Feeds:
Posts
Comments

Archive for April, 2011

Job Vacancy Accountant

Position: Senior Accountant
Institution: Al Majmoua Microfinance
Country: Lebanon

Main duties and responsibilities: • Perform accurate recording of inflows and outflows, receipt keeping, Microloans disbursement process, bank and clients account reconciliation, generation of financial statements, office petty cash, payroll, funders reporting, production of key performance indicators • Perform general administration including filing Experience: Accounting degree with 3-4 years accounting experience preferably in a reputable company or accounting office Languages: English and Arabic Working location: Zokak El Blatt – Spears Salary: around USD 1,000 negotiable and commensurate with experience; CNSS and transportation allowance. Please send CV to alia@almajmoua.org (Subject Senior Accountant). Only applicants selected for an interview will be contacted.

Read Full Post »

Beyrouth – Le 20 mars dernier, jour précédant la fête des mères au Liban, 30 000 personnes de tous âges ont envahi les rues de Beyrouth pour scander des slogans et réclamer l’abolition du système confessionnel. Cet événement a fait suite à une série de manifestations organisées tous les dimanches depuis le 27 février dernier au cours desquelles 3000 jeunes ont réclamé un Etat laïc garantissant l’égalité entre les citoyens.

Leurs exigences sont claires: les manifestants veulent un état laïc, une loi sur le statut personnel qui garantisse les droits des femmes, la fin du système actuel qui permet aux sectes religieuses d’appliquer différentes lois civiles sur les questions relatives au divorce ou aux successions et l’introduction du mariage civil.

La société civile libanaise a saisi l’occasion des soulèvements populaires dans la région pour lancer une campagne en faveur de l’abolition du système de partage du pouvoir entre les différents groupes religieux. Bien que le préambule de la Constitution libanaise stipule que « La suppression du confessionnalisme politique constitue un but national essentiel (…) », du fait du pacte national de 1943 – un accord verbal – le partage du pouvoir a été établi sur une base confessionnelle; les sièges parlementaires sont attribués selon la religion des membres et les plus hauts postes sont pourvus par des personnes venant de sectes précises: le président est toujours un chrétien maronite, le Premier ministre un sunnite et le président du Parlement un chiite.

Avec 18 communautés religieuses reconnues, les lois sur les statuts personnels relatives au mariage, au divorce, à l’adoption, à la garde des enfants et à la succession sont traitées par des tribunaux religieux qui dépendent de chaque communauté. Les citoyens druzes, chiites et sunnites appliquent des interprétations différentes de la Sharia (principes islamiques). Quant aux communautés chrétiennes orthodoxes et non orthodoxes, elles appliquent différentes versions du droit canon. La plupart de ces lois tendent à favoriser les droits des hommes et à mettre en avant les valeurs patriarcales.

Le système des tribunaux différents entraîne non seulement une application inégalitaire de la loi vis-à-vis des hommes et des femmes mais aussi vis-à-vis des femmes elles-mêmes. Les tribunaux sunnites et chiites autorisent, par exemple, la polygamie pour les hommes contrairement aux tribunaux druzes et chrétiens. Le divorce est interdit par les tribunaux catholiques alors qu’il est autorisé par les tribunaux sunnites, chiites et druzes.

Ceux qui optent pour le mariage civil en dehors du Liban sont confrontés à un autre problème. Beaucoup de lois sur le statut personnel refusent le mariage si l’un des deux mariés est issu d’une communauté religieuse différente. Parce que le mariage civil n’existe pas au Liban, beaucoup de couples mixtes sur le plan religieux qui ne croient pas au mariage religieux ou de couples où l’un des deux ne veut pas changer de religion, sont obligés de se rendre dans des pays voisins, comme Chypre ou la Turquie.

En vertu de l’article 25 de l’arrêté n°60/1936, le mariage sera reconnu au Liban mais il sera régi par la loi civile du pays où il a été célébré – un casse-tête juridique pour les juges libanais qui doivent ainsi connaître le code civil du pays où le mariage a été prononcé afin de régler les questions juridiques pouvant survenir.

Plusieurs tentatives visant à instituer un code civil appartenant au statut de la personne, même à titre facultatif, ont échoué en raison d’un système politique et social basé sur le partage confessionnel du pouvoir.

Toutefois, la société civile a décidé d’agir. Une grande campagne médiatique à grand renfort d’affiches géantes sur le bord des routes a été lancée en mars dernier par le réseau KAFA (qui signifie « assez » en arabe), qui regroupe diverses associations et organisations de femmes. Cette campagne vise l’application pleine et entière de l’article 16 de la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes qui stipule clairement l’égalité entre hommes et femmes en ce qui concerne le mariage, et au choix du conjoint. KAFA préconise que tous les Libanais soient soumis à une même loi sur le statut personnel garantissant aux femmes les mêmes droits et obligations dans le mariage, la succession, le divorce, la pension alimentaire et la garde des enfants que ceux offerts aux hommes en vertu de la constitution libanaise et des accords internationaux sensibles à la spécificité des sexes.

Un code civil unifié sur les statuts personnels mettrait un terme aux inégalités entre les hommes et les femmes et entre les femmes libanaises de confessions différentes et constituerait le premier pas vers l’objectif constitutionnel qui est l’abolition du confessionnalisme politique.

###

* Rita Chemaly est chercheure en sciences sociales et politiques et auteure de l’ouvrage Le Printemps 2005 au Liban, entre Mythes et Réalités. Elle a obtenu le prix Samir Kassir pour la Liberté de la Presse en 2007 et blogue sur www.ritachemaly.wordpress.com. Article écrit pour le Service de Presse de Common Ground News (CGNews).

Pour Lire l’article en langue anglaise:

https://ritachemaly.wordpress.com/2011/04/06/lebanon-civil-society-mobilised-for-equal-rights-rita-chemaly/

Pour Lire l’article en langue arabe:

https://ritachemaly.wordpress.com/2011/04/11/

Read Full Post »

بيروت – خرج ثلاثون ألف شخص من كافة الأعمار يوم 20 آذار/مارس، وهو اليوم الذي يسبق يوم عيد الأم في لبنان، خرجوا إلى شوارع بيروت يهتفون بشعارات تطالب بإنهاء النظام الطائفي في البلاد. ويشكّل ذلك آخر حدث في سلسلة من المظاهرات التي تنظّم كل يوم أحد من أجل لبنان علماني يضمن حقوقاً متساوية لكافة المواطنين.

مطالبهم واضحة: المتظاهرون يريدون دولة علمانية وقانون أحوال شخصية يضمن حقوق المرأة، ونهاية للنظام اللبناني الحالي الذي يسمح للطوائف الدينية بتطبيق قوانين مدنية مختلفة حول قضايا تتعلق بالطلاق أو الميراث، وإنشاء نظام للزواج المدني.

استغل المجتمع المدني اللبناني قوة اندفاع الانتفاضات الشعبية في المنطقة لإطلاق حملة لإلغاء النظام الطائفي في المشاركة بالسلطة بين الجماعات اللبنانية الدينية المختلفة. ورغم أن ديباجة الدستور اللبناني تنص على أن “إلغاء الطائفية السياسية” هو هدف وطني أساسي”، نتيجة لحلف عام 1943 الوطني، وهو اتفاقية غير مكتوبة، فقد تأسس نظام التشارك في السلطة على أسس طائفية، يتم فيه تخصيص المقاعد البرلمانية على أساس الدين، ويتم إشغال المناصب العليا بأناس من طوائف معينة. فرئيس الجمهورية مسيحي ماروني دائماً، ورئيس الوزراء مسلم سني دائماً ورئيس مجلس النواب مسلم شيعي دائماً.

وبوجود 18 طائفة دينية معترف بها فإن القوانين المتعلقة بالزواج والطلاق والتبني ورعاية الأطفال والميراث يتم التعامل معها من خلال محاكم دينية مختلفة تديرها كل طائفة. ويطبّق المواطنون الدروس والسنة والشيعة تفسيرات مختلفة للشريعة الإسلامية، كما تطبق الطوائف المسيحية الأرثوذكسية وغير الأرثوذكسية أشكالاً مختلفة من القانون الكنسي وتنزع معظم هذه القوانين لأن تفضّل حقوق الرجل وتؤكد على القيم الذكورية الأبوية.

ولا ينتج عن نظام المحكمة المختلفة تطبيقات غير متساوية للقوانين عندما يعود الأمر إلى الرجال والنساء وإنما بين النساء اللبنانيات أنفسهن. فعلى سبيل المثال، تسمح المحاكم السنية والشيعية للرجال بتعدد الزوجات بينما لا تسمح القوانين المسيحية والدرزية بذلك. أما الطلاق فهو ممنوع في المحاكم الكاثوليكية بينما هو مسموح في المحاكم السنية والشيعية والدرزية.

ويواجه هؤلاء الذين يلجأون إلى الزواج المدني خارج لبنان تحدياً آخر، فالعديد من قوانين الأحوال المدنية لا تعترف بالزواج إذا كان أحد أطرافه من طائفة دينية مختلفة، ونظراً لعدم وجود الزواج المدني في لبنان، يضطر العديد من أطراف الزواج المختلط الذين لا يؤمنون بالزواج المدني، أو الأزواج الذين لا يريد أحد طرفيهم تغيير دينه أو دينها، للسفر إلى إحدى الدول المجاورة مثل قبرص أو تركيا.

وبموجب المادة 25 من المرسوم رقم 60/1936، يتم الاعتراف بزواج شخصين في لبنان، ولكن تحكمه القوانين المدنية في الدولة التي تم بها هذا الزواج. ويشكل ذلك إزعاجاً للقضاة اللبنانيين الذين يتوجب عليهم أن يكونوا على علم ومعرفة بالقوانين المدنية للدولة التي تم فيها الزواج، حتى يتسنى حل أية قضايا قانونية.

وقد فشلت محاولات عديدة بترسيخ قانون مدني واحد يتعلق بوضع الفرد، حتى على شكل إجراء اختياري، نظراً لنظام سياسي واجتماعي يرتكز على تشارك طائفي للسلطة.

إلا أن المجتمع المدني قد قرر أن يتصرف، وقد تم إطلاق حملة واسعة ليافطات كبيرة على جوانب الشوارع في آذار/مارس من قبل شبكة “كفى”، التي تجمع عدداً من الجمعيات والمنظمات النسائية. وتهدف هذه الحملة إلى التطبيق الكامل للمادة 16 من معاهدة الأمم المتحدة حول إزالة كافة أنواع العنف ضد المرأة، والتي تنص بوضوح على المساواة بين الرجل والمرأة فيما يتعلق بالزواج وحسب رغبة الزوج أو الزوجة. وتنادي “كفى” بأن يخضع كافة أفراد الشعب اللبناني لنفس قانون الأحوال المدنية، الذي يضمن للمرأة نفس الحقوق والالتزامات في الزواج والميراث والطلاق والنفقة وحضانة الأطفال، التي تعطى للرجال بموجب الدستور اللبناني والاتفاقيات الدولية الحساسة بالنوع الاجتماعي.

سوف يضع قانون مدني موحّد حول الأحوال الشخصية نهاية للفروقات القائمة بين الرجال والنساء وبين النساء اللبنانيات من مختلف الطوائف ويشكّل الخطوة الأولى في الحفاظ على الأهداف الدستورية بإلغاء الطائفية السياسية.

###

ريتا شمالي باحثة اجتماعية سياسية ومؤلفة كتاب “خريف 2005 في لبنان: بين الأساطير والوقائع”. وقد فازت بجائزة “سمير قصير لحرية الصحافة” عام 2007 ولها مدونة عنوانها www.ritachemaly.wordpress.com

. كُتب هذا المقال لخدمة الأرضية المشتركة الإخبارية.

لقراءة المقال في اللغة الانكيزية

https://ritachemaly.wordpress.com/2011/04/06/lebanon-civil-society-mobilised-for-equal-rights-rita-chemaly/

لقراءة المقال في اللغة الفرنسية:

https://ritachemaly.wordpress.com/2011/04/11/liban-societe-civile-mobilis-l%E2%80%99egalite-des-sexes-rita-chemaly/

 

 

Read Full Post »

l’article de theo tel qu’apparu dans l’Orient

Une fois n’est pas coutume. Sauf pour les guerres, et les jeux de balle apparemment. Dans quelques jours, le Liban sera au rendez-vous avec une nouvelle compétition sportive à l’occasion de la commémoration du 13 avril 1975, date consentie – bien que controversée – du début du conflit libanais. L’interlude récréatif : un match de volley-ball, les sportifs : des politiciens et des responsables des deux camps rivaux de l’échiquier politique actuel.
Pour la seconde fois consécutive (après la compétition de football de l’année passée), c’est encore un sport de ballon qui commémore officiellement le déclenchement d’un conflit qui fut marqué par son « niveau monstrueux de violence sur un aussi petit territoire » (Corm, in L’Europe et l’Orient, 1991) et qui eut comme aboutissement la situation que l’on connaît, hélas trop bien, actuellement. Croyant avoir réussi le pari de l’amnésie, les responsables libanais pensent pouvoir se permettre le luxe de jouer une bonne partie de volley-ball et de l’élever au rang de commémoration nationale. Il semblerait que la construction mémorielle, processus autrefois occulté, se fait désormais à coups de compétitions sportives. Il semblerait même que le symbole mémoriel est désormais un objet gonflable.

Les images de politiciens en maillot, short et chaussettes, courant sur un terrain de sport durant un mach de volley-ball, tout en se jouant de la mémoire des Libanais, sont une grave mise en scène trompeuse. C’est le jeu de balle qui devrait faire déborder le vase de l’amnésie officielle entreprise au lendemain de la fin du conflit, lorsque fut proclamée une amnistie générale pour tous les crimes commis entre 1975 et 1990, tout en excluant les assassinats des personnalités politiques et religieuses (loi d’amnistie générale du 26 août 1991, n° 84/91).
Vingt et un ans se sont écoulés depuis la fin des guerres de 1975-1990 et il n’existe toujours pas de mémorial érigé au nom des civils tués, blessés et disparus, pour la plupart victimes de violences gratuites et perverses qui, très souvent, les attendaient au tournant d’une petite ruelle. D’autres faits, moins évidents mais tout aussi parlants, illustrent parfaitement cette amnésie voulue et entretenue. Tout d’abord, il n’a jamais été question de « justice ni de réparations à l’égard des victimes du conflit » dans la plupart des récits autobiographiques des acteurs de la guerre (Eddé, in Mémoires de guerres au Liban, 2010). Ensuite, la collection philatélique libanaise ne contient aucun timbre commémoratif qui invoque les événements de 1975-1990 ; de même, bien que les fêtes officielles ne manquent pas au Liban, ni le 13 avril 1975 ni – ce qui serait encore plus approprié – la date de la fin du conflit (encore faut-il pouvoir et vouloir l’identifier) ne font partie de la liste. Enfin, la reconstruction-éclair du centre-ville entretient parfaitement le mythe du Liban Phénix : l’image d’un Liban qui renaît brusquement de ses cendres et restaure sa gloire d’antan, comme si de rien n’était.
C’est dans cette optique que les responsables du pays/de la guerre s’amusent à jouer au ballon rond en misant, encore une fois, sur l’amnésie de la population libanaise.
Les uns pourraient se demander à quoi servirait vraiment de se rappeler de ces événements. Les causes sont plutôt évidentes. Au niveau moral, afin de mieux oublier, afin de dépasser et, plus important encore, afin de pardonner et de se faire pardonner. Au niveau intellectuel, afin de comprendre les racines internes de ces événements lourds de conséquences, afin d’assimiler leurs répercussions actuelles et, plus important encore, afin d’éviter que ces épisodes brutaux ne se renouvellent.
D’autres se demanderaient comment s’en rappeler. La réponse est un peu plus difficile. Les mécanismes de la construction mémorielle sont divers et complexes, mais leur présentation dépasse le cadre de ces quelques lignes. Bien qu’il ne suffise pas d’évoquer la guerre pour éviter une éventuelle récidive, reconnaître explicitement les événements et convenir ouvertement de leurs séquelles constitueraient déjà un premier pas – et un bon début – vers la conciliation et l’exorcisation du passé afin de mieux vivre le présent.
Le 13 avril 2011, le score du match de volley-ball importera peu, mais une chose est certaine : le déroulement même de la compétition est plus qu’une atteinte au souvenir des victimes et une banalisation grave de la mémoire ; c’est une irresponsabilité politique vis-à-vis des rescapés du conflit et, d’abord et avant tout, vis-à-vis des générations de l’après-guerre.

Théodore CAPONIS
Chercheur en sciences politiques

Read Full Post »

The Georgian Times on the Web: Comprehensive news site, daily international, national and local news coverage , breaking news updates, sports, reviews..

Read Full Post »

Friends,

for those who are interested to know more about Faith and Light  ( Imane w Nour)

do not hesitate to click below to read our illustrated presentation.

It will give you a hint on who we are, what we do,

Presentationfoi et lumiere Communaute saydeh 2011

If you are interested, YOU ARE WELCOME to our meetings ( mainly saturdays betwen 2 and 4).

also, do not hesitate to come to the RECITAL Offered by Abir Nehmeh, Saturday 9 April 2011n at 7.30 Pm at ST Elie, Antelias Church,

https://ritachemaly.wordpress.com/2011/03/21/foi-et-lumiere-abir-nehmeh-recital-faith-and-light/

Looking forward to hear and see you!

Rita!

ps: I am in Saydeh community ( in Antelias, ) Faith and Light has community all over Lebanon, for people not to be far from home!

🙂

Read Full Post »

New Vacancies!

Dear friends,

do not hesitate to check the category vacancies, I am posting all the interesting vacancies in the development field, and the communication field….

https://ritachemaly.wordpress.com/category/vacancies/

also, do not hesitate to look at the link below from UNFPA: for the latest vacancies

UNFPA website  at http://www.unfpa.org.lb/Vacancies/vacancies.htm.

Rita!!!

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »

%d bloggers like this: