Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘aviation’

Si dans ses poèmes Abou el Nouwas célèbre l’homosexualité, dans la réalité, le sujet au Liban reste un tabou, pire le sujet est criminalisé par les lois pénales, et religieuses. A la lumière des lois et pratiques en vigueur, les homosexuels au Liban comme dans les pays arabes sont stigmatisés par les communautés religieuses, les groups de pairs, leur collègues au travail, les medias et surtout leur famille. D’ailleurs le mot arabe « chazz » « déviant » très longtemps utilisé par les medias, souligne la discrimination à laquelle font face les homosexuels dans la société.

Sur le plan des lois, au Liban, le Code Pénal libanais datant de 1943, stipule dans son article 534 que “les relations sexuelles contre nature sont punies d’emprisonnement pour une durée entre un mois et un an, et d’une amende entre 200 000 et un million de livres libanaises”. Dans les textes l’homophobie au Liban est pénalisée et surtout criminalisée, dans la pratique sociale, même parmi les étudiants, l’homophobie fait rage ; Un article publié par un jeune étudiant dans le Journal des étudiants de l’Université Américaine, Outlook,  renforce la stigmatisation et l’homophobie, et la parution d’un tel article montre combien le sujet est sensible et mal-compris dans la société; Dans les familles, le sujet reste un tabou ; La société patriarcale libanaise, ne permet ni à l’homme ni à la femme de sortir du carcan des rôles sociaux attribués à chacun. De plus l’homme et la femme ne peuvent pas enfreindre les rôles prédéterminés par la société et les “bonnes mœurs” sans être considérés comme des parias. Dans la société, la discrimination via les femmes sont multiples, surtout envers les femmes célibataires. Une femme ne se complète que via un mariage et des enfants; Les personnes homosexuelles sont donc stigmatisées. Aussi, dans les familles, beaucoup parlent de l’homosexualité comme d’une maladie…

Quelques avancées sont à noter. Récemment et plus précisément depuis le début de l’année 2012, la blogosphère libanaise a vu fleurir des blogs anonymes pour la plupart d’homosexuels vivant au Liban. Le but d’un des blogs et de relater la vie de jeunes qui vivent dans un pays ou l’homosexualité est plus qu’un tabou, elle est un crime.  L’exemple tout en couleur est celui de « Alloush » et « Zouzou » un blog qui  se veut un blog de deux meilleurs amis  homosexuels qui racontent leur “simple” vie de tous les jours au “Liban”. Le blog se nomme Homos libnani, un jeu de mot, entre le célèbre pois chiche libanais et l’acronyme d’homosexuel ;

MEEM la communaute qui questionne la sexualite au Liban

MEEM la communauté qui questionne la sexualité au Liban

Aussi, le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban, relate des histoires vraies de femmes homosexuelles au Liban. Sous forme de lettres cachetées et anonymes, 41 lesbiennes, bisexuelles ou transsexuelles, âgées d’une trentaine d’années témoignent dans ce livre de leur calvaire né de l’incompréhension de la société qui ne reconnait pas leurs droits et du refus de leur famille d’accepter et même de tolérer leur orientation sexuelle. Des récits poignants qui racontent les difficultés de réconcilier la religion, la sexualité, le « standing » et la respectabilité des familles, la colère et la violence des parents ou des frères ; Effarant, un témoignage relate aussi un cas de viol.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Le célèbre ouvrage « Bareed Mista3jil », « Courrier urgent » préparé pendant 3 ans par MEEM, une organisation qui apporte son soutien aux lesbiennes et transsexuelles du Liban.

Si les lois qui touchent à l’orientation sexuelle sont iniques et obsolètes au Liban, une polémique a pris forme récemment suite à l’arrestation de 36 hommes dans un cinéma d’un quartier populaire à Beyrouth lors de la projection d’un film pornographique.  Les hommes ont été obligés de subir des « tests anaux », les « tests de la honte » tels que les activistes les ont nommés. Les autorités prétextent que de tels tests aident à établir l’orientation sexuelle des personnes arrêtées et soupçonnées d’homosexualité. Pire que les lois, les pratiques pour « dépister » l’homosexualité touchent à la dignité humaine.

D’ailleurs une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux. Les manifestants ont ironisé en parlant de « viol médico-légal ». Les manifestants femmes, hommes et enfants ont brandi des pancartes et ont hurlé des slogans demandant à l’Etat de respecter la liberté sexuelle, les corps des citoyens et citoyennes et d’arrêter les humiliants examens, physiques et psychologiques. Ils ont fait la « sourde oreille » aux remarques déplaisantes de certains passants. Rétorquant simplement… les tests sont des viols, des viols légaux honteux et révoltants.

Une  manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

Une manifestation de soutien a eu lieu le samedi 11 août 2012 devant le palais de la Justice. Une centaine de jeunes activistes, se sont virulemment opposés aux tests de virginités encore appliqués dans certains cas sur des femmes, et contre les tests annaux.

HELEM l’association première en son genre dans le monde arabe et qui défend les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres a haussé le ton lors de la manifestation via des pancartes et T-shirts qui ont crûment représenté les tests qui sont infligés aux personnes arrêtées. Des tests qui n’ont aucune valeur scientifique et que l’Ordre des médecins a déclaré illégaux. Des tests qui ne respectent point la dignité humaine, ni l’intégrité physique et morale des détenus hommes ou femmes. En un mot, comme le résume la pancarte de la manifestation, des tests honteux.

Helem ... une association qui protege les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Helem … une association qui protège les personnes homosexuelles au Liban http://www.helem.net/

Une lueur d’espoir nait du scandale des tests : toute forme de bigoterie et racisme est dénoncée, notamment sur la page du « Lebanese LGBT Media Monitor », les médias et notamment les émissions télévisées sont passées au crible fin, et toute émission et ou présentateur qui prônent l’homophobie sont virulemment pointé du doigt. Des lettres électroniques sont adressées aux responsables. Le message clair du Syndicat des médecins est salué sur les pages des medias sociaux et dans les divers blogs ; La Troisième Voix pour le Liban » (3V) le Think tank en ligne qui rassemble divers experts, a préparé et publié un texte  montrant l’anticonstitutionnalité des dispositions de l’article 534 du Code Pénal.

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace...

Lebanese LGBT media monitor est une page sur Facebook qui suit les medias a la trace…

Les réactions de la communauté homosexuelle au Liban, des activistes de la société civile, et de certains des grands medias qui ont passé en boucle dans leur introduction au Journal du soir le mot honte, et ont souligné l’aspect révoltant des tests montrent une avancée minime soit-elle vers la dépénalisation de l’homosexualité au moins dans l’esprit d’une partie de la conscience sociétale. Dans l’espoir de voir le code Pénal amendé, il est important que tous et toutes se mobilisent pour la liberté sexuelle et le respect des communautés marginalisées dans un pays ou le qu’en dira-t-on et les tabous priment.

Rita CHEMALY

Auteure et Chercheure en Sciences Politiques

Blog sur : http://www.ritachemaly.wordpress.com

 

Read Full Post »

j’ai lu le texte  ci dessous sur Facebook, chez un ami français; Je ne suis pas d’accord avec les stipulations du texte, même si je comprends le “background” social, culturel, cultuel de ceux qui l’ont écrit; moi aussi je partage le même “background” mais j’ai appris à affronter des normes qui m’ont ete inculquées, et que je pense pouvoir dépoussiérer et “astiquer” pour faire de ma vie et de celle de mon entourage, un monde meilleur.

Le mariage comme institution a mon avis évolue, et il est nécessaire de faire évoluer cette institution qui crée des familles si nous voulons que la société évolue aussi;

je ne suis pas sure que les enfants voulus soient maltraités, ou pire qu’ils n’aient pas de repères familiaux, si leur famille les veut, et est prête a tout pour les avoir;

faire des enfants n’est pas facile, médicalement, pour des personnes du même sexe ou pour des heteros, médicalement, le traitement est long, douloureux, angoissant….

défense de l’enfance? en interdisant l’adoption par des parents du même sexe? pourquoi? l’Amour est-il une exception, qui n’existe que chez des parents heteros? la personne humaine ne peut-elle donner et vivre des moments familiaux et éduquer les enfants dans un cadre sain, protecteur, et respectueux, que dans une famille hetero?

je suis sure que ma réponse ne plairait absolument pas a mes amis, oui je le sais, a ma famille, aussi je le sais, a ma communauté , oui je le sais, a mes amis prêtres aussi je le sais, mais bon nombre des choses que j’ai prêche avant ne vous ont pas plu, un jour, en vivant l’Amour vous les avez tolèré, accepté, puis respecté …  voila, a nous maintenant de faire progresser des institutions qui devraient aider a créer des familles dignes de ce nom!

les choix personnels qui rendent heureux sont importants…. respectons ceux qui decident de le vivre et de tout faire pour le vivre.

la difficulté de faire des enfants pour ceux qui le veulent montre leur persévérance a créer des foyers ou l’amour peut naître, croître et se disséminer.

voila mon opinion.

Rita Chemaly

voila le texte que je reprend tel quel:

http://generationjusticepourtous.fr/qui-sommes-nous

Mariage pour tous, justice nulle part !

Lettre ouverte aux parlementaires français,

Nous avons moins de 30 ans. C’est nous qui hériterons de l’avenir que vous préparez aujourd’hui. Or, vous serez bientôt conduits à vous prononcer sur l’évolution du mariage, et votre décision comptera pour dessiner cet avenir ; aussi avons-nous notre mot à dire.

Vous pensez peut-être que l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe n’est pas d’une grande importance, et que d’autres sujets sérieux pourraient nous préoccuper. Nous sommes nés dans un monde en crise, et cette crise devrait être l’unique sujet d’inquiétude de notre génération. Mais nous pensons que la question du mariage en est l’un des aspects majeurs. C’est cette inquiétude qui nous pousse à parler, et elle seule : nous refusons une réforme qui ne pourra qu’aggraver la précarité des équilibres sociaux, et dont les plus jeunes seront les premières victimes.

Toutes les formes de la crise que nous traversons sont le résultat d’une même rupture. Au nom du «progrès» et de la consommation conquérante, l’individualisme de nos sociétés occidentales a partout produit l’affaiblissement des repères fondamentaux. Il y a trente ans, dans le monde de l’économie, appeler à la mesure dans la consommation ou au respect de la nature vous valait d’être considéré comme un rétrograde ou un marginal. Aujourd’hui, c’est une nouvelle forme de dérégulation qui s’annonce, cette fois-ci en matière de droit de la famille : une petite minorité, munie des armes classiques du lobbying politique et médiatique, martèle que la structure ancestrale de la famille, fondée sur l’alliance complémentaire d’un homme et d’une femme, doit être dépassée. Elle exige, sous prétexte de «progressisme», qu’on adapte la définition de la famille à la mesure de son désir, qu’elle prétend, à tort, partagé par toutes les personnes homosexuelles. Et qu’on lui cède, sans discussion, des enfants adoptés, ou fabriqués pour l’occasion s’il venait à en manquer.

Les voix qui alertent ne manquent pas. Des juristes, qui appellent à la prudence avant de bouleverser le socle même du droit de la famille et de la filiation. Des associations d’enfants adoptés, qui, avec les psychologues et les pédopsychiatres, s’inquiètent des conséquences sur les enfants. Des psychanalystes, qui rappellent combien la différence des sexes est nécessaire à la construction des personnalités et des sociétés. Tout cela est balayé d’un revers de main. Ceux qui doutent de cette réforme sont taxés de passéisme. Et pourtant, les rétrogrades ne sont pas où l’on croit : au nom des vieilles revendications d’une idéologie dépassée, certains voudraient refuser un débat nécessaire, et écarter ces voix qui pointent le risque pour les générations futures – pour notre avenir ! Mais comment accepter que le principe de précaution s’applique pour la défense de l’environnement, et non lorsqu’il s’agit de nos enfants ?

Nous ne parlons au nom d’aucun conservatisme, d’aucune haine. Nous serons les premiers à le rappeler, toute personne doit être respectée dans sa dignité ; et nous espérons que notre jeunesse saura toujours se révolter contre le mépris, l’intolérance et la discrimination. L’injustice est scandaleuse quand elle touche les personnes homosexuelles ; mais elle ne l’est pas moins quand elle atteint les enfants. Affirmer que la société doit offrir à chaque jeune, autant qu’il est possible, de grandir avec un père et une mère ; que c’est le bien des plus petits qui doit être notre première préoccupation ; que le droit ne peut réinventer les liens de filiation pour satisfaire le désir des adultes – rien de tout cela n’est homophobe !

Nous voulons parler pour les plus vulnérables d’entre nous. Les jeunes, dans notre pays, sont touchés de plein fouet par la précarité ; comme partout, quand la crise frappe, c’est vers leur famille qu’ils se tournent. Dans les années d’épreuve qui s’annoncent pour notre génération, dans l’instabilité du monde qui vient, nous aurons plus que jamais besoin de la stabilité des repères familiaux. Le bouleversement que susciteraient ces filiations artificielles, séparées de la complémentarité des sexes, fragiliserait définitivement la structure la plus nécessaire. Le mariage pour tous, c’est, en fin de compte, la famille pour personne. C’est le législateur qui fuit son rôle, parce qu’il abandonne, au nom d’un faux progrès, la norme et le bien communs. C’est la république qui perd du terrain, au profit de l’individualisme consumériste et du communautarisme identitaire. Et quand le terrain perdu est celui de la famille, alors, le perdant, c’est l’enfant. Nous ne pouvons prendre ce risque ; nous comptons sur vous !

Les mille premiers signataires sur www.generationjusticepourtous.fr

Read Full Post »

Chers,

Christine Delphy sera au Liban pour une conférence débat sur le Patriarcat….

la conférence aura lieu a Science Po, Campus de Huvelin le Mercredi 12 decembre a 2heures de l’après midi.

soyez Nombreux!

Rita Chemaly

Ci dessous une biographie succincte trouvée en ligne sur Christine delphy, celle qui a ete la compagne de Simone de Beauvoir!

Christine Delphy est l’une des principales intellectuelles féministes françaises.
Elle a participé en 1968 à la construction de l’un des groupes fondateurs du Mouvement de libération des femmes.

Auteure de « L’ennemi principal », une collection d’essais sur la théorie du féminisme, Christine Delphy met en avant le travail domestique comme lien fondamental entre l’expérience quotidienne des femmes et les structures économiques du capitalisme. Elle développe une théorie selon laquelle les hommes exploitent leurs compagnes ou épouses en profitant du travail gratuit de celles-ci (ménage, soins aux enfants, etc.). Ainsi la société serait basée sur deux dynamiques parallèles – un mode de production capitaliste et un mode de production patriarcal (ou domestique). Cette théorie a eu une influence politique très considérable, notamment dans les milieux de militantes féministes.

Elle a fondé les revues Questions féministes et Nouvelles Questions Féministes avec Simone de Beauvoir (qu’elle codirige toujours actuellement). Elle est l’une des représentantes du féminisme matérialiste (s’opposant à l’essentialisme) avec Monique Wittig, Colette Guillaumin, Nicole-Claude Mathieu, Paola Tabet…
Elle distingue d’autres nuances dans le féminisme, notamment le courant « différentialiste ».

En 2004 elle est connue comme appartenant à la minorité des féministes qui s’opposèrent à la loi qui interdisait le foulard musulman à l’école. Elle a écrit plusieurs articles sur le sujet, dont “Race, caste et genre en France » qui analyse l’oppression des populations maghrébines puis de leurs enfants.

“Violence d’en haut, puissance d’en bas” est le titre du congrès Marx de 2004 dont est issu le recueil, édité par Jacques Bidet qui rassemble toutes les communications en plénière de ce congrès.

Bibliographie partielle:

• L’Ennemi principal 1, Économie politique du patriarcat, Syllepse, “Nouvelles Questions féministes”, 1998.
• L’Ennemi principal 2, Penser le genre, Syllepse, “Nouvelles Questions féministes”, 2001.
• Avec Sylvie Chaperon (dir.), Le Cinquantenaire du Deuxième Sexe, Syllepse, 2002.
• Classer, dominer, Qui sont les “autres” ?, La Fabrique, 2008

Read Full Post »

At an efficient salon severed coils of hair never remain on the floor for long. The strands are promptly swept up and binned, the matter given fleeting, if even that, notice by the average customer.

However, of late a number of hair donation drives have drawn attention to an alternative ending for your chopped locks.

Tony el-Mendelek sums up his hair salon’s latest initiative succinctly: “You donate for a good cause, and you change your look at the same time.”

“Cut for a Cause” is a weeklong drive, run through the prominent hairdresser’s salon in Dabayyeh, to collect human hair for use in the manufacture of wigs for young cancer patients, who often lose their hair as a result of chemotherapy treatments.

Mendelek and his team are offering a haircut free of charge to clients who agree to donate at least 10 cm of their hair to make wigs for young cancer patients. The hairdresser intends giving the collected hair to the Children’s Cancer Center of Lebanon at the AUB medical center in Hamra.

According to Karen Khoury, public relations and communications manager for the center, CCCL, which treats children from a few months old up to 18 years, is “looking forward to receiving the donation but notes that it has not yet been confirmed.”

CCCL collects raw hair in 10-15 cm long ponytails and passes it along to a supplier who makes wigs for free for the center’s patients.

Discussing his motivation for undertaking this initiative, Mendelek told The Daily Star that “we as a team felt the urgency of this cause,” adding that his daughter was in fact the one that came up with the idea for the hair drive.

So far, he said, more than 10 clients have donated hair, with some individuals, very excited by the cause, allowing the hairdresser to cut 20-30 centimeters of their hair, and, in the process, completely transform their look.

The drive began last Saturday and is ongoing for one week, ending Nov. 3. All donors have to do to participate is contact the salon, state their intention to contribute to this initiative, and make an appointment.

As far as he is aware, Mendelek is the first independent hairdresser in Lebanon to offer cuts for free in exchange for hair donations; however, since November 2009, Cross Talk, a Christian ecumenical education NGO, has been accepting raw hair donations.

Rania Nasrallah, president of the NGO, says the organization receives at least one hair donation per week. Donors attend their regular hairdresser, get their hair cut and save at least 10 cm to contribute to Cross Talk, who in turn passes the hair along to CCCL.

This year, on Sept. 30 Cross Talk held a one-day donation drive at the Royal Hotel Dabbayeh, teaming up with 10 hairdressers to offer free cuts in exchange for donations.

Nasrallah says the event was an overwhelming success. “Eighty people donated, and almost half [of those] donated more than 25 cm,” she told The Daily Star, adding that one generous participant had donated 50 cm of hair.

Recently the organization has also had donors from overseas, who have heard about Cross Talk’s initiative through the media. Nasrallah mentions a woman from the United States, who saved hair from her haircut and brought it with her to Lebanon to donate. Another woman from Qatar, donated her children’s hair here, she adds.

Hair donations can be dropped off at Cross Talk’s centers in Broumanna, Hamra or Rabieh, Nasrallah adds. – With additional reporting by Dana Khraiche

For more information on Tony el-Mendelek’s offer contact 04-544-440 or 04-540-541.
November 03, 2012

By Niamh Fleming-Farrell

The Daily Star

Read more: http://www.dailystar.com.lb/Culture/Lifestyle/2012/Nov-03/193688-cut-for-a-cause-donating-hair-to-cancer-patients.ashx#ixzz2BHgLZcdG
(The Daily Star :: Lebanon News :: http://www.dailystar.com.lb)

 

Read Full Post »

I hate to see such messages on my feeds:

I have covered the user’s name maybe they’ll be more mature in there comments next time,

in such difficult times, LEBANESE should all WORK together for PEACE !!!  And the RULE OF LAW;

after Beirut explosion, that my colleagues and I heard from museum square while having lunch,

I was on twitter, Facebook and internet to follow what happened;

we now know that this is an explosion, political or not I don’t care:

it is important to reduce risks for those who were injured:

this is what I propose:

1- donating blood: in all Beirut Hospitals for those who were injured

2- keep calm and let the inquirers find out what happened;

3- mobilise for those who lost their homes, cars and assets with such an explosion…

4- Leave the scene for Red cross and defense! .. observers can you evacuate the scene ? and let people do their work and save Lives??

hatred message among diverse Lebanese will not help in constructing a COUNTRY!!

May God help all those who were injured,

RITA CHEMALY

Read Full Post »

Une petite phrase qui peut passer inaperçue, dans un gros paragraphe de l’article du quotidien l’Orient d’Avril 2012 ( le 21 avril 2012 plus précisement).

Si les décisions adoptées hier par le Conseil des ministres ordinaire réuni au Sérail sous la présidence de Nagib Mikati (confirmer le prix de la « rabta » de pain à 1 500 LL après une très longue discussion sur le prix du blé ; amender la loi sur le contrat de location et allonger le congé maternité qui passe de 40 jours à 10 semaines…) restent relativement importantes, ce n’est pas ce que l’on retiendra de la réunion d’hier, mais plutôt les commentaires du Premier ministre sur les trois jours de débats de politique générale suivis du vote de confiance, dans la nuit de jeudi à vendredi, au Parlement. ”

Le Conseil des ministres a, en Avril 2012, donné son Accord sur l’allongement du CONGé maternité a 10 semaines!

oui…. cela reste une avancée, même si incomplète… le projet est un Projet de loi presenté par des parlementaires, au Parlement… donc la nécessité d’un vote en session plénière est de rigueur!

Alors, chers parlementaires, chers “metteurs de l’agenda des sessions parlementaires plénières”, Bougez vous, et mettez s’il vous plait l’amendement du Code du travail( article 28-29) et celui des fonctionnaires (article 38) sur l’Agenda de notre chère Eminente Assemblée!

les députés doivent légiférer!! et créer des lois Justes et équitables pour le  bien être des Femmes et citoyennes libanaises, au lieu de se perdre dans des discussions politiques futiles.

Les femmes attendent!! Notamment celles qui attendent de futurs petits et ptites citoyennes!!

Rita Chemaly….

ps: regardez en dessous même le titre de l’article nous induit en erreur… au lieu de créer et amender des lois, les discussions politiques  politiciennes nous perdent!!!

Avis aux Citoyens! Bougez!

Rita future Bride to be! et mum to be iza allah rad

 

 

Mikati : Certaines interventions au Parlement ont dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive

Si les décisions adoptées hier par le Conseil des ministres ordinaire réuni au Sérail sous la présidence de Nagib Mikati (confirmer le prix de la « rabta » de pain à 1 500 LL après une très longue discussion sur le prix du blé ; amender la loi sur le contrat de location et allonger le congé maternité qui passe de 40 jours à 10 semaines…) restent relativement importantes, ce n’est pas ce que l’on retiendra de la réunion d’hier, mais plutôt les commentaires du Premier ministre sur les trois jours de débats de politique générale suivis du vote de confiance, dans la nuit de jeudi à vendredi, au Parlement.
« La confiance réaccordée au gouvernement doit être un tremplin vers davantage de solidarité au sein du cabinet et davantage de travail pour mener à bien la mission qui est la nôtre », a dit le ministre de l’Information p.i. Waël Bou Faour citant Nagib Mikati. Ce dernier a jugé que « certaines interventions ont dépassé les limites d’une opposition responsable et constructive », estimant toutefois que les remarques et autres idées des députés « doivent être prises en considération et étudiées par les ministres ». M. Mikati a tenu à insister sur la coopération entre législatif et exécutif, invitant les ministres « à ne pas être influencés par les critiques, même si elles étaient parfois illogiques, à y répondre scientifiquement et à traiter avec l’ensemble des citoyens, sans exception aucune », quelle que soit leur appartenance communautaire, en allusion aux critiques formulées dans l’hémicycle sur des pratiques anticoexistence et iniques exercées dans certains ministères.

« Le PM a rappelé que le gouvernement avait beaucoup à faire concernant le budget, les législatives de 2013, les nominations et les permutations, ainsi que sur les dossiers des ressources naturelles et de l’électricité. Il est persuadé que le cabinet va être de nouveau à la hauteur de la confiance des députés », a poursuivi le ministre Bou Faour, qui a révélé qu’un débat a eu lieu sur ces séances parlementaires. « Nous nous sommes entendus sur la nécessité de réduire les tensions et les atteintes à l’unité nationale », a-t-il dit, avant d’évoquer un compte rendu sur la situation des hôpitaux publics par le ministre de la Santé – un sujet auquel le Conseil des ministres consacrera une séance spéciale. De même, le ministre de l’Économie Nicolas Nahas a évoqué le dialogue en cours avec le syndicat des boulangers, proposant « trois solutions ». Il a été chargé de discuter davantage avec le syndicat.

Bou Faour : Il n’y a « rien » à fêter…
Enfin, Waël Bou Faour, dans une discussion avec les journalistes, s’est arrêté sur une « information rapportée par les médias selon laquelle le PM a offert de la knefé aux ministres pour fêter le résultat du vote de confiance ». « M. Mikati est généreux, surtout avec les produits de Tripoli, mais le sujet ne prête pas à la plaisanterie : il n’y a rien à fêter concernant ce vote de confiance », a-t-il affirmé, tout en remerciant les députés de l’avoir accordée. « Rien à fêter parce que l’intensité des crispations et des tensions et certains discours sectaires ne laissent présager rien de bon, et cette limite jamais atteinte jette, je le pense, des poids supplémentaires sur les épaules du gouvernement. Ce qui s’est passé prouve que ce gouvernement bénéficie encore de la majorité, mais la stabilité a de quoi s’inquiéter », a-t-il mis en garde.

Source l’Orient le Jour 21 avril 2012

Read Full Post »

طائرةٌ هبطت
في دمشق

(SAFIR)

سحر مندور

كان لي صديقٌ على متن تلك الطائرة الفرنسية، التي أعلنت في ذاك النهار المخطوف انها ستتجه بركابها إلى عمّان. بيب بيب. رسالةٌ تصل من هاتف الصديق: «ماذا يجري؟! لقد هبطنا في مطار دمشق!». قرأ اسم المطار، قبل أن يأمر طاقم الطائرة الركاب بإقفال النوافذ: الخارج لم يعد مرتعاً للنظر. قرأنا اسم المطار، فجمدت رقابنا، غزاها إحساسٌ مثلجٌ كالموت وحار كنمل النار. «مطار دمشق!».. كانقطاع النفس. الطائرة تملأ خزانها بالوقود في دمشق، بينما المفاوضات جارية مع السلطات السورية والأردنية. طلب الكابتن من الركاب الـ 174 جمع مبلغ قيمته 17 ألف دولار، لغياب اتفاق التموين بين شركة الطائرة ومطار دمشق. تسري الهمهمات، يجهّز المسافرون نقودهم، قبل أن يعلن الكابتن أن السلطات في عمّان دفعت الكلفة. حاملة الوقود تظهر أسفل الطائرة. ركّاب الدرجة الأولى يخبرون لاحقاً عن رجلي أمن، صعدا إلى الطائرة، طلبا كشفاً بأسماء المسافرين، دققا فيه لمدة تخطّت الساعة. الطائرة بقيت في مطار دمشق الدولي لساعتين ونصف الساعة. غريب قول الوزير الفرنسي لاحقاً بأن الطائرة كانت تحوي سفيراً فرنسياً وشخصيات لبنانية معارضة، فـ«تخيلوا للحظة لو أن السلطات السورية قامت بتفتيش الطائرة للتحقق من الركاب». غريب قوله هذا، فالرجلان فنّدا لائحة الأسماء. والغريب أيضاً هو ما نشرته صحيفة فرنسية حول كون الطيّارين القائدين للرحلة، يأتيان من خلفية عسكرية. وتقول الصحيفة ان الطيار وجّه رسالة استغاثة عندما اكتشف (!) أن وقوده شارف على الانتهاء، بعدما ابتعد عن قبرص ولم يصل عمّان بعد. فقرر الهبوط فوق سطح الماء. رأى صديقي الطائرة تكاد تلامس مياه المتوسط، لانخفاض ارتفاعها فوقه. لكنه عاد ونزل بها في مطار دمشق. ساعتان ونصف الساعة. سنقلع بعد قليل. الطيّار يعلن سؤال اللحظة: عمّان أو قبرص؟ الركاب هادئون. خائفون، كلٌّ في مقعده. انتظروا القرار. واتخذ القرار. قبرص. أقلعت الطائرة، وبدأت القلوب والهواتف تهدأ. تنفسنا الصعداء، لكن الاطمئنان فاكهةٌ ممنوعة. نصف ساعة تحليق دائري فوق قبرص. لماذا؟ الطائرة تنتظر إذناً بالهبوط. غريبة هذه القصة. ألم يحصلوا عليه قبل الإقلاع؟ كيف يتصرفون؟ أو، بشكل أدق، ماذا يفعلون؟ لو لم يكن للركاب عيونٌ وآذان، لما عرفنا أكثر مما أعلنه مطار بيروت. وعندما تكون الأحداث كذلك، يعرف المرء أنه لا يرى أكثر من أعلى رأس جبل الجليد. لماذا يقع الأمن تماماً في يوم، ولماذا ينهض معافى في اليوم التالي، ولماذا يموت 11 لبنانياً في سوريا ثم يبعثون، ولماذا يُخطف الناس ثم يُنسون، ولماذا تغط طائرة فرنسية في دمشق المحاصرة أوروبياً، ولماذا لا تحطّ في بيروت… كأن الحياة الآن وهنا، تمضي على مستويات مختلفة. لنا منها السطح وانفعالاته، بينما للقصص سياقات أخرى. قليلةٌ هي وسائلنا في التماس اليوم، مهما انفعلنا وأبدينا وأكّدنا وتبجحنا. نلهث خلف المعرفة، وتأتينا ظواهر لتهين معارفنا القليلة. ظواهر وقحة فعلاً.. كطائرةٍ هبطت في دمشق

Un vol Air France pour Beyrouth dérouté pour des raisons de sécurité

Le Monde.fr avec AFP | 15.08.2012 à 22h38 • Mis à jour le 16.08.2012 à 09h11

aAFacebookTwitterGoogle +Linkedin

Un vol Air France parti de Paris pour Beyrouth, mercredi 15 août, a été dérouté dans un premier temps vers Amman, en Jordanie, en raison de la situation au Liban.

“Par précaution, Air France a dérouté le vol sur Amman, car les conditions de sécurité ne sont pas entières à Beyrouth”, notamment sur la route de l’aéroport, avait indiqué une porte-parole de la compagnie aérienne. Des manifestants chiites ont bloqué la route menant vers l’aéroport international Rafic Hariri en brûlant des pneus, selon une source aéroportuaire à Beyrouth.

Puis, faute de carburant, le vol a finalement été dérouté vers Damas, plus proche, mais pas vraiment plus sûre que Beyrouth actuellement, a ensuite précisé la compagnie aérienne, citée par BFM TV.

Lire : Pendant que les pneus brûlent au Liban…

La compagnie aérienne assure quatre vols quotidiens dans les deux sens entre la France et le Liban. Le vol concerné était le dernier de la journée, et le groupe n’était pas en mesure mercredi soir de dire ce qu’il adviendrait des vols de jeudi, car cela “dépend de la situation sur place”, a ajouté la porte-parole.

 

Avion d’Air France Paris-Beyrouth dérouté sur Damas : une “énorme bêtise” pour Fabius

http://www.lorientlejour.com/article/774042/Avion_dAir_France_Paris-Beyrouth_drout_sur_Damas_%3A_une_%22norme_btise%22_pour_Fabius.html

 

AFP | 18/08/2012 | 19h06

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a qualifié d'”énorme bêtise” la décision prise par Air France de dérouter sur Damas un avion faisant le trajet Paris-Beyrouth, selon des propos rapportés samedi par le quotidien le Parisien sur son site internet.
Air France avait dérouté mercredi soir un vol à destination de Beyrouth, en raison de troubles sur la route de l’aéroport Rafik Hariri. L’avion avait atterri à Damas, alors que la Syrie est en proie à une révolte populaire devenue conflit armé, qui a fait plus de 21.000 morts en 17 mois selon une ONG.

Après avoir fait le plein à Damas, l’avion avait atterri à l’aéroport chypriote de Larnaca, où les 174 passagers, parmi lesquels l’ambassadeur de France au Liban Patrice Paoli et des personnalités libanaises hostiles au régime de Bachar al-Assad, ont été pris en charge par la compagnie.

“Imaginez un instant que les autorités syriennes aient fouillé l’avion et vérifié les identités. C’était une énorme bêtise”, a souligné le ministre, qui a jugé la décision d’Air France “incompréhensible et dangereuse”.

Interrogé par l’AFP, le ministère des Affaires étrangères a indiqué samedi avoir demandé à Air France, dont une partie du capital est détenue par l’Etat français, des “compléments d’information” sur ce vol.

De son côté, un porte-parole de la compagnie aérienne a précisé qu'”Air France a eu des contacts permanents avec la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères tout au long du vol” et que “l’ambassadeur du Liban présent sur le vol a eu des échanges permanents avec l’équipage”.

Vol Air France dérouté: l’équipage a fait la quête pour le kérosène à Damas

http://www.lorientlejour.com/article/773677/Vol_Air_France_drout%3A_lquipage_a_fait_la_qute_pour_le_krosne__Damas.html

AFP | 16/08/2012 | 22h16

 

Des passagers du vol Paris-Beyrouth d’Air France, dérouté mercredi via Damas pour faire le plein avant de gagner Chypre, ont raconté que l’équipage avait commencé une quête auprès des passagers pour payer le kérosène avant de trouver une autre solution.
“On est descendu en Syrie, il y avait plein de soldats, il fallait baisser les rideaux des hublots, on a pensé qu’il y avait quelques problèmes et qu’ils n’avaient pas d’argent pour payer l’essence”, a déclaré à l’AFP Najib, un chef d’entreprise de 42 ans.

“Ils ont demandé si les passagers pouvaient contribuer pour pouvoir mettre le kérosène. Après ils ont résolu le problème”, a-t-il ajouté.

Air France a dérouté ce vol à destination de Beyrouth vers Chypre “par précaution” mercredi soir, des troubles ayant éclaté sur la route de l’aéroport Rafik Hariri. L’appareil avait du s’arrêter pour faire le plein à Damas avant d’atterrir à l’aéroport chypriote de Larnaca, où les passagers ont été pris en charge par la compagnie.

“A Damas, on a attendu un certain temps et il y a eu des tractations pour acheter du kérosène” car Air France n’assure plus de liaison actuellement sur Damas et “n’a donc pas de compte”, a raconté de son côté Roland, un ingénieur de 33 ans.

“Il a fallu négocier pour acheter du kérosène et dès qu’on en a récupéré suffisamment on a pu repartir pour Larnaca”, a-t-il ajouté.

La compagnie française, qui assurait trois liaisons hebdomadaires, avait annulé en mars 2012 ses vols pour Damas.

Selon un membre de la compagnie qui a tenu à garder l’anonymat, l’équipage a proposé de payer avec une carte de crédit, mais celle-ci ne pouvait être utilisée en raison des sanctions internationales visant le régime syrien. Il n’a pas précisé la solution trouvée pour payer le kérosène.

Le blocage de la route de l’aéroport de Beyrouth par les familles de onze pèlerins kidnappés en Syrie en mai par des rebelles, a conduit à dérouter l’avion vers Damas où la situation est bien plus grave.

Une guerre oppose l’armée de Bachar al-Assad à des rebelles, et ce conflit a fait plus de 23.000 morts en 17 mois selon une organisation syrienne.

“Ils ont éteint le système de navigation. Après ils ont dit qu’on allait se poser pour des raisons de sécurité à Amman, et après c’était la Syrie”, a ajouté Najib, le chef d’entreprise, indiquant avoir pensé à une prise d’otage quand il a été question d’attérir à Damas.

Ce déroutement s’est en effet révélé complexe, a-t-on appris auprès d’Air France.

“La situation s’est dégradée rapidement pendant la phase d’approche à Beyrouth, ce qui a conduit la compagnie à décider d’un déroutement sur Amman qui apparaissait alors comme la meilleure solution”, a expliqué le directeur de permanence à Air France, Pierre Caussade.

“Mais le commandement de bord n’a pas pu obtenir du contrôle aérien du secteur l’autorisation d’emprunter une trajectoire directe sur Amman. En fin de compte, avec le carburant restant, le seul aéroport à portée a été Damas”, a ajouté un commandant de bord, porte-parole des opérations aériennes de la compagnie.

L’avion a ainsi pu faire le plein en deux heures avant de repartir sur Chypre, avec ses 174 passagers et 11 membres d’équipage.

Ils ont finalement atterri à Beyrouth jeudi à 16H38 (14H38 GMT), soit environ 24 heures après leur départ, a déclaré une porte-parole de la compagnie précisant que “la desserte Paris-Beyrouth, avec deux vols quotidiens, reprend normalement à partir d’aujourd’hui”.

 

 

« L’emprunt d’argent aux passagers est prévu par la loi »

http://www.lorientlejour.com/article/773984/Lemprunt_dargent_aux_passagers_est_prvu_par_la_loi.html

18/08/2012

 

Le code des transports, qui regroupe les dispositions juridiques relatives aux transports en France, autorise le commandant d’un avion à emprunter de l’argent auprès des passagers « en cas de difficultés dans l’exécution de son mandat », a expliqué hier Air France, interrogée par l’AFP.
« Air France a acquitté elle-même ce plein, mais la compagnie ne souhaite pas entrer dans le détail de ce règlement », a déclaré une porte-parole.

La compagnie a procédé à « un recensement d’avoirs en liquide auprès des passagers à Damas, par anticipation et en cas de besoin », « une disposition prévue à l’article L6522-4 du code des transports », a-t-elle ajouté.
Le texte autorise le commandant de bord, « en cas de difficultés dans l’exécution de son mandat », à « emprunter les sommes indispensables » pour effectuer des réparations, « assurer la sécurité des personnes embarquées et la sauvegarde du fret » ou « engager du personnel supplémentaire pour la durée nécessaire à l’achèvement de la mission ».

Détournement du vol d’Air France sur Damas : les regrets de la compagnie…

18/08/2012

 

http://www.lorientlejour.com/article/773983/Dtournement_du_vol_dAir_France_sur_Damas%3A_les_regrets_de_la_compagnie….html

Nous avons reçu d’Air France le communiqué suivant au sujet du vol Paris-Beyrouth du 15 août :
« Air France réitère à ses clients ses plus sincères regrets pour les difficultés rencontrées à l’occasion du vol AF562 Paris-Beyrouth du 15 août 2012. La compagnie comprend pleinement leur mécontentement, mais tient à rappeler que, dans ce contexte exceptionnel, elle a eu pour seul objectif d’assurer la sécurité de ses passagers.
Pour rappel, le vol AF562 Paris-Beyrouth, opéré en Airbus A330, a décollé de l’aéroport Charles-de-Gaulle à 17h49 heure de Beyrouth/16h49 heure de Paris, avec à son bord 174 passagers et 11 membres d’équipage. La dégradation rapide de la situation sécuritaire à Beyrouth en début de soirée a conduit la compagnie, en liaison avec le commandant de bord, à décider le déroutement du vol vers Amman. Les routes aériennes habituelles entre Beyrouth et Amman se révélant indisponibles et compte tenu du carburant restant à bord, l’équipage a dû finalement décider de se poser à Damas.
Après une escale de 2 heures et 20 minutes, afin de procéder au ravitaillement en carburant et pendant lesquelles tous les passagers sont restés à bord, l’appareil a redécollé de Damas à 00h28 heure de Beyrouth/23h28 heure de Paris. Air France confirme avoir procédé auprès des passagers du vol au recensement des disponibilités en numéraire, les paiements de carburant devant s’effectuer uniquement en cash (argent liquide) à Damas. En définitive, Air France a pu acquitter le montant du plein de carburant et les passagers n’ont pas eu à avancer la moindre somme.
Compte tenu des incertitudes qui subsistaient sur les routes aériennes disponibles dans la région, la décision a été prise de diriger l’avion sur Larnaca (Chypre), où il s’est posé à 01h21 heure de Beyrouth/00h21 heure de Paris. Tous les passagers et l’équipage ont été hébergés et pris en charge par Air France à Nicosie.
Les passagers ont été acheminés en toute sécurité à Beyrouth le jeudi 16 août à 17h38 heure de Beyrouth/16h38 heure de Paris.
Air France déplore bien sincèrement cette situation et reste naturellement disponible pour répondre aux questions de ses clients. »

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »

%d bloggers like this: