Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘Departments and Agencies’

une bonne reponse sur la polemique concernant l’adoption par les familles homoparentales : 
Si on distinguait amour et sexe, je ne vois pas pourquoi la religion, l’État ou toute autre structure sociale condamnerait la famille homoparentale. Je ne vois pas pourquoi non plus on ne laisserait pas s’unir deux personnes qui s’aiment et qui sont du même sexe. En 1995, l’archevêque de Canterbury défendait les homosexuels en disant que deux personnes qui s’aiment sur terre, quel que soit leur sexe, « expérimentent ici-bas ce que sera leur jouissance céleste lorsqu’ils seront auprès de Dieu ».

voila une partie de l’article paru dans L’orient le jour au Liban sur le sujet, pour ceux qui sont interesses, je reprends l’article ci-dessous. encore plus l’identification vient selon le psychanaliste des fonctions de meres et peres, et non de leur sexualite.

bon a vous l’article

Rita Chemaly

Mariage gay : Chawki Azouri met les Français sur le divan

« Ce que craignent les gens de droite, c’est la contagion par l’homosexualité de leurs convictions maritales »

On ne saura jamais qui a vraiment fait quoi. Et dans quelles proportions. Une chose est sûre pourtant : l’UMP (flanquée presque honteuse du Front national) s’est jetée comme la misère sur le peuple sur les manifestations antimariage pour tous. Y voyant, intelligemment cela dit, un levier de pression particulièrement efficace, puisque détourné, contre François Hollande, son gouvernement et sa politique. Surtout que le vote de la loi Taubira coïncide (il n’y a pas de hasards…) avec l’engluement très Charybde et Scylla du locataire de l’Élysée dans cent et un scandales. Dans cent et une crises. Dans des sondages abyssaux, aussi…

En réalité, savoir à quel point les manifestants antimariage pour tous ont été instrumentalisés et leurs revendications politisées ne changerait rien à la donne. Ne changerait rien à un constat, une évidence assez inquiétants : rarement un sujet aura à ce point divisé un pays pourtant connu dans le monde entier pour son obsession des mots en té : liberté, égalité, fraternité, etc. Une division qui ressemble parfois à une véritable fracture : l’homophobie, ou du moins ses manifestations publiques, visibles, ont décuplé en France.

François Hollande doit être réellement soulagé de la fin de ce ramdam plus mélo turc que tragi-comédie shakespearienne et qui faisait se gausser beaucoup d’Européens, jamais avares quand il s’agit de critiquer les Français, de se moquer d’eux. Des 60 clauses de son contrat nuptial avec ses compatriotes, le président doit sans doute être fier du n° 31, qui lui aura permis de vivre à fond son quart d’heure mitterrandien. Sauf que ce même président serait fort embêté, au bout de son mandant, s’il ne réussissait que ce point-là. Et que tout le reste de ses promesses aille se fracasser contre les murs (de la conjoncture, de l’incompétence de tel ou telle, de la mauvaise volonté des citoyens, etc.)…

Il n’en reste pas moins qu’à cause de cette loi (ou grâce à cette loi, peut-être…), le clivage des Français a été recraché au grand jour. Dans toute sa crudité, son indignité et, souvent, son horreur.
Psychanalyste et psychiatre franco-libanais dont plus personne ou presque n’ignore la maestria chirurgicale à placer le bon mot (ou la bonne phrase) au bon endroit et au bon moment, Chawki Azouri connaît très bien la France. Et les Français. Il a répondu aux questions de L’Orient-Le Jour, succinctement mais avec une force d’impact météorique. La preuve par 9…

L’OLJ : Comment expliquer cette férocité, cette détermination des Français antimariage pour tous ? Cette opposition est différente de toutes celles que les pays européens qui ont légalisé le mariage gay ont connues, à commencer par l’Espagne, pourtant bien plus catholique que la France…
C.A. : Ce n’est pas le catholicisme qui est en jeu en France, mais paradoxalement l’esprit révolutionnaire. Non pas que ce sont les gens de gauche qui sont contre, au contraire : c’est la gauche qui a fait passer la loi ; mais plutôt un esprit révolutionnaire qui ne veut pas que les homosexuels, marginaux de fait, soient désireux de se ranger – le mariage étant par excellence un signe de normalité sociale. Ce que craignent les gens de droite, c’est la contagion par l’homosexualité de leurs convictions maritales.

Y a-t-il des relents de guerre civile (morale, psychologique, de valeurs…) ?
On peut comparer cela à une guerre civile, en témoigne l’empoignade des manifestations pour et anti. C’est une question de valeurs en premier, morale ensuite et enfin psychologique.
Certains se battent pour des questions de valeurs : ceux qui sont embrigadés dans l’idée que le mariage est un sacrement. D’autres se battent pour une question de morale : ceux qui par exemple condamnent l’homosexualité comme étant « contre nature ». Enfin ceux qui se battent pour des questions pseudo-psychologiques, soit ceux qui s’appuient par exemple sur l’identification : comment vont s’identifier le garçon et la fille s’ils ont deux parents du même sexe.
La réponse est simple. Dans un couple, c’est la fonction qui est déterminante pour les identifications, non pas l’anatomie. Par exemple, la fonction de mère n’est pas nécessairement à remplir par la femme, de même la fonction paternelle n’est pas nécessairement à remplir par l’homme.

En quoi le mariage gay serait-il une menace pour les hétérosexuels ? Y a-t-il de la peur ? Qu’est-ce qui justifie le retour tonitruant de paroles et surtout d’actes homophobes ? Y avait-il une homophobie d’État que cette loi a dynamitée ?
Il n’y a aucune différence quant aux valeurs entre l’hétérosexuel(le) et l’homosexuel(le). C’est une projection maladive de la part des hétérosexuels homophobes qui se vantent d’avoir des valeurs que l’homosexuel(le) n’aurait pas. L’homosexualité est présente en nous depuis le début de l’humanité sur le plan phylogénétique et sur le plan ontologique depuis la découverte de la différence des sexes. L’horreur de la différence des sexes est commune à tous vers l’âge de trois/quatre ans. Elle sera dépassée progressivement jusqu’à l’acceptation de la différence. C’est surtout l’absence de pénis chez la fille qui horrifie autant le petit garçon que la petite fille.
À partir de là, les enfants se rabattent sur leur propre sexe comme valeur narcissique. Ceux qui restent dans cette position auront tendance à choisir inconsciemment un partenaire du même sexe. Il n’y a aucune anormalité sur ce point, sauf chez ceux qui veulent combattre cela en étant homophobe. Leur homophobie est en fait une défense contre leur homosexualité inconsciente.
Quant à l’homophobie d’État, elle ressemble à toute discrimination que la société génère contre tout genre de marginalité. Oui, cette loi l’a dynamitée.

C’est « liberté, égalité, fraternité » vs mariage gay ?
Non, je dirais « liberté, égalité, fraternité » et mariage gay.

Quid de l’adoption ? Des familles homoparentales ?
Si on distinguait amour et sexe, je ne vois pas pourquoi la religion, l’État ou toute autre structure sociale condamnerait la famille homoparentale. Je ne vois pas pourquoi non plus on ne laisserait pas s’unir deux personnes qui s’aiment et qui sont du même sexe. En 1995, l’archevêque de Canterbury défendait les homosexuels en disant que deux personnes qui s’aiment sur terre, quel que soit leur sexe, « expérimentent ici-bas ce que sera leur jouissance céleste lorsqu’ils seront auprès de Dieu ».

Source: http://www.lorientlejour.com/article/812246/mariage-gay-chawki-azouri-met-les-francais-sur-le-divan.html

 

Read Full Post »

LE PLUS. Dans une interview accordée au “Journal du dimanche”, la ministre de la Famille défend le projet de loi du mariage pour tous. Une de ses réponses a particulièrement déplu à Jean-Pier Delaume-Myard, lui même homosexuel et opposé à ces unions.

Édité par Hélène Decommer

le “Journal du dimanche”, la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, explique :

homosexualite rc

“Je note un progrès : tous les ‘anti’ éprouvent la nécessité de dire qu’ils n’ont rien contre les homosexuels. Mais dans le même temps, ils leur refusent les mêmes droits. Or quand on ne donne pas les mêmes droits aux Noirs et aux Blancs, on dit que c’est du racisme ; quand on ne donne pas les mêmes droits aux femmes et aux hommes, on dit que c’est du sexisme. Quand on ne donne pas les mêmes droits aux homosexuels et aux hétérosexuels, n’est-ce pas de l’homophobie ?”

 

Je suis donc homophobe !

 

Madame la Ministre, j’ai 49 ans. Depuis l’âge de 24 ans, j’ai toujours fait le choix de vivre en couple avec un autre homme. Je suis contre le mariage de personne de même sexe, non pas pour des raisons d’union entre deux personnes qui s’aiment – je suis pacsé -, mais pour la question fondamentale de l’enfant et de son droit à avoir un père et une mère comme tous les autres enfants.

 

Je ne savais donc pas que, du coup, j’étais un homo homophobe. Merci de me le signaler. Je vais voir comment je peux me soigner. Pour information : en novembre 1998, j’ai été le lauréat d’un concours national contre l’homophobie. Quel désappointement cela doit être pour les personnes qui étaient membre du jury dont une ministre du gouvernement auquel vous appartenez de découvrir ce que je suis devenu selon vous.

 

Une petite question au passage. Si je suis votre raisonnement, il se trouve que je suis pour la cause palestinienne : est-ce que cela fait de moi un antisémite ?

 

Penser à l’enfant avant tout

 

Sur “Le Plus”, où j’ai publié un article qui a fait le buzz comme l’on dit, je pose la question : “pour qui est faite cette loi ?”. Nombreux sont les homosexuels que je connais et qui n’ont aucune envie de se marier, pas plus que de se pacser d’ailleurs. Vous connaissez mieux que moi les chiffres sur le pacs en France.

 

En tant qu’homosexuel et selon vous homophobe, je pense uniquement ici à l’intérêt de l’enfant. Bien sûr qu’un couple de même sexe peut apporter autant de bonheur qu’un couple hétérosexuel. Certes et après ? Cela sera quoi, les repères pour cet enfant, sa filiation ? Son non rapport à la mère ou au père ? Il y a aussi les grands-parents. Ils jouent un rôle considérable dans l’éducation, on l’oublie un peu trop souvent. En aura-t-il seulement ? Les homosexuels sont souvent rejetés de leur propre famille (ce n’est pas mon cas). D’ailleurs, les associations gay le savent bien, puisqu’elles se battent contre cela. Réserve-t-on à ces enfants le même sort que les enfants nés sous X et qui, toute leur vie, partent à la recherche de leurs racines ?

 

Dans le cas d’un couple homosexuel masculin, est-ce que la mère deviendrait alors une simple génitrice ? Et vous, Madame la Ministre, qu’en pensez-vous ? Auriez-vous accepté de procréer pour un couple homosexuel ?

 

Avant de parler de la liberté, de l’égalité ou non de pouvoir se marier entre personnes de même sexe, peut-on penser une minute à la liberté, à l’égalité de l’enfant dans cette nouvelle société qu’on lui prépare ? Il a peut-être envie d’avoir un père et une mère comme ses copains d’école qui ont des parents divorcés, recomposés ou unis, mais un père et une mère !

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/741910-suis-je-un-homosexuel-homophobe-lettre-ouverte-a-la-ministre-de-la-famille.html#xtor=EPR-4-[DernContrib]-20121221

 

Read Full Post »

Une petite phrase qui peut passer inaperçue, dans un gros paragraphe de l’article du quotidien l’Orient d’Avril 2012 ( le 21 avril 2012 plus précisement).

Si les décisions adoptées hier par le Conseil des ministres ordinaire réuni au Sérail sous la présidence de Nagib Mikati (confirmer le prix de la « rabta » de pain à 1 500 LL après une très longue discussion sur le prix du blé ; amender la loi sur le contrat de location et allonger le congé maternité qui passe de 40 jours à 10 semaines…) restent relativement importantes, ce n’est pas ce que l’on retiendra de la réunion d’hier, mais plutôt les commentaires du Premier ministre sur les trois jours de débats de politique générale suivis du vote de confiance, dans la nuit de jeudi à vendredi, au Parlement. ”

Le Conseil des ministres a, en Avril 2012, donné son Accord sur l’allongement du CONGé maternité a 10 semaines!

oui…. cela reste une avancée, même si incomplète… le projet est un Projet de loi presenté par des parlementaires, au Parlement… donc la nécessité d’un vote en session plénière est de rigueur!

Alors, chers parlementaires, chers “metteurs de l’agenda des sessions parlementaires plénières”, Bougez vous, et mettez s’il vous plait l’amendement du Code du travail( article 28-29) et celui des fonctionnaires (article 38) sur l’Agenda de notre chère Eminente Assemblée!

les députés doivent légiférer!! et créer des lois Justes et équitables pour le  bien être des Femmes et citoyennes libanaises, au lieu de se perdre dans des discussions politiques futiles.

Les femmes attendent!! Notamment celles qui attendent de futurs petits et ptites citoyennes!!

Rita Chemaly….

ps: regardez en dessous même le titre de l’article nous induit en erreur… au lieu de créer et amender des lois, les discussions politiques  politiciennes nous perdent!!!

Avis aux Citoyens! Bougez!

Rita future Bride to be! et mum to be iza allah rad

 

 

Mikati : Certaines interventions au Parlement ont dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive

Si les décisions adoptées hier par le Conseil des ministres ordinaire réuni au Sérail sous la présidence de Nagib Mikati (confirmer le prix de la « rabta » de pain à 1 500 LL après une très longue discussion sur le prix du blé ; amender la loi sur le contrat de location et allonger le congé maternité qui passe de 40 jours à 10 semaines…) restent relativement importantes, ce n’est pas ce que l’on retiendra de la réunion d’hier, mais plutôt les commentaires du Premier ministre sur les trois jours de débats de politique générale suivis du vote de confiance, dans la nuit de jeudi à vendredi, au Parlement.
« La confiance réaccordée au gouvernement doit être un tremplin vers davantage de solidarité au sein du cabinet et davantage de travail pour mener à bien la mission qui est la nôtre », a dit le ministre de l’Information p.i. Waël Bou Faour citant Nagib Mikati. Ce dernier a jugé que « certaines interventions ont dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive », estimant toutefois que les remarques et autres idées des députés « doivent être prises en considération et étudiées par les ministres ». M. Mikati a tenu à insister sur la coopération entre législatif et exécutif, invitant les ministres « à ne pas être influencés par les critiques, même si elles étaient parfois illogiques, à y répondre scientifiquement et à traiter avec l’ensemble des citoyens, sans exception aucune », quelle que soit leur appartenance communautaire, en allusion aux critiques formulées dans l’hémicycle sur des pratiques anticoexistence et iniques exercées dans certains ministères.

« Le PM a rappelé que le gouvernement avait beaucoup à faire concernant le budget, les législatives de 2013, les nominations et les permutations, ainsi que sur les dossiers des ressources naturelles et de l’électricité. Il est persuadé que le cabinet va être de nouveau à la hauteur de la confiance des députés », a poursuivi le ministre Bou Faour, qui a révélé qu’un débat a eu lieu sur ces séances parlementaires. « Nous nous sommes entendus sur la nécessité de réduire les tensions et les atteintes à l’unité nationale », a-t-il dit, avant d’évoquer un compte rendu sur la situation des hôpitaux publics par le ministre de la Santé – un sujet auquel le Conseil des ministres consacrera une séance spéciale. De même, le ministre de l’Économie Nicolas Nahas a évoqué le dialogue en cours avec le syndicat des boulangers, proposant « trois solutions ». Il a été chargé de discuter davantage avec le syndicat.

Bou Faour : Il n’y a « rien » à fêter…
Enfin, Waël Bou Faour, dans une discussion avec les journalistes, s’est arrêté sur une « information rapportée par les médias selon laquelle le PM a offert de la knefé aux ministres pour fêter le résultat du vote de confiance ». « M. Mikati est généreux, surtout avec les produits de Tripoli, mais le sujet ne prête pas à la plaisanterie : il n’y a rien à fêter concernant ce vote de confiance », a-t-il affirmé, tout en remerciant les députés de l’avoir accordée. « Rien à fêter parce que l’intensité des crispations et des tensions et certains discours sectaires ne laissent présager rien de bon, et cette limite jamais atteinte jette, je le pense, des poids supplémentaires sur les épaules du gouvernement. Ce qui s’est passé prouve que ce gouvernement bénéficie encore de la majorité, mais la stabilité a de quoi s’inquiéter », a-t-il mis en garde.

Source l’Orient le Jour 21 avril 2012

Read Full Post »

Préparer un mariage au Liban, c’est un vrai casse-tete!

les idées vues, revues, et refaites par je ne sais qui sont -parait-il “obligatoires”! 

voila quelques unes des remarques que j’ai eu…..

Fleurs, voitures, restaurant, église, robe, chocolat, danseurs, ahhhh j’oublie les escarpins!!

Un must: la voiture de la mariée doit être BLANCHE:

En faisant un ptit tour, un fleuriste a Dbayeh me dit, ta voiture n’est pas blanche??? mais tu es la mariée! la voiture doit être Blanche?!?! Walaouw!!

ok ok…. On note…. la voiture de la mariée doit être blanche…

Must selon les règles du mariage… La voiture de la mariée DOIT être Blanche!!

bon je ne sais pas toujours pourquoi… mais les règles édictées par une société pareille…ouf!! je ne peux pas faire la révolution partout!! ca fatigue!!

priorité 2: Coiffeur et Extension de cheveux  :

j’oublie… les cheveux… Rita, tu dois aller chez un des coiffeurs connus de la ville… parfait! j’y vais…. euh.. j’y suis allée pour payer le down payement d’une amie: 600$ en premier payement, le reste le jour du mariage!!! une coiffure a 900$????? mais que va-t-il lui faire?? Planter des cheveux!??!! désolée, la coiffure est celle de “BLANCHE NEIGE”… 🙂 oui oui je vous assure, dans son menu, puisque le coiffeur a un menu, c’est effet Blanche neige, ouiiiiiii!!! j’ai le menu!!

attention les extensions de cheveux sont Obligatoires!! oui, un chignon sans deux tonnes de cheveux synthétiques ou coupés et vendus par de pauvres jeunes filles je ne sais ou, n’en est pas un!!

Rita! tu ne veux pas changer de couleur de cheveux???? Non… pourquoi?? mais tu as une mèche blanche!!? euh…. Mais je l’adore ma mèche blanche! elle est naturelle, est BELLE!!!!

OkAY!!! La je m’insurge! on ne touche pas a ma meche!! je l’ai depuis mon plus jeune age!! et ils insistent! faut la couvrir!!! Mdr!!!

Encore faut pas oublier,  le prix de la coiffure de la mariée est juste pour la mariée, et sans le make-up, je veux dire make over!

Make-up ….Make over priorité 3: 

Un institut de beauté qui prend 45$ pour un maquillage, sans faux-cils s’il vous plait m’a demandé 250$ pour un maquillage de mariage…. euh….. des prix hors normes?!!  aussi j’ai claqué la porte gentiment, surtout que la maquilleuse avait un gros chewing gum…et mastiquait comme un chameau… ouiii je suis méchante, mais un peu de retenue dis-donc!!!

L”institut hors prix ce trouve à Zalka…

oops… coiffure de mariage…. a la cruella liban

Toujours a Zalka… les Scarbineh brillantes et Haute Haute Haute!!!

ehhh la c’est l’horreur totale, pas tant qu’aux prix qui sont passables, mais au MODELS!!!

Louboutin et gaga bi rasskoun!!! ce ne sont pas des talons , ce sont des pièces qui tuent!!! si je donne un coup de pied a quelqu’un avec un double semelle et des talons pareils (minimum trouvable 10 cm ) je serais arrêtée!!!

les talons pour mariage….. Souk el zalka en offre une panoplie!!!!

Les Zaffehs!!! 

ahhh, j’oublie les zaffehs, Rita, tu ne veux pas de zaffeh??? euh si j’adore!! mais pourquoi pas par des gens qui nous connaissent?? c’est pas le but d’une zaffeh?? avoir des personnes qui aiment les maries, et qui vont chanter et danser pour eux??

j’adorerais que des gens que j’aime chantent, jouent un instrument, ou dansent pour moi!!! cela serait un tres beau cadeau!!! et c’est comme ca que ca se faisait!!!!!!  sinon je pourrais appeler Jennifer Lopez, et chakira!! je suis Fan!

zaffeh… la troupe de danse traditionnelle libanaise

mais des gens que je ne connais pas?! euh… je deviendrais danseuse pour leur show! et leur “PORTEFOLIO”….oui, ils auront fait de la pub pour eux, dans un des grands mariage libanais, et ils ajoutent cela a leur carnet!! (el 3ariss jeyeh men franssa, w hiyeh ketbeh!) et walla… ana men achkout, w rodz  men deyr dourit….

Un violoniste connu pour 20 minutes prend la modique somme de 2500$… je ne l’ai pas appele, mon amie, docteure a l’universite l’a appele pour son mariage, il gagne plus qu’elle !!!!!

un triple salaire mensuel au Liban…. Mariage me dites-vous?!! mais c’est écoeurant!!

Violonistes au Liban… une panoplie trouvable sur Youtube

hummm… les restaurants et hotels? pour un mariage, tous les prix grimpent et changent… quant aux things to add… oulalalalaaaa… je pense que mon cheri va avoir lui même des cheveux blancs!

il a tellement entendu, sorry monsieur, cela c’est du extra pas dans l’offre!

Les Wedding Loans??? Une autre histoire au Liban…

oui au Liban, pour pouvoir faire un mariage les banques offrent des produits pour mariage! les wedding loans! pour moi prendre un prêt pour une journée et soirée, est une aberration… certains trouvent que c’est nécessaire….

voila quelques avis dont certains différents du mien trouvés sur le blog de E-Mabrouk:

“i don’t agree with you rami, not everyone in these days can make a wedding in lebanon…the minimum needed to make a wedding in lebanon bypassed the average of 20.000$…if we choose a normal wedding dresse, a normal zaffe,a normal photographer,ordinary cars, very small venue….these days the couples should work years just to make a wedding in lebanon which will pass in 24 hour as maximum….
LalousNovember 30, 2011 – 23:46

🙂 I like what’s happening below. From my point of view, I think the couple should not spend more than their in-hand budget and they shouldn’t take a loan for it; I think it’s weird to have loans for weddings! Besides, I will marry once in my life and I want it to be a great wedding but in the same time I won’t spend more that I can do. I will do whatever I can with my budget.
By the way, I think Lebanon is the best place on earth to make wedding in it. You can have a very small wedding and up ten million dollar wedding.

RamiNovember 28, 2011 – 16:26

honestly i disagree with Anna because we come life once and we get marry once, and the wedding in Lebanon became something very lovely to do and the couple must enjoy this event and spend all what they can to make it an unforgettable day. We have the finest wedding Zaffe in lebanon, finest wedding dresses in lebanon, finest wedding flowers in lebanon, finest wedding photographer in lebanon,finest wedding cars in lebanon…etc…so we need to take advantage from all of that…at least i will do that for myself when i get married 🙂

Rasha80November 27, 2011 – 23:32″

…..

Oui oui… les gens au Liban prennent un prêt pour se marier!!! certaines banques à hauteur de 30 000$ d’autres dans les 15 000$ ;

il faut dire que tout restaurant a besoin d’un premier payement de 15000$ juste pour garder la date libre….  mais oh jeunes gens, emprunter de l’argent pour une soirée?! ?! ?! oh la la

et vous serez avec Votre Famille et Amis proches!!!!

deux exmples de prets bancaires pour mariage au Liban byblos bank et la Libano francaise…

ceci mis à part…. je ne peux que dire qu’il y a de bons moments quand même…

les billets suivants montrent les steps by steps que nous suivons…. et qui nous font plaisir !!! car des moments pareils ne sont vivables qu’une fois!

Aussi je mettrais le nom et addresses des gens professionnels qui nous ont plu!! pas de ceux qui arnaquent a tout bout de champ!!

et pour ceux qui le veulent un guide pour les mariages va suivre!!!

Rita (z bride to be)

Read Full Post »

chers et chères ,

n’hésitez pas a acquérir le nouveau spécial  2012 en ventes dans les librairies,

avec cette fois ci un dossier spécial sur la participation des ONGs au Garden Show.

Le rôle du CRTDA est souligne, la foule et l’activisme nous encouragent a dire Oui aux Droits des citoyens et Citoyennes!!!

droits des femmes les causes sociales font foule au garden show par RITA CHEMALY

L’article de Rita Chemaly a lire dans le Special en vente dans les Librairies, sur les causes sociales et le droit des femmes au Garden Show et Spring festival de Beyrouth

Read Full Post »

Dans l’austérité des casernes de police, après qu’on leur a intimé l’ordre de se déshabiller puis de se pencher en avant ou de s’accroupir, ils sont contraints de soumettre leurs parties anales à l’examen d’un médecin pour déterminer leur orientation sexuelle. Ils ? Des individus suspectés d’homosexualité, punie par la loi au Liban, pourtant jugé plus tolérant que d’autres pays arabes.

Cette pratique humiliante, connue dans les milieux homosexuels mais ignorée du grand public, vient d’être dénoncée par plusieurs associations libanaises. “Nous avons brisé le silence”, dit Nizar Saghieh, avocat engagé dans de nombreux combats de la société civile et fondateur de l’ONG L’Agenda juridique, à l’origine de la conférence organisée fin mai à Beyrouth sur ces “examens de la honte”.

Tout est parti, raconte l’avocat, du calvaire de trois jeunes hommes interpellés en avril près du domicile beyrouthin d’un leader politique libanais. Espions, comploteurs, militants politiques ? Rien de cela, révèle l’interrogatoire. L’affaire aurait dû s’arrêter là. Seulement, l’un des suspects est jugé efféminé par les forces de sécurité. Les trois camarades sont donc conduits à un autre poste de police de la capitale, spécialisé dans les affaires de moeurs, et soumis à un test anal pour déterminer leur homosexualité – après une nuit en garde à vue. “Ces jeunes hommes n’avaient rien fait de suspect, ce qui souligne le caractère aberrant de cette méthode”, note M. Saghieh.

D’autant que les tests, qui ne peuvent en théorie être effectués que sur autorisation du procureur, n’ont aucune valeur scientifique. “Les médecins légistes reconnaissent que la forme de l’anus ne constitue pas une preuve déterminante ni suffisante [d’homosexualité]. Selon eux, seule la présence de sperme dans ces parties peut prouver l’acte [sexuel] ; or cela suppose une pénétration non protégée. Dans les faits, les médecins se contentent de prendre des photos de l’anus, ce qui rend leur expertise d’une incertitude totale, tout en constituant une atteinte aussi inutile qu’immorale”, poursuit l’avocat.

Alors, pourquoi maintenir ces tests si, outre leur caractère dégradant, ils n’ont aucune valeur ? “Il y a quelque chose de pervers, une jouissance malsaine à soumettre de présumés homosexuels à de tels examens”, estime Alexandre Paulikevitch, artiste et activiste de la société civile. Selon lui, les efforts pour dénoncer les pratiques qui ont cours dans les casernes de police doivent “aller plus loin. D’autres techniques d’humiliation sont utilisées pour briser les homosexuels, au-delà des tests anaux”.

On cherche à avilir, mais aussi à intimider : c’est l’accusation portée par les différentes associations qui ont pris part à la conférence sur les “examens de la honte”. Pour Human Rights Watch, qui a documenté des sévices similaires infligés en Egypte après des arrestations massives dans une boîte de nuit gay en 2001, les tests anaux équivalent à des “actes de torture”. M. Saghieh met en cause les pressions exercées : “La police veut donner l’impression qu’elle a les moyens de savoir. L’expertise du médecin sert principalement à intimider le suspect et à l’amener à avouer, en faisant valoir que, si l’homosexualité est découverte lors de l’examen, la sanction encourue sera plus sévère.”

Pour L’Agenda juridique, la campagne de mobilisation ne s’arrête pas là. Fin juin, c’est sur les tests de virginité que l’ONG veut porter la lumière. Leurs principales victimes ? Les femmes soupçonnées de prostitution. Ils sont aussi réalisés lors de plaintes, quand un homme est accusé d’avoir eu une relation sexuelle avec une jeune femme non mariée, “la plupart du temps à l’initiative de la famille de celle-ci, pour lancer une poursuite en cas de promesse de mariage non tenue, explique Nizar Saghieh. Dans les deux cas, tests de virginité ou tests pour déterminer l’homosexualité, il y a une grave atteinte à l’intimité et à l’intégrité physique de la personne et… aucune preuve”.

Si l’homophobie reste répandue au Liban, les révélations sur les “examens de la honte” ont suscité de nombreuses réactions d’indignation, notamment sur les réseaux sociaux. Les autorités, elles, sont restées silencieuses. Le tollé provoqué permettra-t-il d’ouvrir le débat sur la validité de l’article 534 relatif à l’homosexualité, qui punit les “relations sexuelles contre nature” ? “Il serait temps, considère Alexandre Paulikevitch. Les autres pays de la région font la révolution, et nous, au Liban, nous restons à discuter du maintien en vigueur de l’article 534.”

Laure Stéphan

source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/10/au-liban-les-examens-de-la-honte_1715656_3232.html

Read Full Post »

Le mouvement féministe au Liban cherche à assurer les pleins droits sociaux et politiques des femmes libanaises avant les élections de 2013. Leur vision : une sphère politique publique sans domination masculine, et où les femmes peuvent aussi être des actrices à part entières.

Sur la modification de la loi électorale, toujours en discussion et ce depuis 2005 et la première proposition faite par la Commission nationale présidée par M. Fouad Boutros, le mouvement féministe au Liban se mobilise via des réunions, des conférences de presses et la distribution de brochures expliquant l’importance de l’imposition d’un quota féminin temporairement.

Le rejet de la proposition de l’ancien ministre de l’intérieur et des municipalités Ziad Baroud d’un quota de 30% et l’approbation en 2010, par le Gouvernement d’un quota de 20% pour les élections municipales est amplement insuffisant aux dires des associations qui travaillent pour les droits des femmes au Liban.

Dans les faits, les femmes libanaises ont gagné après moult mobilisations la reforme de la loi électorale en 1953 qui a consacré leurs droits politiques. Mais vu les divers quotas confessionnels et géographiques qui existent au Liban, il est difficile aux femmes libanaises de percer le cercle de la domination masculine en politique.

D’ailleurs le plus grand nombre de femmes qui  ont joué ou jouent un rôle en politique, appartient à des grandes familles politiques, et ont hérité de leur poste, pour accéder à la sphère des affaires publiques libanaises amplement dominée par les hommes. (….) a lire la suite de l’article via ce lien…. droit des femmes libanaises rita chemaly participation politique quota et decision.

Rita Chemaly

Auteure et Chercheure en Sciences Politiques

Blog sur www.ritachemaly.wordpress.com.

For a list of all related articles in different languages:

Read Full Post »

Older Posts »

%d bloggers like this: