، والعمل على تفعيل نظام القائمة السوداء لمنع تلك المكاتب من العمل مجدّدًا وأصحابها من فتح وكالات جديدة.
7• ضمان حقّ العاملات في التنظيم والعمل النقابي.
8 • التحقيق الجدّي في حالات الوفيّات غير الطبيعيّة لعاملات المنازل وسَوق مسبّبي الوفاة إلى العدالة.
9• وقف عنف الدولة ضدّ عاملات المنازل، بما في ذلك من تجريم ‘هروب’ العاملات المنزليات من بيوت أصحاب العمل، وممارسة العنف عليهنّ في مراكز الشرطة ومراكز الاحتجاز، وحرمان أطفالهنّ من الإقامة القانونيّة في البلاد. على السلطات التوقّف عن احتجاز عاملات المنازل وترحيلهنّ لأسباب إداريّة شتّى مثل انتهاء صلاحيّة الإقامة أو لسبب إنجابهنّ الأطفال، الذين يحقّ لهم أصلاً بالإقامة القانونية والتعلّم في لبنان. وعلى السلطات أيضًا ضمان إجراءات ترحيل سريعة للعاملات اللواتي يحتجن إلى المغادرة، وخاصّة الأهل وأطفالهم أو المرضى.
————————

Journées des Travailleurs 2017
Abolir le système du Kafala – Ratifier la Convention 189 – Arrêter la violence d’Etat

Pour la 8ème année consécutive, nous -les travailleuses domestiques migrantes et les supporteurs- s’assemblons pour revendiquer des droits du travail, marcher et célébrer la Fête du travail.
L’année qui vient de s’écouler n’a pas apporté d’amélioration dans la protection des travailleuses domestiques migrantes. Au contraire, nous avons vu les abus contre leurs vies, droits et libertés continuer pendant que les abuseurs profitent toujours de la même impunité.
Morts et tragédies continuent d’arriver tous les jours et toutes les semaines sans aucunes véritables enquêtes et les travailleuses domestiques migrantes et leurs famille sont toujours injustement déportées et sujettes aux détentions politiques, spécialement les défenseures publiques des droits humains parmi elles.
La lutte continue et nous nous unissons une fois encore pour faire entendre nos voix et réclamer nos droits. Nous demandons donc à l’Etat libanais de :
1- Abolir le système du Kafala et de le remplacer par un système d’immigration et de résidence juste qui garantit les droits humains, un recrutement juste et éthique, ainsi que la possibilité pour les travailleuses domestiques migrantes de vivre hors du lieu de résidence de leur employeur et de changer d’employeurs.
2- Ratifier et mettre en œuvre la Convention sur les travailleuses domestiques de l’OIT (C189)
3- Etendre le Code du Travail libanais pour inclure toutes les catégories de travailleurs, dont les travailleuses domestiques.
4- Réformer le contrat standard unifié pour garantir les droits fondamentaux des travailleuses domestiques dont les droits d’obtenir le salaire minimum libanais, de terminer leur contrat de travail, d’avoir un nombre d’heures de travail maximum et d’être payées pour les heures supplémentaires, le droit à l’intimité et à des conditions de travail et de vie décentes, le droit d’avoir un jour de congé hebdomadaire en dehors du lieu de vie et non-accompagnées par les employeurs, et le droit d’avoir une vraie assurance de santé.
5- Tenir pour responsables les employeurs abusifs et établir un mécanisme d’inspection accompagné de mécanismes de plainte accessibles et abordables, des procès équitables et rapides ainsi que des recours juridiques.
6- Tenir pour responsables et fermer toutes les agences de recrutement abusives et non-éthiques ainsi que d’établir un système de « black list » pour celles-ci.
7- Garantir le droit des travailleuses domestiques de s’organiser et de se syndiquer.
8- Enquêter convenablement sur les morts des travailleuses domestiques et dans les cas de morts non naturelles, traduire en justice les responsables.
9- Arrêter la violence d’Etat contre les travailleuses domestiques migrantes dont la détention de celles qui quittent le lieu de résidence de leurs employeurs, l’utilisation de la violence dans les centres de détention et les postes de police, et la privation de résidence légale aux enfants de travailleuses domestiques migrantes. Les autorités doivent arrêter de détenir et de déporter les travailleuses domestiques migrantes pour des raisons administratives ou triviales telles que l’expiration des permis de résidence ou avoir des enfants au Liban alors qu’ils devraient bénéficier du droit de résidence et à l’éducation. Les autorités doivent aussi s’assurer de mettre en place des procédures de retour rapides vers les pays d’origine pour les travailleuses qui en ont besoin, spécifiquement pour celles avec des enfants au Liban et celles qui sont malades

Read Full Post »

« On a gagné ! Je suis très contente, je viens d’avoir un enfant et vraiment, 49 jours de congé maternité ne suffisent pas à la mère pour se remettre physiquement et psychologiquement de la grossesse et de l’accouchement, apprendre à connaître son enfant, allaiter… C’est un grand pas pour la femme libanaise qui travaille, mais aussi pour l’enfant et l’ensemble de la famille ! »

Après trois ans de bataille, Rita Chemaly, consultante pour le développement des projets à la Commission nationale pour les droits de la femme, ne peut contenir sa joie : les députés ont voté mercredi dernier en session plénière deux propositions de loi : l’une amende l’article 38 de la loi 112 allongeant le congé maternité des employées du secteur public de 60 à 70 jours, l’autre amende les articles 28-29 du code du travail en étendant la durée du congé maternité de 49 jours à 10 semaines (soit 70 jours consécutifs), payés à salaire complet. Toutes les Libanaises, quel que soit leur employeur, bénéficient désormais d’un congé de 70 jours payés à plein salaire. Les lois entreront en vigueur dès leur publication au Journal officiel, soit mardi ou jeudi au plus tard.

C’est en 2011 que la Commission nationale pour les droits de la femme s’engage pour l’extension du congé maternité. L’association lance à cette époque, en partenariat avec de nombreuses associations pour le droit des femmes, une campagne nationale pour amender les lois qui ont un impact économique négatif sur les femmes. Intitulée Wayn Ba’dna (on en est encore là), la campagne vise à assurer l’égalité de la femme vis-à-vis de l’homme au niveau de la Sécurité sociale et des impôts notamment. L’extension du congé maternité fait partie des mesures prônées. « Un congé maternité trop court constitue une discrimination pour les femmes car elles peuvent hésiter à avoir des enfants de peur de perdre leur emploi », explique Rita Chemaly.

« Nous avons rédigé une proposition de loi en nous basant sur les dispositions des textes internationaux (Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (Cedaw), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels) et nous sommes allés voir deux députés, Gilberte Zouein, présidente de la commission des Droits de la femme, et Michel Moussa, président de la commission des Droits de l’homme, afin de leur soumettre notre proposition de loi. Nous avons ensuite suivi de très près le travail des commissions parlementaires, nous avons écrit au président de la Chambre Nabih Berry pour qu’il mette la proposition de loi à l’ordre du jour de l’agenda de l’Assemblée nationale. » Et s’il a fallu autant de temps pour que la loi soit votée en assemblée plénière, c’est à cause de problèmes d’ordre politique, le Parlement ne s’étant pas réuni pendant des mois, précise l’activiste.

S’il s’agit incontestablement d’une victoire pour la Libanaise, cette extension du congé maternité reste insuffisante au regard des normes internationales et le Liban fait toujours figure de mauvais élève en matière de protection de la maternité au travail. D’après les chiffres de l’Organisation internationale du travail (OIT, 2012), 85 % des pays du monde ont instauré un congé maternité d’au moins 12 semaines. 98 % des pays d’Europe et de la CEI ont un congé maternité de 14 semaines et plus, et presque 2/3 de ces pays en offrent plus de 18 semaines. À l’opposé, 90 % des pays arabes du Moyen-Orient ont un congé maternité de moins de 12 semaines. Quelques exemples : France : 16 semaines, Norvège : jusqu’à 57 semaines, Brésil : 17 semaines, Tunisie : 30 jours, Arabie Saoudite : 10 semaines, Syrie : 17 semaines.
La durée de 10 semaines adoptée la semaine dernière au Liban reste bien en deçà des normes internationales que prône notamment l’OIT. « La convention (n° 183) sur la protection de la maternité prévoit un congé maternité de 14 semaines. Bien que le Liban n’ait pas signé cette convention, il faut qu’il se rapproche de cette norme. Nous n’avons pas voulu revendiquer les 14 semaines directement pour ne pas que les organismes économiques s’opposent frontalement à l’extension. Nous avons préféré procéder étape par étape », détaille Rita Chemaly. Contrairement à la France où c’est la Sécurité sociale qui couvre, au Liban, c’est l’employeur qui assure le paiement des salaires pendant le congé maternité.

Pour autant, la bataille n’est pas finie. « Maintenant, nous allons lutter pour un nouveau rallongement du congé maternité et la création d’un congé paternité payé entièrement. Ça, c’est ma campagne personnelle, car le père est partie intégrante de l’éducation des enfants », affirme Rita Chemaly.

Un article par Anne ILCINKAS | OLJ

http://www.lorientlejour.com/article/862067/lextension-du-conge-maternite-une-victoire-pour-la-libanaise-mais-encore-bien-en-deca-des-normes-internationales.html

Read Full Post »

La commission parlementaire des femmes et de l’enfance a approuvé dans une reunion hier les amendements liés au Congé Maternité au Liban; Dans l’attente d’une approbation a l’assemblée générale, les femmes auraient on l’espère 10 semaines de congé maternité…..
j’espère aussi qu’un jour les pères libanais auraient droit a leur congé paternité, car l’éducation des enfants est intrinsèquement liée aux deux parents;
il ne faut pas oublier que les traites Internationaux non ratifiés par Le Liban exigent un minimum de 12 semaines de congé maternité… ILO Conventions on maternity and work 1952 ILO;
لجنة المرأة تقر اجازة الامومة عشرة أسابيع

أقرت لجنة المرأة والطفل النيابية جعل اجازة الامومة عشرة أسابيع بدلا من سبعة خلال جلسة امس ترأستها النائبة جيلبرت زوين.     وبهدف توحيد التشريع، تسري هذه الزيادة للموظفة في الملاك العام والاجيرات العاملات في المؤسسات العامة

http://annahar.com/article.php?t=mahaly&p=20&d=24752.

Read Full Post »

%d bloggers like this: